Advertisement

La nécessité d'un dialogue cohérent entre les femmes africaines soulignée pendant une conférence à Nairobi

Le professeur Mary Getui s'adressant aux participants à la conférence sur la religion et le genre Tangaza University College Le professeur Mary Getui s'adressant aux participants à la conférence sur la religion et le genre
Tangaza University College

La nécessité d'un dialogue cohérent entre les femmes africaines, indépendamment de leur âge et des différences culturelles et religieuses, a été soulignée lors de la troisième édition de la conférence sur les religions et le genre qui s'est tenue au Kenya.

Lors de la session du vendredi 26 février de la conférence qui s'est concentrée sur "Le dialogue interreligieux comme espace de représentation et de collaboration des femmes dans la tradition chrétienne", le professeur Mary Getui a souligné la valeur du dialogue.

"Nous pouvons traverser les espaces culturels et sociaux par le dialogue. Nous pouvons franchir les barrières extérieures et dynamiques grâce au dialogue. Le dialogue peut permettre de franchir des barrières politiques", a déclaré le professeur d'études religieuses de l'Université catholique d'Afrique orientale (CUEA), basée au Kenya.

Pour que le dialogue interreligieux porte ses fruits, le professeur Getui, qui préside également le Conseil national de lutte contre le sida (NACC) au Kenya, a déclaré que "les femmes, quelle que soit leur religion" doivent apprécier le caractère unique et les différences de chacun.

Les femmes doivent également approfondir leur foi personnelle, car cela les aidera à apprécier "la conviction d'une autre foi", a ajouté l'expert en études religieuses basé au Kenya lors de la conférence organisée par l'Institut pour le dialogue interreligieux et les études islamiques (IRDIS) du TUC.

Advertisement

Elle a souligné la valeur de "l'intra-dialogue, c'est-à-dire le fait de parler à soi-même, de ses propres convictions" ainsi que la nécessité d'apprécier "l'espace privé qui donne une opportunité d'intradialogue".

"Apprécier l'espace personnel nous aidera dans l'espace public où nous pouvons avoir un dialogue interreligieux", a ajouté le professeur Getui. 

Ce qui importe le plus en matière de dialogue, c'est qu'"il y a un bien commun", a-t-elle poursuivi, ajoutant que le dialogue devrait être permanent car il permet de surmonter les différentes différences dans la société.

Elle a encouragé toutes les femmes dans leur diversité à participer au dialogue interreligieux en disant : "En ce qui concerne les femmes, l'âge ne devrait pas entraver notre contribution. Quelle que soit la position d'une personne, aussi petite ou humble soit-elle, on ne peut pas savoir jusqu'où son message peut aller. ”

Les sessions de la conférence du 26 février ont marqué la fin de la Semaine de la fraternité humaine qui s'est déroulée sur cinq jours au TUC, l'institution catholique d'enseignement supérieur basée à Nairobi et détenue conjointement par 22 ordres religieux. 

More in Afrique

La conférence qui a débuté le 22 février comprenait "une série de webinaires par des universitaires du Kenya et d'Europe qui réfléchissent sur l'idée de fraternité universelle, des lancements de livres et des activités concrètes pour promouvoir une meilleure compréhension entre tous les croyants", a déclaré le directeur de l'IRDIS, le père Innocent Maganya, dans son message du 19 février partagé avec l'ACI Afrique. 

La conférence de l'année dernière sur les religions et le genre a été guidée par le thème "Droits des minorités religieuses et alphabétisation (inter)religieuse du point de vue des femmes".