Advertisement

L'évêque élu du diocèse de Rumbek au Soudan du Sud préoccupé par de l'augmentation des violences intercommunautaires

L'ancien coordinateur du diocèse de Rumbek, le père John Mathiang, accueille l'évêque élu Christian Carlassare dans le diocèse de Rumbek le 15 avril 2021. L'ancien coordinateur du diocèse de Rumbek, le père John Mathiang, accueille l'évêque élu Christian Carlassare dans le diocèse de Rumbek le 15 avril 2021.

L'évêque élu du diocèse catholique de Rumbek, au Soudan du Sud, a exprimé son inquiétude face à la violence intercommunautaire croissante qui a fait plus de vingt morts parmi les jeunes dans l'État des Lacs, une région couverte par le siège épiscopal qu'il devrait administrer.

Dans son homélie du dimanche 18 avril, après sa nomination le mois dernier, l'évêque élu Christian Carlassare a appelé à la fin de ce qu'il a décrit comme des morts civiles inutiles dans le pays d'Afrique de l'est.

"Je suis préoccupé par la détérioration de la situation sécuritaire causée par les éleveurs dans les camps de bétail de l'État des Lacs", a déclaré le père Christian Carlassare à la congrégation de la cathédrale Sainte-Famille du diocèse de Rumbek et a ajouté : "Il est regrettable que les jeunes perdent la vie sans raison."

Le week-end dernier, 22 jeunes du camp de bétail auraient été tués et 21 autres blessés pour des questions de pâturage dans trois zones différentes du diocèse sud-soudanais, selon la radio Good News du diocèse catholique de Rumbek qui fait partie du réseau de radios catholiques (CRN) au Soudan du Sud et au Soudan.

Advertisement

"Ce qui s'est passé hier (samedi) de ce côté de Rumbek, ce n'est pas bon ; c'est de l'ambition, de l'orgueil, de l'aveuglement", a déclaré l'évêque élu Carlassare en référence aux meurtres rapportés.

"Pourquoi les jeunes en viennent-ils à se battre de cette façon et à tuer des gens ?" a-t-il demandé avant d'ajouter : "Les jeunes doivent adopter un mode de vie pacifique. Ils ne doivent pas choisir de mourir à cause du bétail."

Selon de multiples médias, les interventions du gouvernement pour calmer la situation ont échoué en raison de la mauvaise accessibilité aux scènes de violence.

"Les forces gouvernementales sont allées à l'avance mais les zones n'étaient pas accessibles", a déclaré le porte-parole de la police de l'État, le capitaine Elijah Mabor Makuac, cité par CRN.

Il a ajouté : "Il est difficile de déterminer la cause du combat, mais d'après les informations reçues avant les affrontements, les deux parties se faisaient la guerre."

More in Afrique

Le capitaine Mabor a expliqué qu'il est difficile de réprimer le conflit dans les zones de Manyang Rel, Mayielic et Kuet Wuong car les communautés impliquées dans les combats sont bien armées, ce qui rend difficile l'arrestation des auteurs.

"Tout le monde est conscient que nos communautés sont plus armées que les forces organisées et ce n'est donc pas une surprise pour nous que certains combats se produisent avec une intervention minimale des forces gouvernementales", aurait déclaré Mabor.

Interrogé sur l'origine de l'affrontement, il a répondu : "Nous ne pouvons rien dire sur ce qui s'est passé car nous n'avons pas de preuves et nous ne savons pas ce qui s'est réellement passé car nous ne sommes pas sur le terrain."

Le président de l'Association des jeunes du comté de Rumbek, Matuet Makur, a condamné l'incident, le qualifiant d'"inutile".

Advertisement

"Prendre la vie de quelqu'un n'a aucun avantage", a-t-il déclaré, et il a appelé les jeunes à être la colonne vertébrale du pays et à agir comme des ambassadeurs de la paix.

Maker Makur Mangar, qui est membre de l'Union des jeunes de Rumbek, a reproché aux jeunes instruits de ne pas être unis pour défendre la paix, ajoutant qu'il est difficile de résoudre les cas de luttes intercommunautaires à Rumbek Est parce que les jeunes soutiennent les sections en conflit.

L'évêque élu est arrivé dans le diocèse de Rumbek le 15 avril après plusieurs jours de retraite spirituelle à Juba, la capitale du Soudan du Sud.

Accueillant l'évêque élu dans le diocèse, le père John Mathiang, qui a supervisé l'administration du diocèse sud-soudanais en tant que coordinateur depuis décembre 2013, a décrit l'arrivée du missionnaire combonien d'origine italienne comme "un moment de joie."

"C'est un plaisir pour moi d'accueillir notre évêque parmi nous, c'est un moment joyeux dans l'histoire de notre diocèse, une croissance pour l'Église, que la Parole de Dieu et le message du Christ atteignent tout le monde", a déclaré le P. Mathiang le 15 avril à l'aéroport de Rumbek.

S'adressant à l'évêque élu, le clergé du diocèse de Rumbek a déclaré : "Nous sommes venus ici pour vous recevoir de tout cœur avec joie, puis travailler ensemble, unis ensemble et construire l'Église ensemble parce que Dieu nous a appelés à le servir en ce moment particulier."

"Nous sommes si heureux, monseigneur l'évêque, de venir ici (à l'aéroport) ; vous êtes le bienvenu, célébrons ensemble ce don de l'évêque parmi nous, notre berger qui guidera l'Église pour qu'elle grandisse, puis nous avancerons ensemble pour le royaume de Dieu", a ajouté le père Mathiang.

S'adressant à ceux qui se sont rassemblés à l'aéroport de Rumbek pour recevoir l'évêque élu Carlassare, le gouverneur de l'État des Lacs a déclaré : "Aujourd'hui, nous recevons notre évêque élu du diocèse de Rumbek. Nous sommes très heureux de votre venue, notre évêque et notre père. Bienvenue à Rumbek et sentez-vous chez vous. En tant que communauté et en tant que gouvernement, nous vous recevons et vous souhaitons la bienvenue ; sentez-vous chez vous parmi votre peuple."

De son côté, l'évêque élu a reconnu avec reconnaissance l'accueil qui lui a été réservé à l'aéroport en déclarant : "Merci gouverneur, merci ministres pour ce merveilleux accueil, merci à toutes les personnes qui sont venues ici. Je sais que tout Rumbek est ici maintenant et je suis très heureux de votre accueil."

"Je serai votre enfant, le fils de cette terre, et je suis très heureux de faire partie de vous. Je vous appelle tous à l'unité, à ce que nous sommes appelés à l'avenir, tous unis comme un seul homme dans le Christ", a ajouté l'évêque élu Carlassare.

Il a poursuivi : "Je sais que j'arrive à un endroit où beaucoup de gens ont travaillé avant moi et pour cette raison, je ne viens pas de derrière pour vous pousser, me mettant devant vous pour vous tirer ici et là. Nous allons cheminer ensemble sans vous tirer à gauche ou à droite."

Le diocèse de Rumbek est devenu vacant en juillet 2011 à la suite du décès soudain de l'évêque Caesar Mazzolari. L'évêque missionnaire combonien s'est effondré pendant la célébration de la Sainte Eucharistie le matin du 16 juillet 2011, une semaine après l'indépendance du Soudan du Sud, et son décès a été confirmé à l'hôpital d'État de Rumbek le matin même.

Le père Fernando Colombo, membre des Missionnaires Comboniens a gouverné le diocèse en tant qu'administrateur diocésain jusqu'au 27 décembre 2013, date à laquelle le cardinal Fernando Filoni, alors préfet de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples, a nommé le père Mathiang coordinateur diocésain.