Advertisement

Les chefs religieux en Ouganda condamnent "l'arrestation brutale de leaders d’opposition".

Les chefs religieux en Ouganda ont exprimé leurs préoccupations concernant les dernières activités violentes dans le pays, condamnant l'arrestation de deux candidats à la présidence.

Dans leur déclaration collective publiée jeudi 19 novembre, les membres du Conseil interreligieux de l'Ouganda (IRCU) appellent les agences de sécurité à "respecter la Constitution ougandaise".

"Nous sommes profondément préoccupés par les événements violents qui se sont produits hier dans notre pays, où le monde entier a assisté à l'arrestation brutale de leaders d’opposition, Robert Kyagulanyi et Amuriat Oboi", déclarent les membres de l'IRCU.

Les chefs religieux, dont un représentant des évêques catholiques, "demandent la libération immédiate de toutes les personnes arrêtées hier. Au cas où elles auraient commis des crimes, elles devraient être présentées aux tribunaux comme le stipule la loi".

Le mercredi 18 novembre, la police ougandaise a arrêté le candidat à la présidence du National Unity Platform (NUP), Robert Kyagulanyi Ssentamu, plus connu sous le nom de Bobi Wine, dans le district de Luuka, dans l'est de l'Ouganda, alors qu'il faisait campagne pour les élections présidentielles du 14 janvier.

Advertisement

Patrick Oboi Amuriat, candidat à la présidence du Forum pour le changement démocratique (FDC), a également été arrêté à Gulu, dans le nord de l'Ouganda. 

La nouvelle de l'arrestation des politiciens a suscité des protestations dans différentes parties du pays, notamment dans la capitale, Kampala, où des partisans de Bobi Wine, qui scandaient son nom, ont bloqué les routes et brûlé des pneus. 

La police a engagé les manifestants dans des combats de course, les violences du 19 novembre ayant entraîné la mort de 16 personnes, a déclaré le porte-parole de la police métropolitaine de Kampala, Patrick Onyango, à l'Associated Press, ajoutant que 65 personnes avaient été blessées. 

Dans leur déclaration collective, les membres de l'IRCU, dont l'archevêque catholique Mgr Cyprian Kizito Lwanga de l'archidiocèse de Kampala, déclarent que "la police a enfreint les normes de procédures opérationnelles (POS) COVID-19 et l'article 21(3) qui stipule que la police doit être patriotique, professionnelle, disciplinée, compétente et productive". 

"L'armée a violé l'article 209 (de la Constitution ougandaise) qui stipule que l'armée coopérera avec les autorités civiles dans les situations d'urgence et en cas de catastrophes naturelles comme COVID-19", ajoutent les chefs religieux. 

More in Afrique

Ils "exhortent tous les hommes et les femmes en uniforme à respecter la Constitution ougandaise et toutes les lois pertinentes et devraient traiter tous les citoyens ougandais de manière juste et équitable, quelle que soit leur affiliation politique. ”

Ils appellent également les membres des forces de sécurité en Ouganda à "adhérer aux principes des droits de l'homme inscrits dans les objectifs et pratiques nationaux". 

Les membres de l'IRCU notent également "avec préoccupation les cas croissants de violence dans tout le pays qui menacent de porter atteinte à l'intégrité et à l'équité de nos élections" et citent des cas où des candidats politiques sont "empêchés d'accéder aux lieux de campagne, aux maisons de presse entre autres". 

Ils demandent à la commission électorale de "prendre en charge le processus électoral, y compris les dispositions de sécurité de tous les candidats politiques, et d'assurer un environnement favorable".

En août, les chefs religieux ont exprimé leurs préoccupations concernant l'inégalité d'accès aux médias et les brutalités policières alors que le pays se prépare pour les élections de janvier 2021.  "Nous sommes témoins du manque d'égalité d'accès aux médias et la police disperse les foules et les candidats politiques de manière discriminatoire. Il y a un manque de cohérence et de clarté de la part de la Commission électorale sur les élections", a déclaré l'IRCU dans sa déclaration du 13 août.

Advertisement

Ils ont appelé les hommes politiques et les dirigeants de la commission électorale du pays à engager un dialogue sur la manière de mener les campagnes politiques.