Advertisement

Au Nigeria, un chef d’église lance un appel à la communauté internationale pour la libération de Leah Sharibu

Aide à l'Eglise en Détresse (AED) International Aide à l'Eglise en Détresse (AED) International

À l'occasion du troisième anniversaire de l'enlèvement de l'écolière chrétienne nigériane Leah Sharibu, un dirigeant chrétien de ce pays d'Afrique de l'Ouest a lancé un appel pour que des "efforts concertés intentionnels" soient déployés par-delà les frontières afin d'exiger sa libération. 

Le 19 février 2018, le groupe terroriste Boko Haram a attaqué le Government Girls' Science and Technical College (GGSTC) de Dapachi, dans l'État de Yobe au Nigeria, enlevant110 écolières, dont Leah Sharibu, âgée de 14 ans. 

Alors que la plupart des filles ont été libérées le mois suivant, le 10 mars 2018, Leah n'a pas retrouvé sa liberté pour avoir refusé de se convertir à l'Islam. Cinq autres filles seraient mortes en captivité.

Dans une interview avec l'organisation caritative pontificale, Aide à l'Eglise en Détresse (AED) International, le Président de la Fondation pour la Paix de Para-Mallam, le Pasteur Gideon ParaMallam, déclare qu'il y a un besoin d'"efforts concertés intentionnels à la fois locaux et mondiaux pour assurer sa libération le plus tôt possible".

"Levez-vous, citoyens du monde, et brisez le mur du silence et criez pour la libération de Leah Sharibu !" Le révérend Para-Mallam déclare dans le rapport que le leadership de l'AED a été partagé avec ACI Afrique mercredi 24 février. 

Advertisement

Il poursuit : "Mettez votre gouvernement au défi d'utiliser son pouvoir et les canaux diplomatiques pour soulever la question de Leah auprès de notre président et des structures de pouvoir concernées au Nigeria afin d'agir pour libérer Leah et d'autres personnes en captivité". 

"Il ne s'agit pas seulement de Leah Sharibu, mais de notre humanité commune", souligne le pasteur nigérian. 

L'année dernière, les médias locaux ont rapporté que Leah s'était convertie à l'Islam avant d'être mariée à l'un des commandants du Boko Haram. 

Dans l'interview accordée à l’AED, le pasteur Para-Mallam dit qu'un témoin oculaire lui a confirmé "en privé" que Leah s'était convertie à l'Islam. 

More in Afrique

Cependant, le pasteur remet en question la conversion de Leah en disant : "Une conversion forcée à l'Islam en captivité serait-elle considérée comme une conversion volontaire ? 

"N'oubliez pas que Leah a été retenue en premier lieu parce qu'elle a décidé, à l'âge de 14 ans, de rester fidèle à sa conviction chrétienne", ajoute-t-il. 

Le révérend Para-Mallam appelle également le peuple de Dieu à prier pour "l'héroïne de la foi chrétienne ... de rester fidèle à sa foi en Christ, même en cette heure sombre où l'épreuve de sa foi est poussée à des limites que même les adultes n'affronteront pas facilement".  

Le 20 février, Mgr Alfred Adewale Martins de l'archidiocèse de Lagos au Nigeria a appelé le président Muhammadu Buhari à "faire tout ce qui est en son pouvoir en tant que commandant en chef des forces armées du Nigeria, celui dont toutes les autres agences de sécurité reçoivent leurs ordres, pour obtenir sa libération".

Advertisement

Mgr Adewale a également appelé le gouvernement nigérian à travailler à la libération d'autres étudiants enlevés dans ce pays d'Afrique de l'Ouest.