Advertisement

Les jésuites en Afrique rejoignent plus de 100 pays pour demander la renonciation aux droits de brevet sur COVID-19

Les membres de la Compagnie de Jésus (Jésuites) en Afrique et à Madagascar ont, par leur leadership, rejoint plus de 100 pays à travers le monde pour demander aux pays du G20 de soutenir la renonciation aux droits de brevet sur les vaccins contre les coronavirus, soumise à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) l'année dernière. 

En octobre 2020, l'Afrique du Sud et l'Inde ont soumis une proposition de dérogation à certaines dispositions de l'Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) pour la prévention, le confinement et le traitement du COVID-19. 

Parallèlement, l'accord ADPIC est un accord juridique international entre les membres de l'OMC qui permet d'assurer une protection plus étendue de la propriété intellectuelle.  

"Nous prêtons notre voix à plus de 100 pays, à 400 organisations de la société civile dans le monde et aux organisations internationales qui ont déjà accueilli ou soutenu la proposition", déclare la direction de la Conférence des jésuites d'Afrique et de Madagascar (JCAM) dans la déclaration soumise aux pays du G20 ayant une ambassade dans la capitale du Kenya, Nairobi.

Dans la déclaration du 22 février, signée par le président de la JCAM, le père Agbonkhianmeghe E. Orobator, les Supérieurs Majeurs des Jésuites d'Afrique et de Madagascar ajoutent que la pétition adressée aux nations du G20 ajoute une voix à celle du pape François qui a souligné la nécessité de rendre le vaccin COVID-19 disponible et accessible à tous.

Advertisement

Le G20 est un forum international qui réunit les gouvernements de 20 des principales économies mondiales. Les membres représentent plus de 80 % du PIB mondial, 75 % du commerce mondial et 60 % de la population de la planète.

Si elle est soutenue, la dérogation proposée par l'Afrique du Sud et l'Inde ignorerait temporairement les droits de brevet sur le vaccin COVID-19, facilitant ainsi l'augmentation de la production et la fabrication à grande échelle de l'inoculation.                       

Dans la déclaration du 22 février, la direction de la JCAM déclare que l'opposition à la dérogation est "tout simplement indéfendable" et "contribue à l'aggravation des crises mondiales de l'inégalité".

Les dirigeants des Jésuites d'Afrique et de Madagascar ajoutent que plus le virus circule dans les populations non protégées, "plus la probabilité de voir apparaître des mutations plus transmissibles est élevée, ce qui affectera évidemment tous les pays, y compris ceux qui s'opposent à la proposition de dérogation".

Pour aller de l'avant, les Jésuites demandent aux pays du G20 de demander au Fonds monétaire international (FMI) d'émettre "un nouveau cycle de droits de tirage spéciaux (DTS) qui servirait à financer l'augmentation rapide de la production de vaccins et leur distribution aux pays en développement".

More in Afrique

"Cela serait également particulièrement important pour la majorité des pays africains confrontés à un déficit de leur balance des paiements dans le cadre de COVID-19", affirment les responsables du JCAM.

Les Jésuites recommandent que les fonds soient mobilisés de manière innovante afin d'augmenter la capacité de financement de la facilité COVAX.

COVAX est un partenariat entre l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Gavi Vaccine Alliance et la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI). L'initiative créée pour réduire la disparité des vaccins entre les pays à revenu élevé et faible vise à mettre les inoculations à la disposition des pays en développement.   

"Afin d'obtenir des résultats significatifs en 2021, COVAX devrait avoir des fonds garantis de 20 à 40 milliards de dollars, qu'elle transformerait en accords fermes sur l'expansion de la production de vaccins", affirment les jésuites d'Afrique et de Madagascar par l'intermédiaire de leurs dirigeants.   

La pétition des dirigeants du JCAM intervient avant la réunion du Conseil des ADPIC de l'OMC des 10 et 11 mars, où les droits de brevet sur les vaccins COVID-19 et d'autres produits médicaux seront examinés.

Advertisement