Les journalistes catholiques du diocèse de Pemba au Mozambique trouvent la sécurité après des jours de vie dans la brousse

Neuf journalistes d’une radio catholique de la province de Cabo Delgado, dans le diocèse de Pemba au Mozambique, qui ont été forcés de fuir dans la brousse après que les insurgés aient attaqué leur station de radio, ont trouvé la sécurité, ont annoncé les dirigeants du Forum national des radios communautaires (FORCOM). 

Le 9 novembre, les responsables du FORCOM avaient, dans une déclaration obtenue par le correspondant d'ACI Afrique, exprimé des inquiétudes quant au bien-être des journalistes de radio qui s'étaient cachés dans les buissons pendant au moins 10 jours après le raid.

"Le Forum national des radios communautaires (FORCOM) rapporte que les neuf journalistes qui composent la salle de rédaction de la radio communautaire Saint-François d'Assise, située dans le district de Muidumbe, province de Cabo Delgado, sont déjà dans les zones apparemment sûres, après avoir survécu 15 jours dans les bois, en raison des attaques intenses des insurgés dans ce district, annoncent les responsables du FORCOM dans le post Facebook du vendredi 20 novembre.

Les responsables ajoutent que leur organisation "a pu fournir un soutien logistique à tous les journalistes afin d'atteindre les zones relativement sûres, que sont les districts de Namialo, Montepuez et Pemba City. ” 

Les deux derniers journalistes du groupe des neuf sont arrivés en sécurité le 16 novembre et "rencontrent déjà leurs proches dans le district de Montepuez", disent-ils encore.

Les responsables du FORCOM constatent que les journalistes vivent toujours dans des "conditions précaires" et expliquent : "Le principal problème à l'heure actuelle est le manque de nourriture pour assurer la subsistance des journalistes et de leurs familles. ”

La sécurité est également un problème car "les journalistes craignent que les insurgés n'attaquent toute la province de Cabo Delgado".

Le 31 octobre, toute l'équipe de rédaction de la radio communautaire São Francisco de Assis a évacué les installations de la radio après que des insurgés aient attaqué l'église paroissiale du SacréCœur de Jésus, dans le district de Muidumbe, dans la province de Cabo Delgado, où se trouve la station, forçant les neuf journalistes, ainsi que leurs familles, à fuir et à se réfugier. 

La violente insurrection qui se déroule dans la province mozambicaine de Cabo Delgado depuis 2017 a eu un impact négatif sur la vie de plus de 600 000 personnes, avec plus de 200 000 déplacés dans toute la région, selon UNReliefweb.

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) des Nations unies a signalé l'arrivée d'au moins 7 402 personnes déplacées à l'intérieur du pays à bord de 127 bateaux sur la plage de Paquitequete.

Dans le post du 20 novembre sur Facebook, les responsables du FORCOM racontent les événements de l'attaque du 31 octobre lorsque "les insurgés ont occupé la plupart des villes et des postes administratifs du district de Muidumbe, faisant un très grand nombre de victimes humaines".

"La terreur a commencé à 4h30 du matin, heure locale, quand nous avons commencé à entendre des coups de feu à proximité. Les insurgés ont utilisé la stratégie consistant à lancer des offensives militaires dans la zone supérieure du district, où se trouve la majorité de la population", citent les dirigeants du FORCOM, Hilário Tomas, l'un des neuf journalistes de radio qui fait référence à l'attaque de plusieurs villages du district de Muidumbe dans le diocèse de Pemba, dont le "poste administratif de Muambula, où se trouve la radio (catholique)".

"Lorsque les insurgés ont réalisé que les Communautés fuyaient vers la partie inférieure de Miangaleua, ils ont commencé à suivre et à tuer tous ceux qu'ils rencontraient en chemin. Je me suis enfui avec ma famille et je me suis caché dans les bois pendant plus de 10 jours", raconte le journaliste de la radio catholique dans le post de FORCOM sur Facebook.

Selon les responsables du FORCOM, "le droit à la sécurité des communautés et des journalistes de la radio communautaire São Francisco de Assis à Cabo Delgado est extrêmement important pour la concrétisation des droits de l'homme et est inscrit dans la Constitution de la République du Mozambique, tout comme le droit à l'information en tant que droit insurmontable".

Ils exigent que "les conditions nécessaires soient créées pour garantir les droits de l'homme des communautés dans les zones touchées par les attaques des insurgés à Cabo Delgado".

"Nous demandons que les conditions soient créées pour le fonctionnement des radios communautaires afin qu'elles continuent à remplir leur mission d'information (afin) de développer, protéger et promouvoir les droits de l'homme des communautés locales", ajoute la direction du FORCOM. 

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]