Advertisement

Selon un rapport, l'Ouganda parmi les pays où la discrimination religieuse a été constatée lors de la COVID19

Une affiche du groupe parlementaire multipartite pour la liberté internationale de religion ou de conviction (APPGFoRB) APPFoRB/ Twitter Une affiche du groupe parlementaire multipartite pour la liberté internationale de religion ou de conviction (APPGFoRB)
APPFoRB/ Twitter

L'Ouganda est l'un des nombreux pays d'Afrique où les minorités religieuses ont été exclues des stratégies clés de lutte contre la COVID-19, indique un récentrapport sur l'état de la liberté religieuse, qui met également en évidence diverses formes de discrimination et de persécution religieuses dans le monde.

Compilé par le groupe parlementaire multipartite pour la liberté internationale de religion ou de conviction (APPGFoRB), le rapport détaille la situation de la liberté religieuse dans 30 pays, y compris ceux d'Afrique où des inégalités religieuses ont été documentées.

En Ouganda, le rapport de l'APPGFoRB note que la réponse du gouvernement à COVID-19 a systématiquement exclu les groupes religieux minoritaires.

"Des réunions consultatives avec les communautés religieuses pour répartir la distribution des fournitures et coordonner les réponses et les messages sanitaires ont été organisées sous l'égide du Conseil interreligieux de l'Ouganda dont les membres sont limités à sept organisations", indique le rapport de l'APPGFoRB.

En faisant référence au pays d'Afrique de l'Est, la portée limitée à seulement sept entités religieuses "signifie que tous les autres groupes ne sont pas inclus. Cela ne se fait pas seulement au détriment de ces groupes, mais de tout le monde en Ouganda, car le fait que certains groupes n'aient pas les connaissances et le soutien nécessaires pour se protéger de COVID-19 signifie que cette maladie risque davantage de se propager et de persister dans le pays", indique encore le rapport. 

Advertisement

Les membres du Conseil interreligieux d'Ouganda comprennent des représentants de l'Église catholique, de l'Église adventiste du septième jour, de l'Église de la province d'Ouganda et du Conseil suprême musulman d'Ouganda. 

Les autres sont l'Église orthodoxe ougandaise, la foi Born Again et l'Alliance nationale des Églises pentecôtistes et évangéliques d'Ouganda.

Dans le rapport intitulé "Commentaire sur l'état actuel de la liberté internationale de religion" qui a été lancé lundi 1er mars, il existe d'innombrables autres exemples de communautés religieuses et de croyance minoritaires qui sont victimes de discrimination dans le monde entier à la suite de l'épidémie de COVID-19.

Le commentaire a examiné l'impact de COVID-19 sur les minorités religieuses ainsi que les préoccupations à l'intersection entre la liberté de religion et le genre dans plusieurs pays.

Il a notamment examiné la vulnérabilité accrue des communautés religieuses et de croyance minoritaires en raison des pressions économiques provoquées par la pandémie, de la répression par l'État des communautés religieuses et de croyance marginalisées ainsi que de la violence inspirée par les croyances religieuses.

More in Afrique

Parmi les autres pays africains mis en évidence dans le rapport de l'APPGFoRB figurent le Burundi, la République centrafricaine (RCA), la République démocratique du Congo (RDC), l'Égypte, l'Érythrée, la Somalie, le Soudan, le Sud-Soudan, la Libye et le Zimbabwe.

Les pays non africains mentionnés dans le commentaire sont notamment l'Afghanistan, le Bahreïn, le Bangladesh, l'Iran, l'Irak, Israël et l'Inde.

Le rapport souligne un incident en Corée du Sud où des membres de l'église de Jésus de Shincheonji ont été diabolisés et accusés de la propagation de COVID-19 par des fonctionnaires du gouvernement, ce qui a conduit à plus de 4 000 cas documentés de discrimination à l'encontre de ses membres, y compris des licenciements pour appartenance à l'église.

Dans d'autres pays, note le rapport, des membres de groupes religieux minoritaires ont été accusés d'être responsables de la propagation du virus et agressés physiquement en public.

L'APPGFoRB est un groupe de plus de 130 membres parlementaires multipartites qui défendent le droit à la liberté de religion ou de conviction (FoRB), tel que défini dans l'article 18 de la Déclaration universelle des droits de l'homme, auprès de leurs collègues parlementaires, des décideurs politiques, des médias et du grand public, et poursuivent la mise en œuvre effective des recommandations politiques relatives à ce droit.

Advertisement

Créé en 2012, le groupe bénéficie de l'expertise de 20 organisations de défense des droits de l'homme et d'organisations confessionnelles.

Lors du lancement de ce rapport de 66 pages, l'APPGFoRB souligne l'impact que la pandémie mondiale a eu sur le FoRB, en insistant sur le fait que de nombreux pays dans le monde ont connu "un tsunami de haine et de xénophobie".

Les communautés religieuses et de croyance ont été accusées d'être responsables du virus, de servir de bouc émissaire pour les épidémies, d'être considérées comme des "super-diffuseurs" irresponsables, de résister à l'application des mesures de santé publique, de vendre des remèdes bidons, de s'opposer aux vaccinations, etc.

Elle ajoute : "Si la liberté de conscience doit bien sûr être respectée, nombre de ces attaques, qui ont fait de certains groupes religieux ou de croyance la cible de théories du complot et de discours de haine, n'ont été que des tentatives égoïstes de détourner l'attention de l'échec des autorités sur ces questions".

Selon le rapport, de nombreux pays ont connu une augmentation des niveaux de conflit violent pendant la pandémie.

Selon le rapport, cela s'explique par le fait que, dans certains cas, la pandémie a eu une interaction négative avec les causes profondes des conflits, telles que le chômage des jeunes, les inégalités sociales et économiques et la stigmatisation des groupes minoritaires.

Il y a également eu de plus en plus de rapports de groupes armés utilisant le chaos et l'incertitude causés par la pandémie, note le rapport.

Le rapport fait référence à l'Institut américain pour la paix sur le Nigeria qui dit, en partie, que "Boko Haram a intensifié ses attaques alors que le nombre de cas dans l'État de Borno augmente. Ces attaques, combinées à d'autres batailles impliquant des agriculteurs et des éleveurs et au banditisme croissant dans le nord-ouest, ont déplacé des centaines de milliers de personnes".