Advertisement

Les idéologies politiques blessent la fraternité dans l'Église catholique : Le prédicateur papal du Vendredi saint

Le cardinal Raniero Cantalamessa prêche lors de la liturgie du Vendredi saint dans la basilique Saint-Pierre, le 2 avril 2021. Vatican Media. Le cardinal Raniero Cantalamessa prêche lors de la liturgie du Vendredi saint dans la basilique Saint-Pierre, le 2 avril 2021.
Vatican Media.

La politique transformée en idéologie a blessé la fraternité dans l'Église catholique, a déclaré le cardinal Raniero Cantalamessa, OFM Cap, lors de la liturgie de la Passion du Seigneur au Vatican le Vendredi saint.

"Je crois que nous avons tous besoin de faire un sérieux examen de conscience à cet égard et de nous convertir", a déclaré le prédicateur papal le 2 avril. "Fomenter la division est l'œuvre par excellence de celui dont le nom est 'diabolos', c'est-à-dire le diviseur, l'ennemi qui sème la mauvaise herbe, comme Jésus l'a désigné dans la parabole (voir Mt 13, 25)."

M. Cantalamessa, qui a été nommé cardinal en novembre en reconnaissance de ses 41 années passées comme prédicateur de la maison pontificale, a prononcé l'homélie lors de la liturgie du Vendredi saint célébrée par le pape François à l'autel de la Chaire dans la basilique Saint-Pierre.

Au début de la liturgie, le pape François est entré dans une basilique silencieuse et s'est allongé prostré pendant environ deux minutes sur le sol au pied des marches de l'autel. Il est ensuite resté debout pendant trois autres minutes en silence.

Après la liturgie de la parole, y compris le chant de la lecture de l'Évangile de Saint-Jean, M. Cantalamessa a prêché sur le thème de la fraternité humaine, sujet de l'encyclique Fratelli tutti du pape François en 2020, devant l'assemblée d'environ 140 personnes et d'une cinquantaine de cardinaux.

Advertisement

"En tant que créatures du même Dieu et Père, tous les êtres humains sont frères", a déclaré Cantalamessa, expliquant que la foi chrétienne ajoute une autre "dimension décisive" à ce fait.

"Nous sommes frères non seulement parce que nous avons tous le même Père en vertu de la création, mais aussi parce que nous avons le même frère, le Christ, 'premier-né entre beaucoup de frères' en vertu de la rédemption", a-t-il ajouté. "Pour nous, cela signifie que la fraternité universelle commence avec l'Église catholique".

Le frère capucin de 86 ans a déclaré aujourd'hui qu'il allait mettre de côté le sujet de l'œcuménisme, qui est la fraternité entre tous les croyants chrétiens, pour se concentrer sur l'Église catholique.

"La fraternité entre les catholiques est blessée !" a-t-il dit. "Les divisions entre les Églises ont déchiré la tunique du Christ en lambeaux, et pire encore, chaque bande déchirée a été découpée en bribes encore plus petites."

"Je parle bien sûr de l'élément humain de la chose, car personne ne pourra jamais déchirer la véritable tunique du Christ, son corps mystique animé par l'Esprit Saint", a-t-il expliqué. "Aux yeux de Dieu, l'Église est 'une, sainte, catholique et apostolique', et elle le restera jusqu'à la fin du monde".

More in Afrique

Il a ajouté que "cela, cependant, n'excuse pas nos divisions, mais les rend plus coupables et doit nous pousser avec plus de force à les guérir."

Selon le cardinal, la cause la plus courante de la division amère entre les catholiques n'est pas le dogme, les sacrements ou les ministères : "aucune des choses que, par la grâce singulière de Dieu, nous préservons pleinement et universellement".

"Les divisions qui polarisent les catholiques proviennent d'options politiques qui se transforment en idéologies prenant le pas sur les considérations religieuses et ecclésiales et conduisant à un abandon complet de la valeur et du devoir d'obéissance dans l'Église", a-t-il déclaré.

Il a noté que même lorsqu'elles ne sont pas évoquées ou sont niées, ces divisions sont bien réelles dans de nombreuses régions du monde.

"C'est le péché dans son sens premier", a déclaré M. Cantalamessa. "Le royaume de ce monde devient plus important dans le cœur de la personne que le Royaume de Dieu".

Advertisement

Il a invité tous les catholiques, à commencer par les pasteurs, à faire un sérieux examen de conscience sur ce qui est plus important dans leur propre cœur, à apprendre de l'exemple de Jésus dans l'Évangile et à se convertir.

Le Christ "a vécu à une époque de forte polarisation politique", a-t-il déclaré. "Quatre partis existaient : les Pharisiens, les Sadducéens, les Hérodiens et les Zélotes. Jésus ne s'est rangé du côté d'aucun d'entre eux et a énergiquement résisté aux tentatives d'être tiré vers l'un ou l'autre."

"La toute première communauté chrétienne l'a fidèlement suivi dans ce choix, donnant surtout l'exemple aux pasteurs, qui doivent être les bergers de tout le troupeau, et pas seulement d'une partie de celui-ci", a-t-il ajouté.

Les pasteurs "doivent se demander où ils conduisent leurs troupeaux - vers leur position ou vers celle de Jésus", a-t-il ajouté, notant également que "le Concile Vatican II a confié en particulier aux laïcs la tâche de traduire en pratique les implications sociales, économiques et politiques de l'Évangile dans différentes situations historiques, toujours de manière respectueuse et pacifique."

M. Cantalamessa a cité les paroles du Pape François au paragraphe 277 de Fratelli tutti, selon lesquelles "d'autres s'abreuvent à d'autres sources. Pour nous, la source de la dignité humaine et de la fraternité se trouve dans l'Évangile de Jésus-Christ. De là découle, 'pour la pensée chrétienne et pour l'action de l'Église, le primat donné à la relation, à la rencontre avec le mystère sacré de l'autre, à la communion universelle avec toute la famille humaine, comme vocation de tous'."

"Le mystère de la croix que nous célébrons nous oblige à nous concentrer précisément sur ce fondement christologique de la fraternité qui a été inauguré sur le Calvaire", a déclaré le prédicateur.

Il a expliqué que "s'il y a un charisme ou un don particulier que l'Église catholique est appelée à cultiver pour toutes les Églises chrétiennes, c'est précisément l'unité", comme l'a démontré de manière directe le récent voyage du pape François en Irak.

"À Celui qui est mort sur la croix 'pour rassembler en un seul les enfants de Dieu dispersés' (Jn 11, 52), avec un esprit humble et un cœur contrit, nous élevons la prière que l'Église lui adresse avant la communion à chaque messe", a-t-il conclu.

"Seigneur Jésus-Christ, tu as dit à tes apôtres : Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ne regardez pas nos péchés, mais la foi de votre Église, et accordez-lui gracieusement la paix et l'unité selon votre volonté. Tu vis et tu règnes dans les siècles des siècles. Amen."