Advertisement

Les évêques du Zimbabwé dénoncent la « crise du leadership » et appellent à un dialogue national global

Logo de la Conférence épiscopale catholique du Zimbabwe (ZCBC) Domaine Public Logo de la Conférence épiscopale catholique du Zimbabwe (ZCBC)
Domaine Public

Les évêques catholiques du Zimbabwé appellent les citoyens de la nation d'Afrique australe à mettre de côté diverses formes de tendances égoïstes et à envisager d'unir leurs esprits pour un « dialogue national global et inclusif » qui puisse aider à résoudre la crise de leadership dans leur pays et à nourrir les inclinations vers le « bien commun ».

« Le temps est venu pour chaque citoyen de s'asseoir à la table avec humilité et de se concentrer sur le bien commun. Nous appelons à un dialogue national global », ont déclaré les évêques du Zimbabwé dans leur message du 9 décembre, précisant que « le dialogue national doit être ouvert à tous, avec des représentants du gouvernement, des partis politiques, de la société civile, des entreprises et de l'Église. »

Écrivant sous l'égide de la Conférence épiscopale catholique du Zimbabwé (ZCBC), les prélats ont attribué les défis dans leur pays à des lacunes en matière de leadership en disant : « Nous ne semblons pas avoir de dirigeants qui considèrent nos défis comme des défis nationaux ».

Ils ont expliqué dans leur message pastoral : « La plupart de nos responsables à tous les niveaux semblent penser à sauvegarder leur propre bien-être personnel et celui de leurs amis et parents. On se préoccupe davantage de la sécurité financière personnelle, de l'acquisition et de la conservation du pouvoir politique et de l'augmentation de leur importance sociale. »

« Notre crise n'est pas seulement politique et économique, c'est avant tout une crise spirituelle et morale », ont déclaré les prélats en faisant référence à leur déclaration de 2007 et en ajoutant, à propos de la crise à laquelle le pays est confronté, « Il nous apparaît comme un signe clair d'égoïsme malsain que les dirigeants politiques mettent des conditions égoïstes au dialogue national et à la réconciliation ».

Advertisement

Décrivant la situation actuelle dans leur pays comme une « tragédie des biens communs », car les intérêts à court terme des dirigeants égoïstes entrent en conflit avec les intérêts à long terme de la société, les prélats ont fustigé la « pensée étroite » des dirigeants.

« De toute évidence, l'accent mis sur les intérêts à court terme des dirigeants qui luttent pour obtenir et conserver le pouvoir politique détourne l'attention des intérêts communs qui pourraient protéger les faibles, les marginalisés et les pauvres », ont déploré les dirigeants de l'Église.

Tout en reconnaissant que la crise s'est développée au fil du temps, étant donné qu'en avril 2007, dans leur lettre pastorale « Dieu entend le cri des opprimés », les évêques ont souligné que les défis « semblent plus liés et émanent des mêmes causes profondes », signe clair que « la nation a un déficit dans la confiance que les citoyens accordent aux dirigeants et institutions nationales ».

Les citoyens ont crié aux dirigeants pour trouver des solutions, mais il semble que tout ce qu'ils obtiennent est, au mieux, une douche froide et, au pire, des pertes d'emplois, des gaz lacrymogènes, des arrestations et des passages à tabac pour avoir prétendument participé au « programme de changement de régime ». Dieu demande aujourd'hui, comme il l'a fait dans Matthieu 7,9-10: « Qui parmi vous donnera une pierre à son fils, s'il lui demande du pain? Ou s'il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent? » Bien sûr que non », ont ajouté les évêques.

Dans leur message, les responsables de l'Église ont également révélé les résultats de leur rencontre du 28 novembre avec le Présidium du pays, au cours de laquelle ils ont discuté des défis auxquels le pays est confronté, une discussion que les prélats ont attribuée aux « bonnes relations Église – État ».

More in Afrique

« Le gouvernement est actuellement en train de prendre en charge le paiement des salaires des agents de santé des missions, de la même manière qu'il prend en charge les salaires dans les écoles des missions », ont déclaré les évêques, ajoutant que « c'est également au cours de cette réunion que le gouvernement a annoncé sa décision d'inclure les hôpitaux des missions dans la distribution des médicaments fournis par le gouvernement, en reconnaissance de la contribution des hôpitaux des missions à la santé nationale. »

« Nous, vos bergers, avons pu discerner beaucoup de bonne volonté de la part du gouvernement et lors des réunions ultérieures avec les représentants des médecins âgés et juniors, qui avaient déclaré une incapacité en termes de rémunération, d'équipement hospitalier et d'environnement de travail sûr », ont déclaré les évêques.

Les responsables de l'Église ont exprimé l'espoir que le gouvernement et les médecins « trouvent des solutions à l'amiable aux défis, suite au moratoire accordé par le gouvernement ».