Christ-Roi : Faites des choix en pensant à l'éternité

Le pape François salue les fidèles lors de l'Angélus le 15 novembre 2020.
Credit: Vatican Media.

Le dimanche du Christ Roi, le pape François a encouragé les catholiques à faire des choix en pensant à l'éternité, en réfléchissant non pas à ce qu'ils veulent faire, mais à ce qui est le mieux à faire.

"C'est le choix que nous devons faire chaque jour : qu'ai-je envie de faire ou qu'est-ce qui est le mieux pour moi", a déclaré le pape le 22 novembre.

"Ce discernement intérieur peut déboucher soit sur des choix frivoles, soit sur des décisions qui façonnent notre vie. Cela dépend de nous", a-t-il dit dans son homélie. "Tournons-nous vers Jésus et demandons lui le courage de choisir ce qui est le mieux pour nous, pour nous permettre de le suivre dans la voie de l'amour. Et ainsi de découvrir la joie".

Le pape François a célébré la messe dans la basilique Saint-Pierre pour la solennité de Notre Seigneur Jésus-Christ, Roi de l'Univers. À la fin de la messe, des jeunes du Panama ont remis la croix et l'icône mariale de la Journée mondiale de la jeunesse à une délégation du Portugal, en prévision du rassemblement international de Lisbonne en 2023.

L'homélie du pape le jour de la fête s'est appuyée sur la lecture de l'Évangile de saint Matthieu, dans lequel Jésus parle à ses disciples de la seconde venue, lorsque le Fils de l'homme séparera les brebis des chèvres.

"Au dernier jugement, le Seigneur nous jugera sur les choix que nous avons faits", a dit François. "Il ne fait que tirer les conséquences de nos choix, les mettre en lumière et les respecter. La vie, nous le voyons, est un temps pour faire des choix solides, décisifs, éternels".

Selon le pape, nous devenons ce que nous choisissons : ainsi, "si nous choisissons de voler, nous devenons des voleurs". Si nous choisissons de penser à nous-mêmes, nous devenons égocentriques. Si nous choisissons de haïr, nous devenons en colère. Si nous choisissons de passer des heures sur un téléphone portable, nous devenons dépendants".

"Pourtant, si nous choisissons Dieu," a-t-il poursuivi, "nous grandissons chaque jour dans son amour, et si nous choisissons d'aimer les autres, nous trouvons le vrai bonheur. Parce que la beauté de nos choix dépend de l'amour".

"Jésus sait que si nous sommes égocentriques et indifférents, nous restons paralysés, mais si nous nous donnons aux autres, nous devenons libres. Le Seigneur de la vie veut que nous soyons pleins de vie, et il nous dit le secret de la vie : nous n'arrivons à la posséder qu'en la donnant", a-t-il souligné.

François a également parlé des œuvres corporelles de la miséricorde, telles que décrites par Jésus dans l'Évangile.

"Si vous rêvez de la vraie gloire, non pas la gloire de ce monde qui passe mais la gloire de Dieu, c'est le chemin à suivre", a-t-il dit. "Lisez le passage de l'Évangile d'aujourd'hui, réfléchissez-y. Car les œuvres de miséricorde rendent gloire à Dieu plus que toute autre chose".

Il a également encouragé les gens à se demander s'ils mettent ces œuvres en pratique. "Est-ce que je fais quelque chose pour quelqu'un dans le besoin ? Ou est-ce que je fais le bien seulement pour mes proches et mes amis ? Est-ce que j'aide quelqu'un qui ne peut rien me donner en retour ? Suis-je l'ami d'une personne pauvre ? Je suis là, vous dit Jésus, je vous attends là où vous pensez le moins et où vous ne voulez peut-être même pas regarder : là, dans les pauvres".

Après la messe, le pape François a prononcé son discours de l'Angélus dominical depuis une fenêtre donnant sur la place Saint-Pierre. Il a réfléchi à la fête du Christ Roi, qui marque la fin de l'année liturgique.

Il est l'Alpha et l'Omega, le commencement et l'accomplissement de l'histoire ; et la liturgie d'aujourd'hui se concentre sur l'"omega", c'est-à-dire sur le but final", a-t-il déclaré.

Le pape a expliqué que dans l'Évangile de Saint Matthieu, Jésus fait son discours sur le jugement universel à la fin de sa propre vie terrestre : "Celui que les hommes s'apprêtent à condamner, est en réalité le juge suprême".

"Dans sa mort et sa résurrection, Jésus se montrera comme le Seigneur de l'histoire, le Roi de l'univers, le Juge de tous", a-t-il dit.

Le jugement final portera sur l'amour, a-t-il noté : "Pas sur le sentiment, non : nous serons jugés sur les œuvres, sur la compassion qui devient proximité et aide attentionnée."

François a conclu son message en citant l'exemple de la Vierge Marie. "La Vierge, montée au Ciel, a reçu la couronne royale de son Fils, parce qu'elle l'a fidèlement suivi - elle est la première disciple - sur le chemin de l'Amour", a-t-il dit. "Apprenons d'elle à entrer dans le Royaume de Dieu dès maintenant, par la porte du service humble et généreux."

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]