Advertisement

Décès du célèbre et controversé théologien suisse Hans Küng célèbre et controversé à 93

Hans Küng reçoit un diplôme honorifique de l'Université nationale d'éducation à distance à Madrid, en Espagne, le 27 janvier 2011. UNED Hans Küng reçoit un diplôme honorifique de l'Université nationale d'éducation à distance à Madrid, en Espagne, le 27 janvier 2011.
UNED

Le théologien suisse influent et controversé Hans Küng est décédé mardi à l'âge de 93 ans.

Le site officiel de l'Église catholique allemande a indiqué que Küng était décédé dans l'après-midi du 6 avril à son domicile de Tübingen, dans le sud-ouest de l'Allemagne.

Küng a été conseiller théologique lors du concile Vatican II, mais il s'est heurté à Rome à plusieurs reprises dans les années qui ont suivi.

Les tensions ont culminé en 1979 lorsque la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF) a déclaré que Küng s'était "écarté de la vérité intégrale de la foi catholique, et qu'il ne pouvait donc plus être considéré comme un théologien catholique ni jouer un rôle d'enseignant en tant que tel".

La CDF a cité ses opinions sur la doctrine de l'infaillibilité, exprimées dans son livre de 1971 "Infallible ? An Inquiry", comme l'une des raisons de cette décision.

Advertisement

À partir des années 1990, Küng a défendu l'idée d'une "éthique mondiale", en mettant l'accent sur les valeurs éthiques communes aux grandes religions du monde.

Lors de l'hommage rendu au théologien le 6 avril, l'évêque Georg Bätzing, président de la conférence des évêques allemands, a déclaré : "Avec la mort du professeur Hans Küng, la recherche théologique a perdu son sens : "Avec la mort du professeur Hans Küng, la science théologique perd un chercheur renommé et controversé."

"Dans son travail de prêtre et de chercheur, Hans Küng s'est attaché à rendre compréhensible le message de l'Évangile et à lui donner une place dans la vie des fidèles."

"Je pense en particulier à ses efforts en faveur d'un œcuménisme vivant, à son engagement en faveur du dialogue interreligieux et interculturel, et à la Fondation Global Ethic qu'il a fondée, avec ses importantes recherches et projets sur la paix, la justice et l'intégrité de la création."

Il poursuit : "Hans Küng n'a jamais manqué de défendre ses convictions. Même s'il y a eu des tensions et des conflits à cet égard, je le remercie expressément en cette heure d'adieu pour ses nombreuses années d'engagement en tant que théologien catholique dans la communication de l'Évangile."

More in Afrique

"Le dialogue des religions dans l'effort d'une éthique globale lui tenait à cœur. Hans Küng a été profondément influencé par le Concile Vatican II, dont il s'est efforcé d'assurer la réception théologique."

Küng est né le 19 mars 1928 à Sursee, dans le canton de Lucerne, en Suisse. Après avoir étudié la philosophie et la théologie à l'Université pontificale grégorienne de Rome, il a été ordonné prêtre en 1954.

Réfléchissant sur sa vie dans un livre publié en 2002, Küng a déclaré qu'après la décision du Vatican de 1979, il est resté "un prêtre catholique en règle."

"J'affirme la papauté pour l'Église catholique, mais en même temps j'appelle inlassablement à une réforme radicale de celle-ci selon le critère de l'Évangile", a-t-il écrit dans "L'Église catholique : A Short History".

Dans son hommage, Bätzing a rappelé une rencontre marquante entre Küng et le pape Benoît XVI en septembre 2005. Les deux hommes étaient collègues à l'université de Tübingen dans la seconde moitié des années 1960, mais ils se sont réputés se brouiller en raison de leurs différences théologiques.

Advertisement

Küng a décrit l'audience, qui a duré plusieurs heures, comme une "conversation très constructive et même amicale." Mais il a continué à critiquer la vision théologique de Benoît XVI, affirmant dans une interview de 2012 que le pape allemand avait "une idée médiévale de la papauté."

En conclusion de sa déclaration, Bätzing a déclaré : "Hans Küng laisse derrière lui un riche héritage théologique. Nous pleurons une figure qui peut désormais trouver sa paix dans la main de Dieu."