Le pape François avance les causes des religieuses italiennes décédées lors de l'épidémie d'Ebola en Afrique

Une messe sur la place Saint-Pierre pour la canonisation de 35 saints le 15 octobre 2017.
Credit: Daniel Ibanez/CNA.

Le pape François a reconnu la vertu héroïque de trois religieuses italiennes qui sont mortes d'Ebola en Afrique lors de l'épidémie de 1995.

Sr Floralba Rondi, Sr. Clarangela Ghilardi et Sr Dinarosa Bellerini étaient membres des Sœurs des Pauvres de l'Institut Palazzolo et ont été envoyées comme missionnaires en République démocratique du Congo.

Là-bas, alors qu'elles étaient au service des pauvres, elles ont contracté et sont mortes de la fièvre hémorragique Ebola à trois semaines d'intervalle, lorsque la maladie virale a éclaté à Kikwit. Les sœurs avaient entre 50 et 60 ans.

En six mois, 245 personnes sont mortes de l'épidémie, dont d'autres membres des Sœurs des Pauvres.

Le 20 février, le pape François a reconnu la vertu héroïque des trois femmes. Son décret signifie qu'elles sont maintenant appelées "vénérables".

Le pape a également reconnu la vertu héroïque d'Elisa Giambelluca, une laïque italienne membre de l'Institut Teresiana (1941-1986), de Sœur Maria Felicita Fortunata Baseggio, une religieuse italienne de l'Ordre de Saint Augustin (1752-1829) et du Père Ignace Spencer, un prêtre britannique de la Congrégation de la Passion de Jésus-Christ et converti de l'anglicanisme (1799-1864).

Le père Albino Alves da Cunha e Silva, un prêtre portugais du XXe siècle, a également été reconnu pour avoir vécu une vie de vertu héroïque.

Quelques années après l'ordination de Silva comme prêtre, la révolution de 1910 a éclaté au Portugal et le gouvernement provisoire anti-cléricaliste a pris le pouvoir, expulsant les jésuites et autres prêtres religieux, fermant les couvents, interdisant l'enseignement religieux dans les écoles et institutionnalisant le divorce légal.

Refusant de se soumettre, Silva a été arrêté, mais avant de pouvoir être exilé en Afrique, il s'est échappé, puis a été introduit clandestinement en Espagne, pour finalement être mis sur un bateau à destination du Brésil.

Là, il a servi comme prêtre de paroisse à Catanduva, où il n'a pas été accueilli au départ. Silva a fini par gagner l'amour et la confiance de la communauté. Il a construit une nouvelle église, un hôpital et une maison de retraite.

Silva a également fondé des écoles d'enseignement supérieur, dont une faculté de médecine pour former des médecins qui travailleront dans son hôpital.

Dans les dernières années de sa vie, étant en mauvaise santé, Silva a résidé à l'hôpital, aidant personnellement les patients et effectuant d'autres tâches. Il est décédé en 1973, deux jours avant son 91e anniversaire.

Le 20 février, le pape François a également approuvé un miracle attribué à l'intercession de la bienheureuse Armida Barelli, une laïque italienne qui était membre profès de l'Ordre Franciscain Séculier et co-fondatrice de l'Institut Séculier des Missionnaires de la Royauté du Christ.

Barelli a été nommée présidente de l'organisation nationale des jeunes filles d'action catholique par le pape Benoît XV en 1918, et en 1921, elle a créé la "Société des amis de l'université catholique", toujours à la demande de Benoît XV.

Elle a passé une grande partie de sa vie à travailler à la diffusion du charisme franciscain. Elle est morte en 1952, quelques années après avoir commencé à souffrir des effets d'une maladie progressive.

Avec l'approbation d'un miracle par l'intercession du Pape François, Barelli sera béatifiée.

Le miracle a eu lieu à Prato, en Italie, en 1989. Une femme de 65 ans, Alice Maggini, a subi une grave commotion cérébrale lorsqu'elle a été frappée par un camion alors qu'elle roulait à bicyclette.

Les médecins ont prédit que Maggini aurait de graves conséquences neurologiques suite à l'accident, mais après que sa famille ait prié par l'intercession de Barelli pour sa guérison, elle a inexplicablement eu un rétablissement complet, et a continué à vivre jusqu'en 2012.

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]