Advertisement

Une entité catholique pour la paix signale des expulsions forcées par l'État dans malgré des attaques militantes au Mozambique.

Le drapeau du Mozambique. Crédit : Domaine public Le drapeau du Mozambique. Crédit : Domaine public

L'organisation catholique de paix et de bienfaisance, Denis Hurley Peace Initiative (DHPI), a signalé l'augmentation des déplacements forcés de personnes déjà confrontées à des attaques de militants dans la région de Cabo Delgado au Mozambique.   

Selon l'entité de paix de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC), les personnes déplacées soupçonnent déjà que le déplacement a quelque chose à voir avec les attaques des militants.

"Les conflits fonciers entre les personnes déplacées et les habitants des communautés où elles ont été réinstallées se poursuivent", déclare Johan Viljoen, directeur du DHPI, dans un rapport partagé avec ACI Afrique jeudi 10 juin.

Viljoen affirme que le gouvernement mozambicain a déclaré que toutes les terres appartiennent à l'État et que celui-ci peut les réattribuer à volonté.

Les actions du gouvernement, selon le responsable du DHPI, renforcent le soupçon des personnes déplacées que la véritable raison de la guerre est de les chasser de leurs terres.

Advertisement

Ceux qui ont parlé à l'organisation pacifique qui suit l'évolution de la violence au Mozambique disent qu'ils sont expulsés de force de leurs terres "pour que l'État puisse accorder l'accès aux prospecteurs et aux multinationales".

La semaine dernière, l'organisation de paix et de bienfaisance a signalé des cas de conflits entre les personnes déplacées et les résidents locaux à Cabo Delgado au sujet des terres.

Viljoen fait référence à Cabo Ligado, une entité médiatique locale, qui, selon lui, a également fait état de la perception, parmi les personnes déplacées, que leur déplacement est la cause du conflit en cours.

L'entité médiatique rapporte : "Bien qu'il n'y ait aucune preuve suggérant que le conflit est un accaparement de terres privées ou étatiques, la mauvaise gestion de la crise du déplacement par le gouvernement a alimenté la croyance en cette théorie."

Par exemple, selon le rapport, les personnes déplacées ont demandé aux fonctionnaires du gouvernement des documents attestant de leur village d'origine et des biens qu'elles y détiennent, afin de pouvoir récupérer ces biens après le conflit.

More in Afrique

"Le gouvernement a refusé de délivrer tout document de ce type", indique le rapport de Cabo Delgado, ajoutant : "En effet, le gouvernement lui-même (...) a déclaré qu'il s'attendait à ce que la plupart des personnes déplacées ne retournent jamais chez elles."

"Tant qu'il n'y aura pas de plan pour les aider à le faire, la concurrence foncière aux abords de la zone de conflit continuera à être un problème et la méfiance envers les motivations du gouvernement ne fera qu'augmenter parmi les populations déplacées", rapporte l'entité médiatique locale.

La direction de l'entité de paix SACBC a également signalé que la police de Maputo est en état d'alerte après que les médias ont affirmé que les insurgés planifient une attaque contre la capitale du Mozambique.

La rumeur circule que les insurgés ont donné 30 jours au personnel diplomatique et consulaire pour quitter la ville, après quoi ils commenceront à faire sauter les bureaux et les résidences du personnel diplomatique et consulaire, transformant Maputo en un "Damas, Mogadiscio, Tripoli ou Kaboul" en mémoire des martyrs tués dans le monde entier", déclare M. Viljoen dans le rapport du 10 juin partagé avec ACI Afrique.

Il ajoute : "La menace est apparue sur les médias sociaux, principalement WhatsApp, et prétend avoir été émise par le chef des insurgés, Abu Yasir Hassan."

Advertisement

Il indique qu'en réponse à la menace présumée, la police a déployé des "troupes de choc" dans les zones considérées comme des cibles probables, notamment les marchés et les principales artères.

Entre-temps, le DHPI a continué à fournir un soutien humanitaire aux personnes déplacées vivant actuellement dans le diocèse catholique de Pemba et l'archidiocèse de Nampula.

Outre la construction de maisons, Caritas Nampula fournit désormais des vivres d'urgence mensuels réguliers à 786 familles du centre d'accueil de Corrane de l'archidiocèse.