Advertisement

Un cardinal allemand déclare que la décision du pape de ne pas accepter sa démission est un "grand défi"

Le cardinal Reinhard Marx de Munich et Freising au bureau de presse du Saint-Siège, le 27 octobre 2017./ Daniel Ibanez/CNA. Le cardinal Reinhard Marx de Munich et Freising au bureau de presse du Saint-Siège, le 27 octobre 2017./ Daniel Ibanez/CNA.

Le cardinal Reinhard Marx a déclaré jeudi que la décision du pape François de ne pas accepter sa démission en tant qu'archevêque catholique de Munich et Freising est un "grand défi".

Marx a fait ce commentaire le 10 juin, quelques heures après que le Vatican ait publié une lettre du pape demandant au cardinal de 67 ans de rester en charge de l'archidiocèse du sud de l'Allemagne.

"Je trouve que la décision du pape est un grand défi. Après cela, revenir simplement à l'ordre du jour ne peut être la voie à suivre pour moi et aussi pour l'archidiocèse", a-t-il déclaré dans une déclaration sur le site Web de l'archidiocèse.

CNA Deutsch, le partenaire d'information en langue allemande de CNA, a rapporté que Marx s'est dit surpris de la rapidité de la réponse du pape à son offre de démission, rendue publique le 4 juin.

L'influent cardinal est membre du Conseil des cardinaux du pape et coordinateur du Conseil du Vatican pour l'économie. Jusqu'à l'année dernière, il était également président de la conférence des évêques catholiques allemands.

Advertisement

Dans une lettre adressée au pape le 21 mai, Marx a exposé les raisons pour lesquelles il souhaitait démissionner de ses fonctions.

Il écrivait : "Sans aucun doute, nous vivons des temps de crise pour l'Église en Allemagne. Il y a, bien sûr, de nombreuses raisons à cette situation - également au-delà de l'Allemagne dans le monde entier - et je crois qu'il n'est pas nécessaire de les exposer en détail ici."

"Cependant, cette crise a également été causée par notre propre échec, par notre propre culpabilité. Cela m'est apparu de plus en plus clairement en regardant l'Église catholique dans son ensemble, non seulement aujourd'hui mais aussi au cours des dernières décennies."

"Mon impression est que nous sommes dans une 'impasse' qui, et c'est là mon espérance pascale, a aussi le potentiel de devenir un 'tournant'."

More in Afrique

Il poursuit : "En substance, il est important pour moi de partager la responsabilité de la catastrophe des abus sexuels commis par les responsables de l'Église au cours des dernières décennies."

Avec l'autorisation du pape François, l'archidiocèse de Munich et Freising a publié le 4 juin la lettre du cardinal au pape, ainsi qu'une déclaration personnelle, en allemand, anglais et italien.

En réponse au refus du pape de sa démission, Marx a déclaré : "Je ne m'attendais pas à ce qu'il réagisse aussi rapidement et je ne m'attendais pas à sa décision de poursuivre mon service en tant qu'archevêque de Munich et Freising."

"Je suis ému par l'exhaustivité et le ton très fraternel de sa lettre et je sens combien il comprend et a accepté ma demande. Par obéissance, j'accepte sa décision comme je le lui ai promis."

Écrivant en espagnol, François a dit à Marx : "Si tu es tenté de penser que, en confirmant ta mission et en n'acceptant pas ta démission, cet évêque de Rome (ton frère qui t'aime) ne te comprend pas, pense à ce que Pierre a ressenti devant le Seigneur lorsque, à sa manière, il lui a présenté sa démission : 'Éloigne-toi de moi, car je suis un pécheur', et écoute la réponse : 'Fais paître mes brebis'."

Advertisement

Le cardinal a déclaré qu'il devait maintenant réfléchir "aux nouvelles voies que nous pouvons emprunter - même face à une histoire faite de multiples échecs - pour proclamer et témoigner de l'Évangile" dans l'archidiocèse de Munich.

Il a ajouté : "L'évêque n'est pas seul dans ce cas et dans les prochaines semaines, je réfléchirai à la manière dont nous pouvons ensemble contribuer encore davantage au renouveau de l'Église ici dans notre archidiocèse et dans son ensemble ; car le pape reprend une grande partie de ce que j'ai mentionné dans la lettre que je lui ai adressée et nous donne des impulsions importantes."

"Ce que j'ai également souligné dans ma déclaration demeure : que je dois porter une responsabilité personnelle et que j'ai également une 'responsabilité institutionnelle', notamment en ce qui concerne les personnes touchées [par les abus sexuels commis par des clercs], dont la perspective doit être incluse encore plus efficacement."

CNA Deutsch a rapporté que le président de la conférence épiscopale allemande, Mgr Georg Bätzing, a exprimé son soulagement face à la décision du pape de ne pas accepter la démission de Marx.

Thomas Sternberg, président de l'influent Comité central laïc des catholiques allemands (ZdK), a également salué la nouvelle.

Il a déclaré au Rheinische Post que la lettre du pape montrait "que le prétendu mécontentement à l'égard de la "voie synodale" en Allemagne ne correspond pas à la réalité à plusieurs niveaux".

Il faisait référence au processus pluriannuel controversé qui réunit des évêques et des laïcs pour discuter de quatre sujets principaux : la manière dont le pouvoir est exercé dans l'Église, la moralité sexuelle, le sacerdoce et le rôle des femmes.

Marx, qui est archevêque de Munich et Freising depuis 2007, avait déclaré qu'il espérait que sa démission serait "un signal personnel pour un nouveau départ, pour un nouveau réveil de l'Église, et pas seulement en Allemagne".

En avril, Marx a demandé au président allemand Frank-Walter Steinmeier de ne pas lui décerner la Croix fédérale du mérite, après le tollé provoqué par cette récompense parmi les défenseurs des victimes d'abus.

Il devait recevoir la Bundesverdienstkreuz, la seule décoration fédérale allemande, au château de Bellevue à Berlin le 30 avril.

M. Marx a déclaré qu'il ne voulait pas attirer une attention négative sur les autres lauréats.

Peter Bringmann-Henselder, membre du conseil consultatif des personnes affectées de l'archidiocèse de Cologne, avait exhorté le président à ne pas lui décerner cet honneur, citant la façon dont Marx a traité les affaires lorsqu'il était évêque de Trèves de 2001 à 2007.

"Nous ne comprenons pas comment vous pouvez décerner la Croix fédérale du mérite au cardinal Marx, un homme qui est toujours critiqué pour ne pas avoir enquêté de manière cohérente sur les cas de violence sexualisée dans son ancien diocèse de Trèves et qui est accusé d'avoir couvert des cas dans ce contexte", a-t-il écrit.

Le portail web officiel de l'Église catholique d'Allemagne a indiqué jeudi que la gestion des affaires par Marx dans le diocèse de Trèves ferait l'objet d'une "enquête approfondie" de la part d'une commission indépendante dirigée par l'évêque Stephan Ackermann depuis 2009.

Il a également noté que le cabinet d'avocats munichois Westpfahl-Spilker-Wastl devrait publier dans les prochains mois une étude sur le traitement des plaintes pour abus dans l'archidiocèse de Munich et Freising, y compris pendant que Marx était archevêque.

Le portail a ajouté que Timo Ranzenberger, un survivant présumé d'abus, a écrit une lettre de six pages à Marx, datée du 3 mai.

Selon CNA Deutsch, Ranzenberger avait dénoncé un pasteur de Freisen, dans le diocèse de Trèves, pour des abus présumés en 2006, lorsque Marx était l'évêque local.

Ranzenberger a déclaré au Saarbrücker Zeitung qu'il avait envoyé la lettre, accusant Marx d'avoir répondu de manière inadéquate aux allégations 15 ans plus tôt, le 5 mai. Il a reçu une réponse de l'archidiocèse de Munich le 22 mai, le lendemain de la lettre de démission de Marx au pape.

Il a déclaré qu'il écrirait également à Mgr Bätzing, le successeur de Marx en tant que président de la conférence épiscopale allemande.

"Par la suite, les deux lettres seront également adressées au pape François", a-t-il ajouté.

Dans sa déclaration personnelle publiée le 4 juin, Marx a déclaré qu'il avait pensé à plusieurs reprises à démissionner de ses fonctions au cours des derniers mois.

"Les événements et les débats de ces dernières semaines ne jouent toutefois qu'un rôle subordonné dans ce contexte", a-t-il déclaré, expliquant que sa demande de démission était une "décision exclusivement personnelle."