Advertisement

Au Ghana, un évêque demande un soutien professionnel et l'engagement des parties prenantes dans la lutte contre COVID-19

Mgr Emmanuel Kofi Fianu, SVD, président épiscopal pour la santé de la Conférence des évêques catholiques du Ghana et évêque de Ho dans la région de la Volta au Ghana, qui demande au gouvernement d'écouter les conseils des experts médicaux sur COVID-19. Bureau de communication du diocèse de Ho Mgr Emmanuel Kofi Fianu, SVD, président épiscopal pour la santé de la Conférence des évêques catholiques du Ghana et évêque de Ho dans la région de la Volta au Ghana, qui demande au gouvernement d'écouter les conseils des experts médicaux sur COVID-19.
Bureau de communication du diocèse de Ho

Comme le montrent les cas de la randonnée COVID-19 au Ghana, un évêque catholique de ce pays d'Afrique de l'Ouest déclare que pour que le pays progresse dans la lutte contre la pandémie, il est nécessaire que les autorités demandent des conseils professionnels et l'engagement des parties prenantes dans la prise de décisions clés.

Dans un entretien avec ACI Afrique, Mgr Emmanuel Kofi Fianu, président de la Commission épiscopal pour la Santé de la Conférence des évêques catholiques du Ghana (GCBC), a mis en garde le gouvernement du pays contre la politisation de la lutte contre COVID-19 et a appelé à l'inclusion dans la lutte contre la pandémie.

"Le gouvernement doit écouter nos épidémiologistes et les médecins spécialistes en général. Nous ne devons pas politiser les décisions ou les mesures que nous prenons pour faire face à la pandémie", a déclaré Mgr Fianu à ACI Afrique lors de l'interview du lundi 22 février.

Des appels ont été lancés au gouvernement ghanéen pour qu'il envisage de fermer les écoles de base afin de contenir la propagation du COVID-19, car certaines écoles auraient enregistré des cas de coronavirus depuis la réouverture des écoles le 15 janvier, après près de 10 mois de fermeture en raison de la pandémie.                   

L'évêque anglican de Koforidua, dans la région orientale du Ghana, le révérend Felix Annan, a spécifiquement déclaré que la fermeture des écoles garantirait la sécurité des enfants.

Advertisement

"Puisque certaines écoles ont enregistré des cas de COVID-19, la fermeture des écoles de base maintenant, réduirait la propagation ainsi que la protection des enfants", a déclaré l'évêque anglican.

Mais dans l'interview accordée à ACI Afrique, Mgr Fianu s'est dit optimiste quant aux consultations entre le gouvernement et les parties prenantes concernées, notamment les parents, les experts médicaux et le Service d'éducation du Ghana, avant d'arriver à la décision de rouvrir les écoles du pays.

"Ce qui me préoccupe, ce sont les rapports des organisations de la société civile selon lesquels les mesures de protection promises par le gouvernement pour les écoles ne sont pas disponibles sur le terrain. Si cela est vrai, alors nous mettons la vie de certains de nos enfants en danger", a déclaré l'évêque catholique.

Le directeur général du service de santé ghanéen, le Dr Patrick Kuma-Aboagye, a annoncé le 2 février que le Ghana avait enregistré 142 cas de COVID-19 dans les collèges et les lycées depuis leur réouverture le mois dernier.

Au total, 56 cas ont été confirmés dans 23 écoles de la région du Grand Accra, 82 cas comprenant 73 élèves et neuf membres du personnel dans la région de l'Est, trois cas dans la région du Haut Ouest et un cas dans la région de l'Ouest, a déclaré le directeur général lors d'une conférence de presse.

More in Afrique

Au 22 février, le Ghana avait enregistré 6 658 cas de COVID -19.

Dans l'interview accordée à ACI Afrique, l'Ordinaire local du diocèse de Ho au Ghana a déclaré que les nouvelles concernant l'infection des enfants dans les écoles étaient inquiétantes, ajoutant que "le gouvernement devra peser les risques encourus par rapport à un désir apparent de revenir à une forme de normalité".

"Il est vrai que la vie doit continuer malgré la pandémie ou nous devons apprendre à vivre avec la pandémie dans ce que nous appelons une nouvelle normalité mais cela doit être fait avec beaucoup de prudence pour ne pas mettre des vies en danger. Chaque vie compte et doit être protégée", a déclaré Mgr Fianu. 

Il a ajouté : "Les rumeurs selon lesquelles les chiffres publiés sont falsifiés ne renforcent pas la confiance de la population. Nous devons tous intensifier l'éducation nécessaire de la population pour qu'elle comprenne la situation qui se présente à nous et comprenne la nécessité de suivre strictement les protocoles en place".

"Il n'est pas bon de vivre dans le déni de la pandémie", a encore déclaré l'évêque, qui a ajouté : "Si l'un d'entre nous n'est pas protégé, nous mettons tous les autres en danger. Je n'appellerais pas à une prière ou une croisade nationale dans laquelle les foules se rassembleraient au même endroit".

Advertisement

Réagissant à un éventuel verrouillage, le membre de la Société du Verbe Divin (SVD) a déclaré : "Un verrouillage total à tout moment devrait être informé par nos experts de la santé. Quoi qu'il en soit, nous devons savoir que toute forme de verrouillage affecte les personnes vulnérables de notre société".

Il a souligné la nécessité pour le gouvernement de mettre en place des mesures pour contenir la propagation du coronavirus tout en s'assurant que les besoins des pauvres et des autres groupes vulnérables soient satisfaits.

Il a félicité le gouvernement ghanéen pour avoir distribué des repas à certaines personnes vulnérables pendant la première période de fermeture du pays, et a exhorté les autorités compétentes de ce pays d'Afrique de l'Ouest à veiller à ce que des mesures strictes pour arrêter le virus soient respectées dans les points de distribution de nourriture à l'avenir.

"Pendant la dernière fermeture partielle, le gouvernement distribuait des repas chauds à certaines personnes vulnérables, une action qui était bonne en soi, mais qui permettait aux gens de quitter leur maison et de faire la queue aux points de distribution", se rappelle l'évêque, qui ajoute : "En effet, si l'un d'entre eux était infecté, il finissait par infecter d'autres personnes également".

Selon l'évêque de 63 ans, qui est à la tête du diocèse de Ho depuis son ordination épiscopale en octobre 2015, la mort de certains Ghanéens éminents et les rapports sur leur infection indiquent que la pandémie est réelle et que personne n'est singulièrement à l'abri.

Il a déclaré : "Ce doit être un effort collectif si nous voulons rester en sécurité. Je crois que ces personnalités ont suivi les protocoles mais que ceux avec qui elles ont interagi ne l'ont pas fait et ont donc été infectés".

"Le fait que nous entendions parler de l'infection de personnalités éminentes est également un signe que nous nous éloignons de la stigmatisation afin de mieux gérer la pandémie", a déclaré Mgr Fianu à ACI Afrique le 22 février.