Advertisement

Un évêque en Swaziland suspend les liturgies publiques en raison de la recrudescence des cas signalés de COVID-19

La cathédrale Notre-Dame de l'Assomption au Swaziland. Domaine public La cathédrale Notre-Dame de l'Assomption au Swaziland.
Domaine public

L'évêque de Manzini, le seul diocèse catholique du Swaziland, a suspendu la célébration des liturgies publiques, conformément à l'interdiction du gouvernement de toute forme de rassemblement, suite à l'augmentation des cas de COVID-19 signalés.

"Toutes les célébrations eucharistiques (y compris les messes de requiem), les liturgies et les para- liturgies doivent être célébrées UNIQUEMENT par des prêtres sans la participation des fidèles", déclare Mgr José Luis Ponce de León dans une déclaration du vendredi 8 janvier obtenue par ACI Afrique.

Mgr Ponce de León encourage les fidèles à "prier dans nos maisons et dans nos espaces privés".

"La prière et l'entraide sont les seules armes dont nous disposons contre l'ennemi COVID-19", dit le membre des Missionnaires Consolata, ajoutant : "Prenons tous soin de nous-mêmes et des autres dans notre entourage".

La directive de l'évêque fait suite à l'annonce faite le jeudi 7 janvier par le Premier ministre intérimaire du Swaziland, Themba Masuku, d'une interdiction de tous les rassemblements, une interdiction provoquée par une augmentation des cas de COVID-19 signalés.

Advertisement

La nation d'Afrique australe, officiellement le Royaume d'Eswatini, a signalé 234 nouveaux cas de coronavirus rien que le 7 janvier, ce qui porte le total cumulé des cas signalés à 10 773, dont 268 décès et 7 377 guérisons. 

L'interdiction de tout rassemblement dans le pays, qui prend effet à partir de minuit le 8 janvier, devrait être en vigueur pendant les deux prochaines semaines.

Faisant référence à la lettre de Saint Paul aux Romains dans sa déclaration du 8 janvier, Mgr Ponce de León exprime sa solidarité avec les familles de ceux qui ont succombé au coronavirus en disant : "Ni la mort, ni la vie, ni aucune chose créée ne pourra nous séparer de l'amour du Christ".

L'évêque d'origine argentine précise que "seules les funérailles seront célébrées avec la participation des fidèles", conformément à la directive du gouvernement qui autorise un maximum de 50 personnes à assister aux cérémonies d'enterrement.

L'évêque de 59 ans, qui est à la tête de Manzini depuis son installation en janvier 2014, a également découragé les membres du clergé de recevoir des visiteurs dans leurs quartiers d'habitation privés.

More in Afrique

Il décourage également les membres du clergé de se rendre les uns aux autres "dans les paroisses, mais d'être en communication constante les uns avec les autres par téléphone et par d'autres moyens de communication".

Mgr Ponce de León, qui a prononcé ses premiers vœux dans l'Ordre religieux de la Consolata en janvier 1983, demande "humblement" aux religieuses qui habitent ce pays de 1,1 million d'habitants de ne pas recevoir de visiteurs dans leurs couvents. 

"Ils devraient aussi limiter leurs déplacements pour les services essentiels SEULEMENT", dit l'évêque, en s'adressant aux religieuses catholiques du Swaziland.

L'appel de l'évêque aux membres du clergé et aux religieuses survient quelques semaines après que six religieuses des Filles de Saint-François de Port Shepstone, dans le diocèse de Marianhill en Afrique du Sud voisine, aient succombé à COVID-19.

Après la mort des Sœurs, les responsables de la Conférence des responsables de la vie consacrée (LCCLSA) ont appelé "toutes les congrégations et communautés religieuses à être particulièrement vigilantes et prudentes face à la deuxième vague, mortelle et subtile, de la pandémie".

Advertisement

"Aucun d'entre nous n'est immunisé contre cette pandémie", a déclaré le président de la LCCLSA, Sr Nkhensani Shibambu, en ajoutant : "Nous restons notre meilleure défense contre le virus et le moins que nous puissions faire est de continuer à adhérer aux protocoles de sécurité de la prévention et du confinement du COVI D-19".