Advertisement

L'histoire éprouvante d'un prêtre catholique de Los Angeles qui a survécu à une fusillade au Nigeria

Père Aloysius Ezoenyeka/ Photo courtoisie de la paroisse catholique du Sacré-Cœur. Père Aloysius Ezoenyeka/ Photo courtoisie de la paroisse catholique du Sacré-Cœur.

Le père Aloysius Ezoenyeka ne savait pas combien de temps il avait été inconscient. Une légère claque sur son visage l'a réveillé, et ses paupières se sont ouvertes sur une chambre d'hôpital africaine remplie de gens qui applaudissaient et acclamaient.

"Père, bonne année. Bienvenue en 2021." La joie inondait les visages des médecins fatigués, des infirmières, des amis et de la famille qui entouraient son lit.

La bonne nouvelle de la nouvelle année n'était pas la seule surprise qui l'attendait à son réveil. Le personnel médical a raconté tout ce qui lui était arrivé au cours des dernières 24 heures, relatant l'histoire poignante de l'équipe de secours composée d'un père et d'un fils qui l'ont amené à l'hôpital, la lutte pour trouver une clinique capable de pratiquer des opérations chirurgicales vitales, et bien d'autres choses encore - une série d'événements qui ont suivi l'assassinat du père Al par des assaillants armés alors qu'il était seul sur les routes du sud-ouest du Nigéria, juste une nuit auparavant.

Les événements de la nuit précédente ont commencé avec le père Al priant le chapelet tout en conduisant, réfléchissant à la musique qu'il allait mettre après la prière pour le reste de son long trajet. Soudain, il entend un bruit sec. Peut-être s'agissait-il simplement d'un caillou propulsé bruyamment sous son pneu.

Dans la fraction de seconde suivante, l'origine de ce bruit était indubitable. Son pare-brise a volé en éclats alors que des balles passaient à côté de lui, tirées par deux hommes cachés dans des buissons en bord de route, directement devant lui.

Advertisement

"Je ne savais pas quoi faire, mais je n'avais pas le temps d'avoir peur", a-t-il déclaré à l'ANC. Il avait parcouru cette route à plusieurs reprises en tant que bénédictin du monastère d'Ewu, et il avait entendu dire que c'était une portion de terre dangereuse à cause des bandits. Mais il n'avait jamais pensé qu'il serait la cible de violents coups de feu.

"Je ne pensais pas qu'il y aurait le moindre problème pour moi. Je savais qu'il pouvait y avoir des voleurs, mais je n'ai jamais vraiment pensé sérieusement que cela pourrait m'arriver."

Bien qu'indemne après la première volée de balles, il savait que l'intention des assaillants était de le tuer. "Autant essayer au moins un peu de leur donner du fil à retordre", a pensé le père Al.

Dans ce moment de désespoir, il s'est retrouvé face à trois options : il pouvait prendre la voie la plus éloignée des tireurs, mais cela leur laisserait plus de temps pour lui tirer dessus. Ou bien il pouvait prendre la voie la plus proche du buisson dans lequel ils se cachaient, mais cela ne ferait que rapprocher sa voiture de sa cible.

La troisième option était de rouler vers ses agresseurs. "Cela les effraierait. Ou bien, ils m'attraperaient tout de suite, et ce serait la fin de tout ça." Prenant une décision de vie ou de mort, il s'est pressé sous la colonne de direction, s'abritant maigrement sous le tableau de bord tout en appuyant sur l'accélérateur.

More in Afrique

Les assaillants ont couru dans le buisson derrière eux pour éviter sa voiture et ont déclenché un autre barrage. Les balles se logent dans le pneu avant et autour du moteur - et pénètrent douloureusement dans l'estomac du père Al.

"Ce n'est pas possible d'avoir autant de balles sans être touché. Je suis juste surpris de n'avoir été touché qu'une fois. Je ne me suis pas arrêté... J'ai tenu la blessure autant que je pouvais pour empêcher le sang de couler, mais c'était pratiquement impossible de le faire. J'ai fait du mieux que j'ai pu."

Lorsqu'il a raconté l'histoire plus tard, le père Al a noté avec nonchalance l'ironie de sa situation, en riant : "Les personnes qui tirent en voiture sont généralement celles qui se trouvent à l'intérieur du véhicule et qui tirent sur des gens ou des maisons, mais là, c'est moi qui passait en voiture."

Il a décidé de s'arrêter pour demander de l'aide une fois qu'il serait hors de portée et hors de danger. Dès qu'il a été dégagé, presque comme une horloge, le moteur s'est arrêté et il a quitté la route près d'un relais routier isolé avec des véhicules cassés. Il est sorti de sa propre voiture en morceaux, puis s'est effondré.

Un garçon de 11 ans nommé God-is-Great a regardé le corps blessé du Père Al tomber sur le sol, sans bouger. Le garçon a couru chercher son père, SonyMopo. D'autres personnes sont venues l'aider, mais personne n'avait de formation médicale, il n'y avait pas de fournitures et pas même de numéro d'urgence à appeler. Pendant que SonyMopo allait chercher son propre véhicule, rien ne pouvait être fait pour le père Al.

Advertisement

"Il n'y a pas de ligne d'urgence. Ils étaient désorientés. Ce qui est vraiment triste, c'est que vous ne pouviez rien faire pour un autre être humain qui est dans le besoin. Rien que d'y penser, c'est vraiment étrange. Je pouvais sentir qu'ils voulaient aider, mais qu'ils ne savaient pas quoi faire", a déclaré le prêtre.

Il est resté étendu en sang sur le sol pendant plus d'une heure. Finalement, le SonyMopo est arrivé à toute vitesse et s'est arrêté à côté de la foule qui entourait le Père Al blessé. Ils l'ont chargé à l'arrière du véhicule pour l'emmener à la clinique locale.

Le seul chemin qu'ils pouvaient prendre était bloqué par les mêmes tireurs. A l'insu du Père Al, SonyMopo avait pris une arme. Il a dit à son fils de conduire la voiture pendant qu'il tirait par la fenêtre abaissée du côté passager pour effrayer les assaillants afin qu'ils puissent passer en toute sécurité.

"À ce moment-là, j'avais mal et j'essayais juste de prier", a déclaré le père Al.

Un jeune homme nommé Chidiebere s'est assis à l'arrière avec le père Al et a prié des Ave Maria dans leur langue commune et familière. Ils sont tous les deux de la même tribu, à un village de distance l'un de l'autre. Entre ces prières, des appels sont lancés au père Al pour qu'il prie à haute voix et ne ferme pas les yeux.

Chaque fois que j'essayais d'abandonner, il me disait : "Non, non, non, mon père, vous allez y arriver".

Ensemble, ils sont arrivés à la première clinique, l'hôpital universitaire d'Okada, à 18 heures et y sont restés pendant environ deux heures. Mais ils n'avaient pas de fournitures à la clinique.

Le personnel de l'hôpital a murmuré en voyant l'état instable du père Al. "Ne vous inquiétez pas pour cet homme, il ne va pas s'en sortir. Il va mourir de toute façon, alors regardez les autres", se souvient-il avoir entendu.

Chidiebere, SonyMopo et God-is-Great ont continué à l'encourager à rester éveillé alors qu'ils filaient pendant plus de 90 minutes vers leur prochaine option de soins : les urgences de Benin, où ils sont arrivés vers 22 heures.

"Beaucoup de choses vous passent par la tête. Vous dites beaucoup de prières", a déclaré le père Al. "En dehors de ces prières, vous devez faire la paix avec le fait que c'est la fin. Et c'est ce que j'ai fait. Les premières heures, je priais pour que Dieu m'aide et tout le reste, mais lorsque nous sommes arrivés à l'hôpital du Bénin, j'avais déjà fait la paix. Je ne pouvais pas croire que j'allais m'en sortir, et j'étais d'accord avec ça. J'ai prié Dieu."

Lorsque l'équipe médicale a découvert qu'il était prêtre, elle a appelé tous ceux auxquels elle pouvait penser et s'est efforcée de faire en sorte qu'une équipe de médecins quitte sa famille pour se préparer à l'opération le soir du Nouvel An.

À ce moment-là, le père Al a supposé qu'il allait mourir. Il avait perdu beaucoup de sang, et les médecins avaient dit qu'il était trop tard pour lui.

Titus, le frère du prêtre, a fait les trois heures de route entre leur village et l'hôpital et a récupéré les affaires du père Al à SonyMopo.

"Écoute. Je t'aime, prends soin de tous les autres. Je te reverrai", a dit le père Al à Titus avant d'être conduit au bloc opératoire vers minuit, le jour de l'an.

Une violente attaque d'hommes armés et une opération de cinq heures ne faisaient certainement pas partie des plans du père Al. Prêtre en poste en Californie, il était au Nigéria pour une simple visite à sa famille.

Le père Augustine Ebido a appelé le médecin américain du père Al, Kevin White. Le docteur White a tenté de joindre l'évêque régional du père Al, l'évêque auxiliaire Robert Barron de Los Angeles, pour l'informer de l'état du prêtre.

Mais dans tout ce chaos et dans une véritable partie de téléphone, des informations erronées ont été diffusées au sein du personnel et du diocèse. "Certaines personnes pensaient que j'allais mourir, que je ne m'en étais pas sorti, que des gens étaient morts dans la voiture avec moi... Il y avait beaucoup de messages contradictoires", a déclaré le père Al.

L'évêque Barron s'est rendu à la paroisse du père Al, l'église catholique du Sacré-Cœur, pour lui annoncer la malheureuse nouvelle de sa mort.

"Nous avons appris qu'il avait été abattu de nombreuses fois et qu'il avait été laissé sur le bord de la route", a déclaré l'évêque Barron à l'Angélus. "Lorsque j'ai reçu les premières nouvelles, c'était qu'il était en train de mourir. Nous avions très peu d'espoir. "

Incertains de son état, les paroissiens du père Al ont commencé une neuvaine de trois jours, et le parking s'est rempli de voitures pour prier. Ils ont envoyé des dons et plus de 400 livres de cadeaux pour lui et les habitants du Nigeria.

Quelques jours plus tard, le père Al a pu appeler directement l'évêque Barron et lui annoncer la réussite de l'opération.

"Il était très faible. Je pouvais à peine le comprendre. Mais il était conscient, et il savait qui j'étais", a déclaré l'évêque Barron à l'Angélus.

L'évêque Barron a appelé souvent pour s'assurer de son rétablissement et lui offrir son aide, encourageant le père Al à retourner en Amérique pour y recevoir des soins médicaux.

Le père Al a insisté sur le fait qu'il ne voulait aller nulle part tant qu'il n'était pas guéri, alors l'évêque lui a dit : "Tout ce dont vous avez besoin, faites-le nous savoir et nous vous le fournirons."

Bien qu'il ait apprécié les nombreuses offres qu'il a reçues pour être transporté en Amérique, le père Al a déclaré qu'il a choisi de rester au Nigeria avec sa famille pour aider à montrer aux gens aux États-Unis que, malgré les problèmes auxquels le Nigeria est confronté, il est rempli de bonnes personnes.

Le prêtre s'est dit attristé par l'image que les médias donnent du Nigeria, qui a tendance à se concentrer sur les événements négatifs et non sur les aspects positifs du pays. Le père Al s'est dit fier de son pays et reconnaissant pour les soins qu'il a reçus, estimant que Dieu a agi par l'intermédiaire des médecins et des infirmières sur place.

"Il n'est pas possible de survivre six, sept heures sans médicaments en perdant autant de sang", a-t-il dit. "C'était presque une impossibilité. Ils ont dit à la clinique qu'il n'y avait aucun autre moyen pour moi de survivre. Les médecins de l'hôpital ont dit que ça n'allait pas marcher. Je pense que c'était purement providentiel".

Le père Al a fini par guérir et est rentré aux États-Unis, où 600 personnes ont assisté à une "Messe et célébration d'action de grâce du miracle au Nigeria" que l'évêque Barron a concélébrée avec le père Al le dimanche des Rameaux de cette année à l'église catholique du Sacré-Cœur.

Aujourd'hui, le père Al a presque entièrement récupéré.

"Je n'ai plus beaucoup de douleur. J'ai couru 6 km ce matin. Je suppose que si je peux courir 6 km, c'est que j'ai récupéré", dit-il en riant.

Le père Al reste reconnaissant de cette expérience, qui l'a rapproché de Dieu et a changé sa vision de la vie.

"C'est ainsi que je lis ma propre vie : Dieu a empêché ma mort parce qu'il croyait que je n'étais pas prêt", a-t-il dit. "Je n'étais pas prêt pour l'éternité. Je n'étais pas prêt pour le paradis. J'avais besoin de plus de travail pour la sanctification. J'avais besoin d'être en vie pour qu'il me sanctifie, me purifie et m'aide à être prêt."