La Conférence multi-agences du Kenya sur l'agroécologie s'engage en faveur de l'identité catholique et implique les jeunes

L'évêque Joseph Mbatia (au micro) du diocèse de Nyahururu lit le communiqué de la conférence sur l'agroécologie de 2019. Il est accompagné de Margaret Mwaniki (Caritas Africa), de gauche, Stellamaris Muelar (Fastenopfer), de Dennis Kioko (Trocaire) et de Hellen Owiti (Trocaire).
Credit: CISA

La conférence multi-agences de quatre jours sur l'agroécologie s'est achevée jeudi 28 novembre dans la ville de Nyahururu, au Kenya, avec la résolution des participants de s'inspirer de l'enseignement social de l'Église catholique et d'engager divers acteurs, en particulier les jeunes, entre autres engagements qui peuvent améliorer la sécurité alimentaire et la protection environnementale dans ce pays d'Afrique orientale.

« Nous nous engageons à entreprendre toutes nos interventions en référence à l'enseignement social catholique », peut-on lire dans le communiqué publié à la fin de la conférence.

« Nous affirmons en outre que nous maintiendrons notre identité catholique en engageant divers acteurs dans des approches novatrices en agroécologie », poursuit la déclaration lue par ACI Afrique.

Les stratégies innovantes décrites dans le communiqué sont des moyens de sauvegarder l'environnement et certaines techniques pour « répondre aux besoins des communautés les plus pauvres et les plus marginalisées du Kenya ».

Se concentrant sur l'autonomisation des jeunes kenyans confrontés au chômage, les quelque 80 participants « reconnaissent que l'autonomisation des jeunes est une préoccupation prioritaire dans notre pays » et reconnaissent que s'engager dans « l'agroécologie offre une solution prometteuse comme source d'emplois décents et de gains économiques pour les jeunes ».

« Nous décidons d'utiliser l'énergie, la créativité et la compétence du groupe de travail des jeunes », ont affirmé les participants à la conférence multi-agences, faisant référence à l'appel du Saint-Père, dans son exhortation post-synodale aux jeunes et à tout le peuple de Dieu « Christus Vivit », où le Pape François « encourage la communauté chrétienne à impliquer les jeunes par son accueil et son aide concrète ».

Convoqués sous le thème « Nourriture pour tous, soins de notre foyer commun », les participants venus du Kenya, de l'Ouganda, du Sud-Soudan, de l'Éthiopie et du Malawi ont reconnu l'importance d'utiliser les moyens de communication traditionnels et numériques et ont décidé de « travailler étroitement avec les acteurs des médias traditionnels et autres plateformes telles que les médias sociaux pour promouvoir l'agroécologie ».

« Nous nous engageons à promouvoir l'agriculture agroécologique en tant que moyen de permettre aux agriculteurs d'accroître leur production », a décidé le forum multi-agences.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a décrit l'agroécologie comme « une approche intégrée qui applique simultanément des concepts et principes écologiques et sociaux à la conception et à la gestion des systèmes alimentaires et agricoles ».

Les participants ont décidé d'adopter l'agriculture agroécologique en « investissant davantage de ressources dans la partie commerciale de la chaîne de valeur, en soutenant les journées annuelles de marché agroécologiques et en promouvant des réseaux pour encourager l'agrégation et négocier de meilleurs prix pour les produits agricoles ».

 « Nous décidons en outre de documenter les savoirs autochtones sur l'agroécologie pour le partage de l'information », ont déclaré les participants à la conférence dans leur communiqué collectif.

Planifiés par l'organisation faîtière des agences de développement catholiques d'Europe et d'Amérique du Nord (CIDSE) et de Caritas Afrique, les participants ont décidé de mener  « le renforcement des capacités des partenaires en agroécologie et en plaidoyer » et de « faciliter l'accès à l'eau et soutenir la création de banques de semences en collaboration avec les ménages, groupes communautaires et autres institutions ».

Ils se sont également adressés aux évêques d'Afrique, les exhortant à « prendre la tête du plaidoyer sur l'agroécologie en mettant l'accent sur la sécurité alimentaire aux niveaux national et des comtés ».

Parlant de ses impressions en tant que participant à la conférence, le directeur de Caritas et de la Commission catholique Justice et Paix (CJPC) de l'archidiocèse de Kisumu au Kenya, le Père Samuel Nyattaya a déclaré à ACI Afrique : « La nature, la quantité et la fréquence de l'utilisation des produits chimiques dans nos fermes (petite, moyenne ou grande échelle) peuvent être si choquantes. Si nous voulons rester obéissants aux enseignements sociaux catholiques, en particulier à « Laudato Si », nous devons propager l'agroécologie ; nous devons utiliser nos plateformes - et elles sont nombreuses - pour éclairer les gens, sinon ils continueront (malheureusement) à mourir par manque de connaissances ».

« La conférence a été très instructive, car le Comté d'Isiolo a travaillé sur les politiques en matière de changement climatique et c'est quelque chose qui influence nos aspects de sécurité alimentaire », a déclaré à ACI Afrique Lamech Onyari, responsable du suivi et de l'évaluation du diocèse d'Isiolo au Kenya.

Onyari a ajouté : « Il est très clair que si nous impliquons l'agroécologie dans notre mise en œuvre, en particulier dans les projets de moyens d'existence, nous sommes susceptibles de relever les défis de la sécurité alimentaire. L'intégration de l'agroécologie et du reboisement permettra de faire face au changement climatique et à la sécurité alimentaire. »


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]