En Éthiopie : Des couples évangélisés, des femmes habilitées, des jeunes exposés malgré un financement limité

Le père nigérian Kenneth Iwunna administrant la Sainte Communion à un paroissien de la paroisse Holy Cross d’Éthiopie à Dhadim
Credit: Aide à l'Église en détresse internationale (ACN)

Avec 5 000 euros par an, un missionnaire religieux exerçant son ministère au sein de la communauté Borana d'Éthiopie a été en mesure d'exercer un apostolat qui a eu un impact considérable, notamment en donnant à des dizaines de jeunes l'occasion d'interagir avec leurs pairs d'autres cultures dans des programmes pastoraux interdiocésains, en évangélisant des couples par le sacrement du mariage et en donnant aux femmes la possibilité de devenir enseignantes de foi, parmi d'autres activités ayant maintenu la foi dans la corne d'Afrique.

Dans un récit de l'Aide à l'Église en Détresse Internationale (AED) partagé avec ACI Afrique le jeudi 28 novembre, le P. Kenneth Iwunna, Missionnaire Spiritain Nigérian en Éthiopie, a rendu compte des activités qu'il a accomplies dans son ministère dans la paroisse de la Sainte Croix en Éthiopie à Dhadim, sud du pays. 

« Chaque année, 65 à 100 jeunes peuvent participer à un programme pastoral de trois jours qui se déroule dans un autre diocèse », a dit et expliqué le Père Iwunna à propos des jeunes impliqués dans les rencontres interdiocésaines, « la plupart n'ont jamais été ailleurs que dans leur propre village. Pour eux, c'est une expérience importante de se réunir avec des jeunes d'autres tribus et de parler de ce qu'ils savent. »

« Un autre avantage est qu'ils sont plus motivés par la suite pour apprendre une autre langue comme l'anglais et pour aller à l'école », a-t-il dit et ajouté : « Ces jours ne sont pas seulement bénéfiques pour eux, mais pour toute la communauté car quand les jeunes reviennent, ils parlent de leurs expériences à l'église et les personnes âgées sont aussi très intéressées par cela. »

En plus d’engager les jeunes à rencontrer leurs pairs dans d’autres diocèses, le missionnaire nigérian a utilisé les fonds d’AED pour fournir des produits de première nécessité qui permettent le sacrement du mariage dans un contexte où les mariages sont devenus une affaire coûteuse.

« Les adultes nouvellement baptisés sont confrontés au problème qu'ils n'ont pas été mariés à l'Église. Cela signifie qu'ils ne peuvent pas recevoir la Sainte Communion », a dit et ajouté le clerc nigérian : « beaucoup n'ont pas l'argent pour les bagues, la tenue de cérémonie et la célébration qu'ils doivent organiser ».

Avec le soutien d'AED, le Père Iwumma a raconté qu'ils ont pu « organiser des cérémonies de mariage pour plusieurs couples à la fois et acheter tout ce dont ils ont besoin pour la célébration ». 

Il ajoute : « C'est un grand soulagement pour les couples quand ils sont enfin mariés à l'Église et qu'ils peuvent recevoir la Sainte Communion ».

Le soutien de la Fondation Pontificale AED a permis au Père Iwumma d'atteindre les femmes et les jeunes filles de sa paroisse qui, traditionnellement, ne peuvent rien faire en dehors de leur foyer.

Le missionnaire spiritain de 45 ans a réussi à faire sortir les femmes et les jeunes filles de leurs maisons et de leurs foyers en tant qu'enseignantes de la foi catholique.

« Nous leur offrons la possibilité de devenir catéchistes et d'enseigner », a dit le Père Iwumma en faisant référence aux femmes de sa paroisse et a ajouté : « Nous encourageons aussi les filles à aller à l'école. Cela a conduit à une forte diminution des mariages très précoces. Nous croyons en l'évangélisation par l'éducation. »

Depuis cinq ans, l’AED soutient le travail pastoral de la paroisse Sainte-Croix avec des dons annuels de 4.800 à 5.000 euros dans le cadre du « Projet de renforcement du travail pastoral ».

Soutenant environ 40 projets par an en Éthiopie, l’AED a financé des projets d'une valeur de 1,05 million d'euros dans le pays en 2018.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]