L'hôpital de la mission catholique au Zimbabwe lutte contre les infections COVID-19 chez les travailleurs de santé

L'entrée de l'hôpitalSt Albert dans l'archidiocèse de Chinhoyi au Zimbabwe.
Credit: Domaine public

Il ne reste plus que sept infirmières pour assurer les gardes à l'hôpital de la Mission St Albert dans l'archidiocèse de Chinhoyi au Zimbabwe, après que leurs 26 collègues aient été testés positifs au COVID-19.

Des dizaines de membres du personnel de l'hôpital catholique ont été testés positifs au coronavirus, une situation qui "fait des ravages" à l'hôpital, a annoncé la direction de la communication sociale du diocèse.

"L'un de nos hôpitaux missionnaires dans le diocèse a été gravement touché par la pandémie. Au total, 34 membres du personnel ont été testés positifs pour le virus à l'hôpital de la mission St Albert à Centenary Mash Central. Cela inclut 26 infirmières", a rapporté le diocèse sur sa page Facebook officielle mercredi 13 janvier.

Un membre du personnel qui s'est adressé à la direction des communications sociales du diocèse a déclaré que l'hôpital était sur le point de fermer boutique en raison du nombre limité de travailleurs.

"La semaine dernière, l'hôpital était sur le point de fermer ses portes parce que les personnes testées positives et leurs contacts étaient en isolement et en quarantaine, de sorte qu'il n'y avait que 7 infirmières de service pour toutes les équipes et la situation est terrible," a déclaré Mme Kangundu, la directrice de l'hôpital.

Pour sa part, le Dr Julia Musariri, qui travaille à l'hôpital de la Mission, a déclaré que l'hôpital avait besoin d'urgence de plus d'équipements de protection individuelle (EPI) afin de renforcer les capacités du personnel squelettique qui est encore disponible à l'hôpital.

Le Zimbabwe a connu un pic dans sa deuxième vague d'infections COVID-19 qui a vu le pays enregistrer 9 149 cas entre le 29 décembre et le 11 janvier. Au 13 janvier, le Zimbabwe avait enregistré 23.239 cas de COVID-19, dont 551 décès et 13.396 guérisons.

Le taux élevé d'infections a incité le gouvernement à mettre en place des mesures de confinement strictes afin de contenir la catastrophe. Ces mesures comprennent l'interdiction pour les familles de transporter leurs proches décédés vers leur lieu de naissance pour les enterrer, une mesure qui a suscité des réactions mitigées dans ce pays d'Afrique australe.

La police du Zimbabwe a également interdit l'exposition publique des corps et la tradition qui veut qu'un cadavre passe la nuit dans la maison familiale avant d'être enterré.

Ces mesures drastiques ont cependant été critiquées par l'Association zimbabwéenne des médecins des droits de l'homme (ZAHDR), qui a déclaré que l'approche n'était pas fondée sur la science.

Mais dans une réflexion, "Comprendre la directive du gouvernement sur le mouvement des corps", le père Limukani Ndlovu, un prêtre de l'archidiocèse catholique de Bulawayo a observé que le gouvernement a été mis au pied du mur en renforçant des mesures qui ne plaisent pas aux gens pour contenir COVID-19.

"La position adoptée par le gouvernement peut sembler maladroite, ne pas correspondre à notre foi et à nos valeurs culturelles et traditionnelles ; elle peut sembler désagréable et indésirable et pourtant nous sommes pris entre deux maux", déclare le père Ndlovu.

Il ajoute : "Des méthodes incorrectes ou déloyales peuvent être utilisées si l'objectif global est bon, d'où le principe éthique : "La fin justifie les moyens". Nous espérons et sommes convaincus que la directive s'appliquera à tous de la même manière, sans faveur ni crainte". 

Il affirme en outre que toute décision et tout choix qui sauvegarde et favorise la vie et les moyens de subsistance est bon et acceptable pour Dieu.

"Selon un proverbe Ndebele (langue indigène du Zimbabwe), akumango ongelathuna signifie littéralement qu'il n'y a pas d'endroit où l'on ne peut être enterré. Nous appartenons à Dieu, quel que soit l'endroit où nous sommes enterrés. Nous appartenons à Dieu, que nous soyons enterrés ou non", déclare l'Ecclésiaste dans la réflexion du mardi 12 janvier.

Selon l'ecclésiastique qui est directeur du centre pastoral d'Emthonjeni, un centre de formation de l'archidiocèse, "il incombe à chaque citoyen de rompre le fil de la transmission du coronavirus. Cette responsabilité n'est pas seulement une question de droit, mais elle appelle à une formation de la conscience".

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]