Mgr Kaigama : "Avec un pardon véritable, la plupart des crises sociales peuvent être atténuées"

Mgr Ignatius Ayau Kaigama, archevêque de l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria.
Credit: Domaine public

L'archevêque de l'archidiocèse d'Abuja, au Nigeria, a appelé, lors des lectures du dimanche 13 septembre, à un "véritable pardon" comme moyen de sortir "de la plupart des crises sociales".

"Avec un véritable pardon, la plupart des crises sociales peuvent être réduites et maîtrisées ; la paix peut être rétablie dans les foyers brisés, la société et le monde en général", a déclaré Mgr Ignatius Ayau Kaigama dimanche 13 septembre lors de la messe à la paroisse Sainte Croix, Apo à Abuja.

Par le pardon, Mgr Kaigama a déclaré : "Nous libérons nos cœurs de tous les sentiments négatifs et des effets du ressentiment : hostilité, haine, insécurité et sentiments blessants qui nous causent des dommages émotionnels, psychologiques et physiques ; nous enlevons les déchets toxiques de nos âmes".

Sur fond de rapports de violence dans le pays le plus peuplé d'Afrique, l'archevêque nigérian a déclaré : "Le pardon total de tous est ce qui guérira les Nigérians et accélérera notre intégration et notre progrès social. ” 

Bien que le pardon ne puisse pas changer le passé, l'archevêque a déclaré : "il peut façonner l'avenir".

Les cas signalés de violence ayant entraîné la perte de vies et de biens au Nigeria ont attiré l'attention des dirigeants de l'Église au niveau local, régional et international.  

En août, les membres de la Conférence des évêques catholiques du Nigeria (CBCN) ont condamné "l'insécurité croissante et les actes de terrorisme incessants" et ont appelé le gouvernement à intervenir et à mettre fin à la crise. 

Le 15 août, en la solennité de l'Assomption, le pape François a prié pour l'intercession de la Vierge Marie en faveur des chrétiens persécutés au Nigeria et pour la paix en Afrique. 

"Aujourd'hui, je voudrais prier en particulier pour la population de la région nord du Nigeria, victime de la violence et des attaques terroristes", a déclaré le Saint-Père dans son discours de l'Angélus le 15 août.

Il a décrit la Vierge Marie comme "Mère de l'espoir" et a déclaré : "Invoquons son intercession pour toutes les situations dans le monde qui ont le plus besoin d'espoir : espoir de paix, de justice, espoir d'une vie digne".

Dans son homélie du 13 septembre, Mgr Kaigama a mis l'accent sur les différentes formes de pardon.

"Le pardon qu'un individu reçoit de Dieu, le pardon que l'un offre à l'autre, le pardon que je reçois d'une autre personne, le pardon qu'un groupe offre à un autre groupe, c'est ce dont nous avons cruellement besoin dans diverses régions du Nigeria qui connaissent aujourd'hui la violence et les conflits, ce qui conduit au gaspillage de vies humaines et de ressources", a déclaré le prélat nigérian, âgé de 62 ans.

Faisant référence à la prière du Seigneur, il a ajouté : "Pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont fait du tort est si facile à dire lorsque nous prions le "Notre Père"". 

"La réalité est que lorsque les êtres humains se sentent vraiment blessés, il n'est pas facile de pardonner, c'est-à-dire de passer de la théorie du pardon à la pratique du pardon", a-t-il déclaré, ajoutant : "Quelqu'un vous dira : 'J'ai pardonné, mais je n'oublierai jamais' ou 'J'ai enterré la hache de guerre, mais j'ai marqué le coup'".

Il a poursuivi : "De même, dans le "Notre Père", nous prions pour que la volonté de Dieu soit faite, mais lorsque les défis nous pèsent autant, nous nous demandons ce qu'est devenu Dieu et nous courons de pilier en pilier à la recherche de remèdes qui ne sont pas de Dieu".

Mgr Kaigama a souligné la nécessité de pardonner à tout moment en disant : "Il faut pardonner autant de fois qu'on est blessé. Arrêtez de compter.  La pratique de la justice rétributive dans l'Ancien Testament de "œil pour œil, et dent pour dent" (Ex. 21:24) n'est pas valable pour le bon disciple du Christ".

En réfléchissant à la deuxième lecture de dimanche, Saint Paul aux Romains, l'archevêque a dit : "Priez et pardonnez à nos offenseurs, qu'ils soient vivants ou morts, comme nous le dit Saint Paul, un chrétien vivant ou mort appartient au Christ".

"Nous devrions prier pour la grâce de pardonner, peu importe combien nous sommes blessés ou aigris", a réitéré l'Ordinaire d'Abuja et a encouragé le peuple de Dieu à fréquenter le sacrement de la réconciliation car il est "un puissant canal de pardon". 


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]