Advertisement

Les défis politiques du Nigeria sont "les conséquences de notre mauvais comportement" : selon un évêque catholique

Mgr Godfrey Onah, évêque du diocèse de Nsukka au Nigeria, pendant la messe de la solennité de l'Ascension, le 13 mai 2021. Crédit : Diocèse de Nsukka Mgr Godfrey Onah, évêque du diocèse de Nsukka au Nigeria, pendant la messe de la solennité de l'Ascension, le 13 mai 2021. Crédit : Diocèse de Nsukka

Les défis politiques du Nigeria, pays d'Afrique de l'Ouest, sont dus à un "mauvais comportement", a déclaré l'évêque catholique du diocèse de Nsukka.

Mgr Godfrey Onah, qui présidait la célébration eucharistique marquant la solennité de l'Ascension du Seigneur jeudi 13 mai, a déclaré que les défis politiques du Nigeria peuvent être surmontés si l'amour du Christ est pratiqué à travers un bon comportement et des relations interpersonnelles.

Nos problèmes politiques sont les conséquences de notre mauvais comportement", a déclaré Mgr Onah dans son homélie à la cathédrale Sainte-Thérèse du diocèse de Nsukka, avant d'ajouter : "Si nous avons des problèmes, c'est parce que nous ne prenons pas au sérieux les directives que Jésus nous a données : "Vivez selon mes commandements et enseignez aux autres".

Si le message de Jésus-Christ est pris au sérieux, a souligné l'évêque nigérian, "alors nos problèmes seront réduits, sinon complètement terminés."

"Beaucoup de gens vous diront que ce pays, le Nigeria, est devenu trop grand, divisons le pays en plusieurs morceaux et tout le monde devrait y aller. Si nous avons dix problèmes dans ce pays, et que sans changer nos vies nous divisons le pays en vingt, nous multiplierons ces problèmes en vingt", a-t-il expliqué.

Advertisement

Le Nigeria a besoin d'un changement de comportement pour surmonter ses difficultés, a déclaré l'évêque Onah. "Certaines personnes pensent que la résolution des problèmes politiques suffira à résoudre le problème du Nigeria. Non !"

"En tant que chrétiens, nous devrions d'abord penser à changer nos vies et à enseigner aux autres l'amour que l'on nous a enseigné", a déclaré l'évêque nigérian de 64 ans.

"Changeons d'abord nos habitudes et les autres choses suivront", a encore dit l'évêque qui est à la tête du diocèse de Nsukka depuis juillet 2013, ajoutant : "Nous pouvons convertir ce pays mais nous devons être prêts à changer."

Les chrétiens, a-t-il poursuivi, "doivent établir un bilan de discipline, d'honnêteté et de transparence."

"Puissions-nous avoir le courage et la joie de faire cela et puissions-nous, en particulier en tant que chrétiens, avoir le courage et la joie de partager l'amour du Christ à travers nos vies et pas seulement à travers nos mots", a déclaré Mgr Onah lors de la Sainte Messe du 13 mai.

More in Afrique

À la lumière des défis auxquels est confronté le pays d'Afrique de l'Ouest, les membres de la Conférence des évêques catholiques du Nigeria (CBCN) ont récemment appelé le gouvernement à "faire preuve de transparence avec chaque Nigérian dans la lutte pour relancer notre économie, industrialiser la nation, traiter objectivement la corruption et réduire de manière significative le niveau élevé d'insécurité et de chômage".

Dans leur déclaration collective du 6 mai, les membres du RCCS exhortent le président Muhammadu Buhari à, de temps à autre, "s'adresser au peuple et rendre compte de l'état des affaires dans le pays."

Les évêques catholiques ont également demandé au parti au pouvoir, le All Progressives Congress (APC), d'être ouvert aux critiques et de ne pas se lancer dans une forme de propagande contre les dirigeants de l'Église qui parlent pour le bien commun.