Advertisement

L'archevêque de Bamenda lance un appel aux forces combattantes au Cameroun d’embrasser l'humanité même en temps de guerre

Mgr Andrew Nkea, de l'archidiocèse de Bamenda au Cameroun, a appelé les forces belligérantes de ce pays d'Afrique centrale à être plus humaines les unes envers les autres, alors même qu'elles cherchent une solution durable à la crise anglophone prolongée du pays.

Mgr Nkea, qui a participé activement à la campagne pour la paix entre les séparatistes dans les territoires anglophones de la région du Sud-Ouest et le gouvernement camerounais, a noté dans un rapport publié mercredi 5 janvier que les soldats du gouvernement et les groupes séparatistes armés ont violemment affecté la population civile au quotidien et qu'il a demandé aux deux parties d'être plus humaines dans leurs combats.

"Nous avons essayé de parler aux soldats : ne traitez pas la population comme si elle était un peuple étranger et conquis. Une fois cette affaire terminée, nous allons nous asseoir à nouveau comme des frères et sœurs comme nous l'étions", dit-il dans l’article Crux publié mercredi 5 janvier.

D'autre part, il poursuit en faisant référence à la crise qui dure depuis plus de quatre ans, "nous disons aux garçons (combattants séparatistes), n'allez pas cibler les soldats et les tuer et les obliger à déchaîner leur venin sur la population".

Deux régions anglophones du Cameroun, le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, connaissent des violences depuis 2016 après que des enseignants et des juges francophones aient été envoyés travailler dans la région anglophone historiquement marginalisée.

Advertisement

Les écoles des régions anglophones de la nation centrafricaine ont été fermées en raison des longues escarmouches. 

Au cours des quatre années de combats, au moins 3 000 personnes ont été tuées, selon les Nations unies, et plus d'un million ont été forcées de quitter leur foyer. En outre, plusieurs villages ont été totalement détruits.

Lors de l'un des attentats qui ont suscité une condamnation mondiale en octobre dernier, des hommes armés ont ouvert le feu sur des étudiants de l'Académie internationale bilingue Mother Francisca, faisant sept morts parmi les enfants.

Dans le rapport du 5 janvier, Mgr Nkea affirme que la crise anglophone qui sévit depuis longtemps au Cameroun pourrait se prolonger pendant des décennies et appelle les habitants du pays à être patients dans l'attente de la résolution du conflit.

"Regardez l'Ethiopie et l'Erythrée. Il a fallu au moins quarante ans de combats et de discussions avant qu'ils ne parviennent à une conclusion. Pour le Sud-Soudan, il a fallu 48 ans de combats et de discussions avant qu'ils ne parviennent à une conclusion. Je ne comprends pas ce qui ne va pas avec les Camerounais. Vous commencez un combat, et vous voulez des résultats le lendemain", aurait déclaré l'archevêque. 

More in Afrique

Il ajoute : "Celui qui a commencé cette guerre a plongé notre pays dans quelque chose dont les effets nous suivront pendant au moins 50 ans".

L'année dernière, le gouvernement a organisé ce qu'il a appelé un "grand dialogue national" pour tenter de trouver des solutions à la crise.

La réunion, qui a attiré l'attention du pape François, a proposé plusieurs recommandations, dont l'adoption d'un statut spécial pour les deux régions anglophones, la restauration de la Chambre des chefs traditionnels, l'élection de gouverneurs locaux, la réintégration immédiate de certains projets d'aéroports et de ports maritimes dans les deux régions, et l'intégration rapide des anciens combattants dans la société.

Cependant, Mgr Nkea a fait remarquer que le Grand Dialogue National, auquel il a participé, était une mascarade, en disant : "L'espoir du peuple est dans le dialogue". 

Les dirigeants de l'Église catholique avaient souhaité qu'une entité neutre, incluant les pays occidentaux et les Nations unies, supervise les pourparlers. Mgr Cornelius Fontem Esua, de l'archidiocèse de Bamenda au Cameroun, a déclaré à ACI Afrique dans une interview en octobre qu'il "était déçu et même insatisfait de la façon dont ce dialogue a été mené".

Advertisement

Dans le rapport du 5 janvier, Mgr Nkea déclare : "Ce que nous avons fait l'année dernière, si le gouvernement considère que c'était du dialogue, alors le gouvernement ne comprend pas le dialogue. Et si les garçons qui se battaient considéraient que c'était du dialogue, cela signifie qu'ils ne comprennent pas le dialogue".

Mgr Nkea explique : "Le dialogue est une discussion entre un petit groupe de personnes, des parties opposées qui examinent les choses qui les divisent et cherchent un terrain d'entente. Vous ne pouvez pas faire cela avec un millier de personnes. ” 

L'archevêque qui a été chargé par le gouvernement de se rendre dans la région du Sud-Ouest du Cameroun pour expliquer ce qu'était ce grand dialogue national et ce qu'il pouvait accomplir a depuis été critiqué par les séparatistes qui prétendent qu'il a été compromis par l'accord, accusation qu'il réfute, disant que son seul mandat était de prêcher la paix.

"Si je ne parle pas de paix, que parlerai-je sur terre ? Je ferais mieux de démissionner ; jusqu'à mon dernier souffle, je parlerai de paix", dit l'archevêque camerounais de 55 ans.