Pendant l'Avent, l'Église en Afrique australe veut des initiatives pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes

Un graphique de campagne pour les 16 jours d'activisme contre la violence sexiste qui s'achèvera le 10 décembre 2019, Journée des droits de l'homme
Credit: Domaine Public

Alors que la communauté mondiale continue de marquer les 16 jours d'activisme contre la violence basée sur le genre qui ont commencé le 25 novembre en plaidant pour l'élimination de toutes les formes de violence basée sur le genre, les dirigeants ecclésiastiques de la Conférence épiscopale catholique d'Afrique australe (SACBC), une région qui a enregistré les cas de féminicide les plus élevés en Afrique, ont appelé tous les peuples à utiliser la prochaine saison de l'Avent pour promouvoir la dignité des femmes et des filles, prenant des initiatives pour mettre un terme aux violences sexistes visant habituellement le sexe féminin.  

« En ce temps de l'Avent, écoutons l'appel adressé à nous tous pour apporter le don de la vie de Dieu aux femmes d'Afrique australe, en particulier celles qui vivent dans des relations abusives et celles qui sont victimes de violence et de viol », peut-on lire dans une lettre pastorale signée par Mgr Sithembele Sipuka, Président de la SACBC.

« C'est un moment très triste et tragique dans notre pays où des femmes et des jeunes filles sont assassinées et soumises à toutes les formes de violence, physique et émotionnelle », ont dénoncé les évêques de la région comprenant le Botswana, l'Afrique du Sud et le Swaziland dans leur déclaration du 28 novembre adressée à ACI Afrique.

Décrivant la situation dans leur région comme un « contexte de peur et de traumatisme pour les femmes », les évêques considèrent la saison de l'Avent comme un temps offrant aux chrétiens de leurs pays respectifs « une occasion d'aspirer à imiter Jésus Christ qui, dans son incarnation, s'est rendu vulnérable et a même subi la violence de ceux qui ont refusé de le suivre ».

Dans son rapport de 2016, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué que l'Afrique du Sud (et le Lesotho) figurent parmi les quatre pays où le taux de féminicide est le plus élevé au monde, soit 29,9, une femme étant tuée toutes les quatre heures en Afrique du Sud.

Pour aider à mettre fin à la violence contre les femmes et les filles, les prélats de la SACBC proposent, au cours des quatre semaines précédant Noël, des activités visant à promouvoir la dignité non seulement des femmes et des filles mais « en fait, chaque personne créée par Dieu » dans leur région.

Les évêques veulent que tous les chrétiens s'efforcent de voir leurs familles respectives se renouveler et se fortifier « par la prière et la lecture des Écritures » alors qu'ils se préparent à célébrer la mémoire de l'incarnation, Dieu devenant homme.

Les responsables de l'Église veulent aussi que le peuple de Dieu dans leurs communautés respectives « soutienne ceux qui cherchent de l'aide pour surmonter des problèmes particuliers dans leurs familles comme les divisions et le besoin de réconciliation ».

Les trois évêques nationaux veulent que les citoyens de leurs pays respectifs « travaillent ensemble pour éradiquer toute mentalité, norme ou langage qui dépeint les femmes et les filles dans des stéréotypes négatifs et qui ne leur accorde pas la dignité de personnes, de porteurs de vie et d'enfants de Dieu ».

Tout en reconnaissant le rôle des hommes en tant qu'acteurs importants dans la guerre contre la violence qui cible les femmes et les filles, les évêques encouragent les hommes à s'exprimer et à condamner la violence, en encourageant activement « des attitudes de respect pour les femmes et en défendant leur dignité ».

« Nous encourageons les hommes à s'exprimer et à condamner la violence qui se produit dans les familles et les communautés », ont souligné les prélats et ajouté : « Nous appelons les hommes à s'efforcer d'être des modèles positifs pour nos garçons. Nous invitons tout le monde, hommes, femmes et jeunes, à représenter le visage de l'amour de Dieu. »

Dès le premier dimanche de l'Avent, le 1er décembre, les évêques appellent à « la promotion de forums de police communautaire et d'autres structures qui garantissent la justice aux femmes et aux filles lorsqu'elles sont abusées, violées et assassinées ».

Lors de sa visite pastorale au Pérou en 2018, le pape François a dénoncé la violence à l'égard des femmes dans ce pays d'Amérique latine en déclarant : « La violence à l'égard des femmes ne peut être considérée comme « normale », car elle maintient une culture de machisme aveugle au rôle de leader que les femmes jouent dans nos communautés. Il n'est pas juste que nous détournions notre regard et que nous laissions la dignité de tant de femmes, surtout des jeunes femmes, être bafouée. »

La campagne mondiale des 16 jours d'activisme contre la violence sexiste, qui s'inscrit dans le contexte de l'initiative des évêques de la SACBC visant à mettre fin à la violence faite aux femmes et aux filles, est une campagne mondiale annuelle lancée en 1991 par le Center for Women's Global Leadership (CWGL) dans le but de mettre fin à la violence fondée sur le genre. Le compte à rebours commence le 25 novembre, Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, et se termine le 10 décembre, Journée des droits humains.

« Pour mettre fin à la violence sexiste dans le monde du travail, il faudra une action conjointe des travailleuses, des syndicats, des parlementaires, des journalistes et des militantes des droits de la personne », a déclaré la directrice principale du CWGL, Melissa Upreti, dans un rapport publié en octobre 2019.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]