Advertisement

« L'accès gratuit à l'enseignement primaire est irréversible », affirment les évêques de la RDC

Le Secrétaire général du CENCO, le P. Donatien Nshole s'adresse aux journalistes lors d'une conférence de presse à Kinshasa, capitale de la RD Congo, lundi 16 décembre 2019. Domaine Public Le Secrétaire général du CENCO, le P. Donatien Nshole s'adresse aux journalistes lors d'une conférence de presse à Kinshasa, capitale de la RD Congo, lundi 16 décembre 2019.
Domaine Public

Suite aux défis posés par la mise en œuvre d'une disposition constitutionnelle permettant l'accès gratuit à l'éducation de base en République démocratique du Congo (RDC), la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) a rendu publique sa position sur la question, indiquant que l'accès gratuit à l'enseignement primaire est irréversible et que les autorités compétentes doivent accorder aux enseignants une rémunération adéquate pour éviter une détérioration de l'éducation nationale.

« La gratuité de l'enseignement primaire doit être irréversible. Le CENCO est prêt à contribuer à la recherche de solutions pour surmonter les principales difficultés qui pourraient compromettre le succès de cette politique de gratuité de l'enseignement ou contribuer à la baisse du niveau de l'enseignement, ce qui est déjà déplorable », a déclaré le Secrétaire général du CENCO, le Père Donatien Nshole, aux journalistes lors d'une conférence de presse à Kinshasa, la capitale congolaise lundi 16 décembre.

Le Président Felix Tshisekedi a décidé d'appliquer l'article 43 de la Constitution en proclamant la gratuité de l'enseignement dans tout le pays à compter de l'année scolaire 2019/2020.

Bien que cette initiative ait été bien accueillie par beaucoup, le problème des enseignants non rémunérés a rendu sa mise en œuvre difficile, en particulier dans les écoles privées.

Depuis près de 30 ans, il est du devoir des parents de contribuer aux salaires des enseignants en RDC. Une politique qui a rendu difficile pour de nombreux parents de maintenir leurs enfants à l'école.

Advertisement

S'exprimant au nom des évêques du CENCO, le Père Nshole a rappelé : « Dans leur message de juin 2019, les évêques membres du CENCO, qui avaient déjà en 2004 usé de l'option de ne pas imposer aux parents le paiement des salaires des enseignants, ont exprimé leur satisfaction devant l'annonce de cette décision (éducation gratuite) ».

Faisant référence à la gratuité de l'enseignement, le religieux congolais « a exhorté les autorités compétentes à assurer les conditions nécessaires à sa bonne mise en œuvre, y compris la garantie d'un salaire décent pour tous les enseignants et la régularisation de la situation salariale des enseignants non payés ».

Parmi les défis à surmonter dans le processus de mise en œuvre de la gratuité de l'éducation, a souligné le Père, figureront « le manque de motivation des enseignants et de tout le personnel auxiliaire dans les provinces, la grève passive ou active des enseignants dont la rémunération n'est pas satisfaisante, la surpopulation entraînant une insuffisance des infrastructures, le manque de matériel pédagogique et de manuels scolaires, etc. »

Le responsable de l'Église a exprimé la reconnaissance par les évêques de « l'augmentation des frais de fonctionnement des écoles primaires, de l'augmentation des coûts de motivation à tous les niveaux (maternelle, primaire et secondaire) et de l'abolition des autres frais de scolarité au niveau primaire ».

« Le CENCO salue les efforts du gouvernement pour mettre en œuvre l'éducation de base gratuite et félicite toutes les autorités impliquées dans sa mise en œuvre », a déclaré le Père Nshole, qui a ajouté : « Si les efforts déployés ne sont pas soutenus et si les difficultés mentionnées ci-dessus ne sont pas prises très au sérieux, cette belle dynamique peut facilement être brisée avec le risque de régression ».

More in Afrique

Il a déclaré que les évêques de son pays aimeraient que les autorités « paient les salaires des enseignants non rémunérés en janvier 2020, conformément à la promesse de Félix Tshisekedi ».

Les évêques ont également recommandé, a dit le Père, que le gouvernement assure « la mise en œuvre d'un plan de construction et de réhabilitation des écoles, la fourniture de bancs et de matériel didactique dans les écoles, la réforme urgente du service de contrôle des salaires, la promotion effective de l'éthique par le contrôle et l'application rigoureuse de sanctions administratives et pénales en cas de pratiques de blanchiment de capitaux dans les actes éducatifs entre autres ».

Le Secrétaire Général du CENCO a également annoncé que « le prochain Comité Permanent du CENCO qui se tiendra en février 2020 se concentrera sur ces questions, qui attendent des réponses concrètes ».