Les évêques catholiques américains condamnent l'attaque sur l'immeuble du Capitole par les manifestants Pro-Trump

Les partisans du président américain Donald Trump manifestent devant le Capitole américain, le 6 janvier 2021, à Washington, DC.
Credit: Alex Edelman/AFP via Getty Images.

Les évêques catholiques ont fermement condamné l'incursion des manifestants pro-Donald Trump qui ont pénétré dans le bâtiment du Capitole mercredi alors que le Congrès débattait de la certification des résultats de l'élection présidentielle, entraînant l'évacuation des législateurs et le tir mortel d'un manifestant par les forces de l'ordre.

"Je me joins aux personnes de bonne volonté pour condamner la violence qui a eu lieu aujourd'hui au Capitole des États-Unis", a déclaré le 6 janvier l'archevêque de Los Angeles José Gomez, président de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis, "Ce n'est pas ce que nous sommes en tant qu'Américains. Je prie pour les membres du Congrès et le personnel du Capitole ainsi que pour la police et tous ceux qui travaillent à rétablir l'ordre et la sécurité publique".

"La transition pacifique du pouvoir est l'une des caractéristiques de cette grande nation", a-t-il ajouté. "En ce moment troublant, nous devons nous engager à nouveau envers les valeurs et les principes de notre démocratie et nous rassembler en une seule nation sous l'égide de Dieu".

Dans sa propre déclaration, l'archevêque Salvatore Cordileone de San Francisco a ajouté : "Attaquer le Capitole américain pour exprimer votre crainte que la démocratie ait été niée est une erreur, et aussi contre-productif. Les doutes sur la tenue d'élections libres et équitables ne peuvent être levés par la violence contre les institutions démocratiques".

"Aux morts causées par une pandémie, et aux destructions qui ont affecté les moyens de subsistance des gens, nous n'avons pas besoin d'ajouter une tentative de guerre civile. J'ai appelé à la fin de la violence dans les rues lorsque cela s'est produit cet été. J'appelle tous les Américains de bonne volonté à dénoncer dès maintenant cette violence contre le Capitole de notre nation".

"Que le Prince de la Paix mette un terme à cette querelle, et apporte la guérison et la critique constructive à la place de la loi de la foule. Et que Dieu bénisse l'Amérique", a déclaré l'archevêque.

Gomez a confié le pays au cœur de la Bienheureuse Vierge Marie, en demandant : "Qu'elle nous guide dans les voies de la paix, et qu'elle nous obtienne la sagesse et la grâce d'un véritable patriotisme et de l'amour de la patrie".

Le compte Twitter de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis a dit : "Seigneur Dieu de la paix, entends notre prière".

Elle a également diffusé une prière depuis le sanctuaire national : "Prions pour la paix dans notre nation. Marie Immaculée, priez pour nous !"
L'archevêque William Lori de Baltimore a qualifié les protestations de "choquantes et illégales".

"Nous prions avec ferveur pour la paix et pour la protection de Dieu sur notre pays, nos législateurs et tous ceux qui sont en danger en ce jour terrible. Puissent les Américains de bonne volonté et épris de paix s'unir dans tous les États-Unis pour engendrer la paix, la réconciliation et la guérison dans notre nation blessée et brisée, qui reste et doit toujours être une, sous l'égide de Dieu".

L'évêque Nicholas DiMarzio de Brooklyn a appelé à la prière pour la nation "en ce jour de chaos national sans précédent, afin que nous puissions revenir à l'État de droit".

"Nous valons mieux que cela. En tant que peuple, nous avons toujours respecté nos différences. Le transfert pacifique du pouvoir est la marque de notre démocratie", a-t-il déclaré.

Les protestations visant à renverser les résultats de l'élection présidentielle ont fait suite à diverses allégations selon lesquelles les résultats du scrutin présidentiel dans certains États étaient frauduleux. Certains manifestants semblaient penser que le président Donald Trump avait encore une chance de remporter la présidence, malgré la victoire décisive du président élu Joe Biden au collège électoral.

Plus de 150 législateurs républicains ont cherché à remettre en question la légitimité des résultats des élections dans certains États, mais le vice-président Mike Pence, qui peut voter pour rompre les liens au Sénat américain, a refusé toute suggestion d'agir pour bloquer la certification de l'élection.

Trump lui-même a alimenté les affirmations selon lesquelles l'élection a été volée et n'a pas cédé, même dans les mêmes déclarations dans lesquelles il a dit aux manifestants de rentrer chez eux. Twitter a commencé à supprimer certains de ses messages, et Facebook a supprimé certaines de ses vidéos.

Lors d'une apparition mercredi matin à un rassemblement devant la Maison Blanche, M. Trump a encouragé les partisans à marcher vers la capitale. Certains manifestants ont affronté la police, tandis que d'autres ont intimidé les gardes du capitole pour qu'ils battent en retraite sans contact significatif.

Certains portaient des chapeaux "Make America Great" ou d'autres insignes associés à la campagne de Trump. Beaucoup portaient des drapeaux américains ou des drapeaux de Donald Trump et certains portaient des drapeaux confédérés.
Certains manifestants ont attaqué les médias, tandis que des dizaines d'autres se sont précipités dans le bâtiment du Capitole, au mépris de la police du Capitole, brisant les fenêtres et forçant les portes à s'ouvrir.

Les législateurs se sont réfugiés, parfois dans leurs bureaux, et ont mis des masques à gaz après que la sécurité ait utilisé des masques à gaz pour leur défense, a déclaré l'Associated Press. Les manifestants ont occupé le bureau de la présidente du Parlement, Nancy Pelosi, et les chambres du Congrès.

Les critiques du président, dont certains républicains, lui ont reproché d'avoir incité les manifestants.

Au moins une bombe a été trouvée au siège du Comité national républicain à Washington, au moins un autre engin a été découvert sur le terrain du Capitole américain, et un colis suspect au siège du Comité national démocrate faisait l'objet d'une enquête, a rapporté le New York Times.

Pence a fait appel à la garde nationale pour soutenir les forces de l'ordre dans la capitale. Après la sécurisation du bâtiment de la capitale, Pelosi a rappelé les législateurs pour qu'ils certifient les résultats des élections.

Mgr Frank Caggiano, de Bridgeport, s'est lui aussi élevé contre les protestations.
"Il y a peu de mots pour décrire le choc que je ressens en voyant notre bâtiment du Capitole occupé par de violents émeutiers. En tant qu'Américains, nous devrions être profondément perturbés de voir un symbole important de la liberté et de la liberté dans notre nation violé de cette manière. Notre nation est meilleure que cela", a-t-il déclaré sur Twitter.

"Le transfert pacifique du pouvoir est l'un des aspects les plus importants et les plus vénérés de notre démocratie", a-t-il poursuivi. "Nous devons nous engager à nouveau envers les valeurs qui nous sont chères en tant qu'Américains : la démocratie, la liberté et la paix".

"En tant que peuple de foi, nous condamnons la violence sous toutes ses formes comme une trahison morale de l'Evangile", a-t-il déclaré. "Nous savons aussi que notre nation a besoin de la prière, maintenant plus que jamais, afin que nous puissions toujours rester une seule nation, sous l'égide de Dieu."

L'évêque a demandé aux gens de se joindre à la prière pour les États-Unis "en cette période sans précédent et effrayante de notre histoire".

"Prions pour la paix dans nos communautés, dans notre capitale, dans notre pays, mais surtout, dans nos propres coeurs", a-t-il dit.

Mgr Joseph Strickland, évêque de Tyler, a invoqué la fête de l'Épiphanie en disant : "Nous prions pour la paix et pour que le Christ brille en cette fête traditionnelle de l'Épiphanie. C'est un jour triste pour notre nation, mais Dieu est avec nous", a-t-il déclaré. "Nous devons nous tourner vers Dieu et nous souvenir réellement que nous prétendons être une nation sous Dieu".

Le cardinal Blase Cupich de Chicago a qualifié l'événement de "honte nationale", ajoutant : "Nous prions pour la paix en ce moment fort de l'histoire des États-Unis, une histoire marquée par l'une des plus grandes vertus de la démocratie : la transition pacifique et ordonnée du pouvoir".

L'incident au Capitole fait suite à d'importantes perturbations et troubles dans l'ensemble des États-Unis l'année dernière.

La mort de George Floyd, un homme noir, alors qu'il était détenu par la police de Minneapolis a contribué à déclencher des protestations dans tout le pays pendant des semaines. Les manifestants ont souvent plaidé pacifiquement contre la brutalité policière et pour la justice raciale sous la devise "Black Lives Matter". Certaines de ces manifestations ont tourné à la violence, causant des milliards de dollars de dégâts et plusieurs morts.

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]