Advertisement

Mgr Luka Gopep : Le Nigeria a besoin de prédicateurs d'évangile sans peur

Feu Michael Nnadi Diocèse catholique de Sokoto, Nigeria Feu Michael Nnadi
Diocèse catholique de Sokoto, Nigeria

Lors de la célébration de la Sainte Eucharistie marquant le premier anniversaire depuis l'assassinat du séminariste Michael Nnadi, l'évêque auxiliaire du diocèse de Minna au Nigeria a souligné la nécessité de prêcher l'Évangile sans peur, à l'exemple du séminariste décédé. 

Michael, qui était séminariste au Grand Séminaire du Bon Pasteur dans l'archidiocèse de Kaduna au Nigeria, a été tué en janvier 2020 parce qu'il n'aurait pas cessé d'annoncer l'Evangile du Christ en captivité. 

"Nous célébrons Michael comme un héros de la foi, un prêcheur de la parole sans peur. C'est le type de messagers et de prêcheurs dont notre nation et notre monde ont besoin", a déclaré Mgr Luka Sylvester Gopep lors de la manifestation du 26 février organisée par l'archevêché métropolitain de Kaduna.  

Mgr Gopep a ajouté : "Des prêcheurs qui regarderont un pécheur et un ennemi droit dans les yeux et les affronteront avec amour et une foi courageuse ; des prêcheurs qui, au nom de l'évangile et de la vérité, seront prêts à prendre le chemin du martyre au lieu de se dérober devant les difficultés et les défis. ” 

Michael, 18 ans, faisait partie des quatre séminaristes enlevés au Grand Séminaire du Bon Pasteur de Kaduna dans la nuit du 8 janvier 2020. Alors que trois des séminaristes ont été libérés, le natif du diocèse de Sokoto a été retrouvé assassiné 20 jours plus tard. 

Advertisement

De multiples crises, telles que des enlèvements et des meurtres, ont secoué le pays d'Afrique de l'Ouest ces dernières années, une situation qui a incité les chefs religieux à exprimer leurs préoccupations quant à l'insécurité persistante dans la nation. 

Le 23 février, les membres de la Conférence des évêques catholiques du Nigeria (CBCN) ont souligné les multiples crises qui affectent la nation la plus peuplée d'Afrique et ont appelé à une action urgente de peur que le pays ne s'effondre.

Dans son homélie du 26 février, Mgr Gopep a décrit le Nigeria comme un pays dont "le menu quotidien est truffé de larmes, de douleur, de déception, de trahisons, et la réalité évidente est que la durée de vie dans notre pays a considérablement diminué".

"Notre pays est un pays où nous nous réunissons le matin pour célébrer nos proches, mais où nous sommes appelés à nouveau pour assister à leurs funérailles parce qu'ils ont été assassinés ou massacrés", a déclaré l'évêque nigérian, ajoutant : "Les gens ne sont pas en sécurité sur la route, dans leurs fermes, dans leurs lieux de culte ou dans leurs maisons". 

Il a poursuivi lors de la célébration eucharistique qui a réuni les évêques catholiques dans l'archidiocèse métropolitain de Kaduna : "Nous sommes devenus si vulnérables que même la tromperie a été canonisée. Nos politiciens se contentent de mensonges alors que la pauvreté est devenue un tissu commun dans notre pays. Les rêves non réalisés sont nos gains les bienvenus".

More in Afrique

"C'est une indication claire que quelque chose ne va pas quelque part. Soit avec les dirigeants, soit avec les dirigés. Nous n'avons pas réussi à nous dire la vérité ou nous avons refusé de l'accepter", a poursuivi l'évêque de 55 ans.  

Il a appelé les membres du clergé à "prendre la responsabilité de notre émancipation en toute sécurité et de celle de notre peuple".

"Notre sacerdoce ne devrait pas devenir comme la politique et les politiciens nigérians. Il ne fait aucun doute que notre système politique et nos hommes politiques nous ont laissé tomber, mais nous ne devrions pas laisser tomber le peuple de Dieu dans notre pays", a déclaré Mgr Gopep lors de la célébration eucharistique commémorative qui a eu lieu au séminaire du Bon Pasteur, à Kaduna,

A part les prêtres, a dit l'évêque, tous les baptisés au Nigeria doivent "relever le défi de notre temps et se passionner pour concevoir les moyens et proposer la solution pour libérer notre peuple et notre pays des mains des ennemis de la vie".

"Notre pays a besoin d'hommes et de femmes d'action et non de mots", a souligné Mgr Gopep. 

Advertisement

Le 12 février, le diocèse de Sokoto, dont Michael est originaire, a organisé une célébration eucharistique en l'honneur du séminariste tué. 

Au cours de la célébration, l'Ordinaire local du diocèse, Mgr Matthew Hassan Kukah, a déclaré : "Il est assez tragique qu'un an plus tard, nous soyons encore plus près de nulle part où nous espérons être. La récolte de la mort s'est enrichie, de plus en plus de gens meurent".

Faisant référence à l'héroïsme de Michael dans son témoignage de Jésus-Christ en captivité, Mgr Kukah a déclaré que le cours de sainteté des séminaristes tardifs devrait être avancé car "nous n'avons jamais eu ce genre d'expérience. Que les personnes qui l'ont tué, sont en fait venues et ont témoigné qu'elles ont tué Michael parce qu'il leur prêchait et leur disait que ce qu'elles faisaient n'était pas bien".