Les évêques du Kenya lancent un appel à l'aide humanitaire en faveur des personnes touchées par les inondations et les glissements de terrai

Membres de la famille essayant de sauver une propriété de leur maison isolée après l'inondation du diocèse de Marsabit au Kenya le 21 novembre 2019
Credit: Caritas Marsabit, Kenya

Suite à la dévastation causée par des pluies torrentielles sans précédent dans certaines régions du Kenya, le porte-parole du gouvernement a donné jeudi 28 novembre des statistiques de 118 morts, 350 000 personnes déplacées et 16 700 maisons détruites dans 32 comtés en l'espace de deux mois, les évêques catholiques du pays ont lancé un appel pour une aide humanitaire pour sauver des vies.

« La Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB) lance un appel à tous les chrétiens, partenaires et personnes de bonne volonté pour qu'ils soutiennent nos initiatives de réponse d'urgence aux inondations dans nos diocèses », peut-on lire dans une déclaration signée au nom des évêques par le Président du KCCB, Mgr Philip Anyolo et le Président de Caritas Kenya, Mgr Martin Kivuva.

Selon un rapport de situation de la branche développement et aide humanitaire des évêques de Caritas Kenya, 14 comtés ont été touchés par diverses catastrophes provoquées par la pluie, telles que des inondations, des coulées de boue, des éclairs et des grêlons qui ont causé des pertes en vies humaines, des déplacements de personnes et la destruction de récoltes et de biens.

En plus de l'aide alimentaire, de l'eau potable, des vêtements et des articles de toilette, les évêques demandent dans leur appel du 26 novembre des « interventions « water sanitation and hygiene (WASH) » par la distribution de matériel sanitaire, de savon et de chlore pour le traitement et la désinfection des latrines » ainsi que des services médicaux en cas d'exposition aux maladies transmises par les eaux.

« Nous vous prions de bien vouloir soutenir cette initiative en faisant don de fonds, de nourriture et d'articles non alimentaires pour sauver la vie de la population touchée », ont lancé les évêques.

Ils ont demandé à Caritas Kenya de coordonner la collecte de l'aide par l'intermédiaire de ses réseaux au niveau diocésain et paroissial: « Les dons en nature (nourriture sèche et articles non alimentaires) peuvent être acheminés par l'intermédiaire de nos paroisses, des bureaux diocésains et nationaux et d'autres institutions religieuses ».

Le rapport de situation de Caritas Kenya publié le lundi 25 novembre indique que les comtés kenyans de Murang'a, West Pokot et Elgeyo Marakwet ont été touchés par des coulées de boue, tandis que Wajir, Marsabit, Mandera, Kwale, Kitui, Kilifi, Garissa, Busia et Turkana ont été victimes d'inondations causant la mort de personnes et de bétail. Des éclairs ont été signalés dans le comté de Busia, tuant des personnes et du bétail.

L'appel lancé par les prélats catholiques du Kenya intervient alors que le gouvernement a fourni les dernières statistiques sur les effets des fortes pluies des deux derniers mois.

« Au cours des deux derniers mois, des catastrophes dues à des inondations ou à des glissements de terrain ont touché le pays où 32 comtés sont les plus touchés, dont West Pokot.  Le gouvernement a redoublé d'efforts pour veiller à ce que les personnes touchées soient aidées », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Cyrus Oguna, aux journalistes le jeudi 28 novembre à Kapenguria, siège du comté de West Pokot.

Révélant que la plupart de ceux qui ont perdu la vie sont des enfants et des jeunes âgés de 8 à 20 ans, Oguna a déclaré : « Jusqu'à présent, 118 personnes ont perdu la vie et le gouvernement a mis en place divers organismes, dont les Forces de défense du Kenya et le Service national de police, entre autres, pour aider les personnes touchées.  Environ 350 000 personnes ont été déplacées et 16 700 maisons détruites. »

« Le gouvernement national a besoin de 1,052 milliard de shillings (15,2 millions de dollars américains) pour toutes les personnes touchées dans le pays, où West Pokot prendra environ 20 millions de shillings (2 millions de dollars américains)," a ajouté le porte-parole du gouvernement.

Dans une interview exclusive accordée à ACI Afrique le lundi 25 novembre, le Directeur national de Caritas Kenya, Stephen Kituku, a confirmé que son bureau avait lancé une alerte, qui a également été reprise par Caritas Afrique et Caritas Internationalis en vue de mobiliser davantage de personnes et d'entités pour aider à sauver des vies.

« L'alerte contient des informations sur ce qui s'est passé, le nombre de personnes affectées et ce que fait l'Église locale, ainsi que ce que nous demandons à la Fraternité Caritas de faire », a déclaré M. Kituku à ACI Afrique dans l'interview de lundi.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]