Après l'assassinat d'un prêtre catholique au Nigeria, les dirigeants chrétiens veulent que "ce mal cesse".

Feu père John Gbakaan, prêtre du diocèse catholique de Minna au Nigeria, enlevé et tué par des inconnus armés le 15 janvier 2021
Credit: Domaine public

Suite au récent meurtre du père John Gbakaan, un prêtre catholique du diocèse de Minna au Nigeria, les dirigeants chrétiens de ce pays d'Afrique de l'Ouest ont demandé au gouvernement fédéral de mettre fin aux crimes visant les religieux.

Selon PM News, une publication nigériane en ligne, le père Gbakaan et son jeune frère ont été attaqués par des tireurs inconnus vendredi 15 janvier vers 21 heures sur la route Lambata-Lapai dans l'État du Niger au Nigeria, après avoir rendu visite à leur mère à Makurdi, dans l'État de Benue.

"Nous demandons simplement au gouvernement fédéral et à toutes les agences de sécurité de faire tout ce qu'il faut pour mettre fin à ce mal", a déclaré le vice-président de l'Association chrétienne du Nigeria (CAN) dans le nord du pays, John Hayab.

Dans l’article du dimanche 17 janvier, le responsable de la CAN lance un nouvel appel : "Tout ce que nous demandons au gouvernement, c'est de nous protéger contre les hommes malfaisants qui détruisent nos vies et nos biens. ”

Les assaillants de Gbakaan ainsi que son jeune frère les auraient attaqués à la machette, hachant le corps du prêtre au-delà de toute reconnaissance. Son frère aurait été enlevé et il n'a toujours pas été retrouvé.

Le corps du père Gbakaan a été retrouvé attaché à un arbre dans un buisson le jour suivant, le samedi 16 janvier. Son véhicule a également été retrouvé dans la brousse. 

Le meurtre du prêtre est la dernière d'une série de menaces sur la vie des membres du clergé dans le pays le plus peuplé d'Afrique. 

Le 27 décembre, l'évêque auxiliaire de l'archidiocèse d'Owerri au Nigeria, Mgr Moses Chikwe, a été enlevé avec son chauffeur et libéré après cinq jours de captivité.

Le père Valentine Oluchukwu Ezeagu, membre des Fils de Marie Mère de la Miséricorde (SMMM), a été enlevé dans l'État d'Imo alors qu'il se rendait aux funérailles de son père dans l'État voisin d'Anambra, au sud-est du Nigeria, le 15 décembre. L'ecclésiastique nigérian a été libéré le jour suivant.

En novembre, le père Matthew Dajo, un ecclésiastique de l'archidiocèse d'Abuja, a été enlevé et libéré après dix jours de captivité.

Dans l’article du 17 janvier, Hayab, qui a décrit le meurtre du père Gbakaan comme ayant été reçu "avec beaucoup de choc et de douleur", dit que les enlèvements continus, qui semblent viser les membres du clergé, coûtent des vocations pastorales. 

"Aujourd'hui, dans le nord du Nigeria, beaucoup de gens vivent dans la peur et de nombreux jeunes ont peur de devenir pasteurs car la vie des pasteurs est en grand danger", déclare le responsable de la CAN.

Il explique : "Lorsque des bandits ou des kidnappeurs réalisent que leurs victimes sont des prêtres ou des pasteurs, il semble qu'un esprit violent s'empare de leur cœur pour exiger une rançon plus élevée et, dans certains cas, va jusqu'à tuer la victime".

Le 10 janvier, Mgr Ignatius Ayau Kaigama d'Abuja, qui a qualifié les actes d'enlèvement de criminels, de péchés et de dégradants pour l'humanité, a déclaré que la poursuite des enlèvements donnerait au pays "une mauvaise réputation" sur le plan international.

"Laissé sans contrôle par les autorités nigérianes, cet acte honteux et dégoûtant continuera à donner une mauvaise réputation au Nigeria et à faire fuir les visiteurs et les investisseurs dans le pays", a déclaré Mgr Kaigama. 

En décembre, le Département d'État américain a classé le Nigeria parmi les pires pays pour la liberté religieuse, décrivant la nation ouest-africaine comme un "pays particulièrement préoccupant (CPC)". Il s'agit d'une désignation officielle réservée aux nations où les pires violations de la liberté religieuse ont lieu, les autres pays étant la Chine, la Corée du Nord et l'Arabie saoudite.

L'action du Département d'Etat américain a été saluée par les dirigeants des Chevaliers de Colomb, le Chevalier Suprême, Carl Anderson, ayant déclaré le 16 décembre : "Les chrétiens du Nigeria ont gravement souffert aux mains de Boko Haram et d'autres groupes".

Les meurtres et les enlèvements de chrétiens au Nigeria sont maintenant "au bord du génocide", a ajouté M. Anderson. 

"Les chrétiens du Nigéria, tant catholiques que protestants, méritent une attention, une reconnaissance et un soulagement maintenant", a ajouté M. Anderson, ajoutant que "les chrétiens du Nigéria devraient pouvoir vivre en paix et pratiquer leur foi sans crainte".

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]