Advertisement

Aujourd'hui, 9 juin, nous célébrons St. Ephrem

Le 9 juin, l'Église catholique romaine honore saint Éphrem de Syrie, un diacre, ermite et docteur de l'Église qui a apporté d'importantes contributions à la spiritualité et à la théologie de l'Orient chrétien au cours du quatrième siècle.

Les catholiques orientaux et les chrétiens orthodoxes orientaux célèbrent sa fête le 28 janvier. Ephrem est particulièrement aimé dans l'Église syriaque orthodoxe et considéré comme un père vénérable (c'est-à-dire un moine saint) dans l'Église orthodoxe orientale. Sa fête est célébrée le 28 janvier et le samedi des Pères vénérables. Il a été déclaré docteur de l'Église dans l'Église catholique en 1920.

Lors de l'audience générale de 2007 sur la vie de saint Ephrem, le pape Benoît XVI a noté que saint Ephrem s'est fait connaître comme la "harpe du Saint-Esprit", pour ses hymnes et ses écrits qui chantaient les louanges de Dieu "d'une manière inégalée" et "avec une rare habileté".

Ephrem est né dans la ville de Nisibis en 306 environ. Les traditions diffèrent sur la question de son origine familiale, certaines sources attestant que son père était à un moment donné un prêtre païen. D'autres sources suggèrent que sa famille était, ou devint plus tard, entièrement chrétienne.

Ephrem a reçu le baptême et a commencé à considérer plus sérieusement le salut de son âme. Il adopte un style de vie ascétique sous la direction d'un ancien, qui lui donne la permission de vivre en ermite. Ephrem subvient à ses besoins par le travail manuel, en fabriquant des voiles pour les bateaux, tout en vivant de façon remarquablement austère, avec peu de confort et peu de nourriture.

Advertisement

Le directeur spirituel et ami d'Ephrem, l'évêque Jacques de Nisibis, meurt en 338. Peu après, Ephrem quitte sa solitude et s'installe à Édesse, dans l'actuelle Turquie. Ordonné diacre à Édesse, il était connu pour ses sermons qui combinaient des expressions articulées de l'orthodoxie catholique avec des appels urgents et fructueux au repentir.

Le diacre était également un auteur volumineux, produisant des commentaires sur l'ensemble de la Bible ainsi que la poésie théologique pour laquelle il est le plus connu. Ephrem utilisait les vers en langue syriaque pour expliquer et populariser les vérités théologiques, une technique qu'il s'était appropriée auprès d'autres personnes qui avaient utilisé la poésie pour promouvoir l'erreur religieuse.

Vers la fin de sa vie, le diacre s'est rendu en pèlerinage dans la ville de Césarée, où Dieu l'avait incité à demander conseil à l'archevêque qui a été canonisé plus tard sous le nom de saint Basile le Grand. Basile a aidé Ephrem à résoudre certains de ses problèmes spirituels, lui donnant des conseils qu'il suivra pendant ses dernières années de solitude, de prière et d'écriture.

Vers la fin de sa vie, Ephrem quitta brièvement son ermitage pour servir les pauvres et les malades pendant une famine. Sa dernière maladie est survenue en 373, très probablement à cause d'une maladie qu'il avait contractée lors de ce service.

À l'approche de sa propre mort, il dit à ses amis : "Ne chantez pas d'hymnes funèbres à la sépulture d'Ephrem... N'enveloppez pas ma carcasse dans un linceul coûteux, n'érigez pas de monument à ma mémoire. Ne m'accordez que la part et la place d'un pèlerin ; car je suis un pèlerin et un étranger comme l'ont été tous mes pères sur la terre."

More in Afrique

Saint Ephrem de Syrie est mort en juin 373. Peu de temps après sa mort, son contemporain, saint Grégoire de Nysse, a évoqué son souvenir dans un discours public et a conclu son intervention en demandant l'intercession d'Ephrem.

" Vous assistez maintenant à l'autel divin, et devant le Prince de la vie, avec les anges, en louant la très sainte Trinité ", dit Grégoire. "Souviens-toi de nous tous, et obtiens pour nous le pardon de nos péchés".