Advertisement

Parlez aux manifestants "comme un père, comme un berger" : prescrit un évêque aux chefs de gouvernement du Nigeria

Les manifestants protestent contre la brutalité policière à Lagos, au Nigeria. Domaine public. Les manifestants protestent contre la brutalité policière à Lagos, au Nigeria.
Domaine public.

Un évêque du Nigeria a exprimé ses réserves sur la façon dont les dirigeants du pays ont traité ceux qui ont pris part aux manifestations contre les brutalités policières.

Dans son homélie sur la solennité du Christ Roi, dimanche 22 novembre, Mgr Godfrey Onah du diocèse de Nsukka au Nigeria a déclaré que les dirigeants du gouvernement nigérian n'auraient pas dû traiter les manifestants contre la défunte Brigade spéciale de lutte contre le vol (SARS) comme des criminels.

"Parlez-leur comme un père, comme un berger, ramenez-les, ce pays est mieux uni", a déclaré Mgr Onah au cours de la messe qu'il a présidée dans la cathédrale Sainte Thérèse du diocèse de Nsukka, récemment inaugurée au Nigeria.

Il a averti que le fait de qualifier les manifestants de #EndSARS de criminels "les radicalisera davantage" et s'adressant aux dirigeants du pays, l'évêque a déclaré : "Sacrifiez votre fierté, sacrifiez votre commodité et sacrifiez votre confort. Ils ont peut-être tort, ils ont peut-être été stupides ; c'est bon, ce sont les brebis dont vous êtes le berger".

"Ne faites pas attention à ce qu'on vous dit, ramenez-les", a-t-il souligné.

Advertisement

Le 20 octobre, le gouvernement nigérian a déployé des membres de l'armée pour mettre un frein aux manifestations, parallèlement à la déclaration d'un couvre-feu de 24 heures dans la plus grande ville du pays, Lagos. Plusieurs personnes auraient été tuéesautres gravement blessées à la porte de péage de Lekki, dans l'État de Lagos, ce jour fatidique.

"Maintenant, vous êtes dans cette position parce que Dieu vous a considéré comme plus doué qu'eux (protestation des jeunes. Maintenant, faites quelque chose de bien", a déclaré l'évêque de Nsukka, en s'adressant aux membres du gouvernement.

Dans son homélie de 28 minutes, le prélat nigérian, âgé de 64 ans, a dénoncé les divisions dans la nation la plus peuplée d'Afrique et s'est demandé : "Où sont nos dirigeants et nos bergers au Nigeria aujourd'hui ? Nous sommes dispersés. Cette nation est trop fragmentée. Dieu a dit de rassembler mon peuple".

Les gens recherchent trop leurs intérêts paroissiaux et égoïstes", a-t-il observé et poursuivi, "Dieu nous interpelle aujourd'hui en la fête du Christ Roi : "Si vous êtes en position d'autorité, vous agissez en mon nom. Prenez soin de mon peuple. Cherchez les brebis dispersées".

L'évêque Onah a ensuite déploré la prise en otage du pays par des bandits et des terroristes, notant que malgré les assurances du gouvernement que la situation est sous contrôle, "nous savons que ce n'est pas vrai".

More in Afrique

"Les sectes et les bandits ont pris le contrôle de certains États de ce pays et il y a plus que jamais des cris pour diviser ce pays en unités séparées et certaines personnes sont là pour faire de la politique avec la vie des Nigérians", a déploré l'évêque.

Il a dit aux dirigeants du Nigeria : "Dieu vous dit aujourd'hui : 'Regardez, levez-vous et allez chercher mes brebis, je vous les ai confiées'". Va les chercher et panse les blessés."

L'évêque a lancé un appel aux Nigérians pour qu'ils s'efforcent de créer une meilleure nation en disant : "Montrez votre foi par votre vie, par votre service à vos frères et sœurs, en vous privant d'un certain confort afin que d'autres puissent également en profiter.