Cameroun: Le cardinal Tumi raconte dans un nouveau livre l'épreuve qu'il a vécue entre les mains de ses ravisseurs

Dans un nouveau livre publié sous le titre "Ma nuit en captivité", le cardinal chrétien Tumi raconte l'épreuve qu'il a vécue entre les mains de ses ravisseurs.
Credit: ACI Afrique.

Le cardinal Christian Tumi qui a été libéré après une nuit passée avec ses ravisseurs en novembre dernier a raconté son calvaire dans un nouveau livre, les mémoires du cardinal Christian Tumi publiée sous le titre "Ma nuit en captivité".

Dans une interview accordée à ACI Afrique mardi 12 janvier, le co-auteur du mémoire du Cardinal Tumi, Martin Jumbam, a déclaré qu'il était important que le Cardinal raconte son expérience avec les ravisseurs car "le gouvernement l'a toujours suspecté de soutenir les forces d'opposition au Cameroun".

"Dans ce livre, le cardinal expose très clairement sa position, à savoir qu'il ne soutient pas ces personnes dans la brousse, bien que le gouvernement le soupçonne d'être l'un des partisans, car il dit très clairement aux séparatistes qu'il ne soutient pas ce qu'ils font", a déclaré M. Jumbam.

Il a ajouté : "Le cardinal dit qu'il ne soutient pas la répression du gouvernement, qui a conduit à la prise d'armes. Il maintient sa neutralité et dit que tout ce qu'il veut, c'est que les armes se taisent et que la paix revienne dans le pays".

Le 5 novembre, le cardinal de 90 ans a été kidnappé à Baba I, un village situé le long de la route Bamenda-Kumbo (région du Nord-Ouest). Il a été libéré le jour suivant. 

Les détails de ce que les commanditaires de l'enlèvement du cardinal Tumi lui ont dit sont apparus dans une vidéo diffusée sur les médias sociaux. L'archevêque émérite de l'archidiocèse de Douala, au Cameroun, a été vu calme et recueilli alors qu'il répondait à certaines des questions de ses ravisseurs.

Dans cette vidéo de 5,47 minutes, le cardinal camerounais qui avait été enlevé avec 12 autres personnes, dont le chef traditionnel de la tribu Nso, Fon Sehm Mbinglo II, est accusé par les ravisseurs de "créer des problèmes dans notre territoire" et qu'ils l'avaient retenu pour "interrogatoire".

Lors de l'interview du 12 janvier avec ACI Afrique, M. Jumbam, qui anime des émissions sur la radio Veritas, propriété de l'archidiocèse catholique de Douala, a déclaré : "Le point culminant du livre est l'échange qu'il a eu avec les ‘amba boys’ qui l'ont arrêté, qui l'ont maîtrisé dans une petite ferme dans le nord-ouest du pays où il a passé la nuit avec son chauffeur, et puis le lendemain ils sont venus le voir et ont pris une vidéo pour la diffuser dans le monde entier".

"Ils lui ont donné l'occasion de dire ce qu'il pense de leur lutte et des événements dans le pays et pourquoi il s'oppose à leurs vues en tant que pasteur", a ajouté le journaliste catholique.

Il a ajouté, en référence au partage du cardinal dans sona mémoire, "Il parle de ce qui est mal comme de refuser aux enfants le droit d'aller à l'école, un de ses proches parrainant leurs actions, et de là, il donne la conclusion en disant que le gouvernement et l'opposition armée devraient s'entendre dans le cadre d'un dialogue, que les soldats devraient retourner à la caserne et que les combattants devraient déposer les armes en retour".

Le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du Cameroun, les deux régions anglophones de la nation centrafricaine, connaissent des violences depuis 2016, après que le déploiement d'enseignants et de juges francophones dans la région anglophone historiquement marginalisée ait fait l'objet d'une résistance par des manifestations. 

Les manifestations, qui ont tourné à la violence, ont impliqué des avocats et des enseignants dans les régions anglophones. Ils ont résisté au déploiement de leurs homologues francophones, arguant que les deux régions fonctionnaient selon des systèmes juridiques et éducatifs différents.

Dans l'interview du 12 janvier avec ACI Afrique, M. Jumbam, qui est également traducteur et interprète, a expliqué que le mémoire du Cardinal Tumi, lancé le 1er janvier en la solennité de Marie, Mère de Dieu, vise également à plaider pour la paix dans la nation centrafricaine.

"Nous avons besoin de la paix pour retourner sur notre terre. C'est ce que le cardinal plaide. C'est en fait le cœur du message qu'il a donné aux jeunes dans la brousse et le message va aussi au gouvernement", a déclaré M. Jumbam.

Il a poursuivi : "Les combats durent depuis cinq ans et nos enfants n'ont pas pu retourner à l'école.”

"Nous avons les personnes déplacées des deux régions qui inondent certaines parties de nos terres, certaines à travers la frontière du Nigeria. Le cardinal plaide donc pour que la violence cesse et que le dialogue s'instaure afin que la paix revienne et que chacun puisse rentrer chez lui", a ajouté le journaliste catholique. 

Dans la conclusion du mémoire en 12 chapitres, M. Jumbam a déclaré à ACI Afrique le 12 janvier, "le Cardinal s'adresse également au gouvernement et à l'opposition armée pour qu'ils s'entendent dans le cadre d'un dialogue ; les soldats devraient retourner à la caserne et les combattants devraient déposer les armes en échange. ” 

Une édition internationale des mémoires du cardinal Tumi est sous presse aux États-Unis et devrait être publiée le 22 janvier.

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]