Advertisement

Des églises s’associent pour préserver la forêt tropicale en RD Congo, apprécient « Laudato Si »

Les dirigeants religieux et autres parties prenantes à l'issue d'un atelier de trois jours à Kinshasa pour lancer l'initiative interreligieuse pour la préservation de la forêt tropicale en RD Congo le jeudi 5 décembre 2019. Domaine Public Les dirigeants religieux et autres parties prenantes à l'issue d'un atelier de trois jours à Kinshasa pour lancer l'initiative interreligieuse pour la préservation de la forêt tropicale en RD Congo le jeudi 5 décembre 2019.
Domaine Public

En République démocratique du Congo (RDC), l'Église catholique s'est associée à l'Église du

Christ du Congo (ECC) pour préserver la forêt tropicale conformément à la lettre encyclique du Pape François « Laudato si » qui appelle l'Église et le monde à reconnaître l'urgence des défis environnementaux et à s'engager dans une nouvelle voie avec lui.

Tenue au siège de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) de l'Église catholique à Kinshasa, l'initiative a été officiellement lancée lors de l'atelier du 3 au 5 décembre qui a réuni des chefs religieux et d'autres acteurs pour discuter des mécanismes de lutte contre la déforestation tropicale.

« Cet atelier a contribué à renforcer notre responsabilité écologique en nous sensibilisant à l'importance de la protection de la nature ", a déclaré Mgr Marcel Utembi, archevêque de Kisangani, à la fin de l'atelier, le jeudi 5 décembre, dans le journal en ligne Diacenco.

« C'est dans un contexte interreligieux que nous nous engagerons, à la lumière de l'encyclique Laudato Si du Pape François, qui promeut une culture du respect des forêts et des personnes qui y vivent », a déclaré Mgr Utembi en référence au rôle attendu des chefs religieux dans cette initiative.

Advertisement

L'initiative interconfessionnelle pour la préservation des forêts tropicales vise à souligner l'urgence morale et à fournir des ressources spirituelles aux efforts mondiaux pour relever le défi climatique. 

S'inspirant de l'histoire de la création dans les Écritures, le président du CENCO a rappelé aux participants à l'atelier l'importance de prendre soin de la création en disant : « Ce récit de la création nous montre que les arbres dans leur diversité d'espèces sont essentiels pour notre vie et font partie du patrimoine de notre maison commune, la terre. »

En référence à la description de la création dans la Genèse, il ajouta : « Ces paroles de la Bible sont le premier fondement de l'engagement de l'Église catholique dans les questions écologiques ».

Pour sa part, le président national de l'ECC, le pasteur André Bokundoa, a noté que la particularité de l'initiative réside dans « les valeurs spirituelles et morales incarnées par les dénominations religieuses qui sous-tendent la protection de la nature ».

« Nous sommes ici au niveau de la prise en compte du poids démographique des confessions religieuses pour pouvoir relayer le message à la base », a déclaré le pasteur Bokundoa, qui a ajouté : « L'objectif sera de sensibiliser nos populations tout en mettant l'accent sur le cadre juridique, notamment en ce qui concerne l'amélioration des conditions des peuples autochtones ».

More in Afrique

Les chefs religieux présents ont reconnu que la terre est la création de Dieu qui mérite d'être conservée pour sa gloire et ont apprécié l'urgence de préserver les forêts tropicales pour un avenir meilleur.

« Le but pour lequel Dieu a tout créé est Sa propre gloire », a observé et ajouté le pasteur Bokundoa : « la forêt, qui fait partie de la création de Dieu, doit aussi être adorée. Protéger la forêt signifie protéger la gloire de Dieu et ne pas la protéger, c'est refuser d'adorer Dieu et reconnaître sa qualité de créateur. »

L'initiative interconfessionnelle est une plateforme permettant aux chefs religieux et aux communautés de travailler main dans la main avec les peuples autochtones, les gouvernements, la société civile et les entreprises sur des actions qui contribuent à la protection des forêts en protégeant ceux qui en sont les gardiens.