Advertisement

Une artiste kenyan peint une "nouvelle Ève" et un "nouvel Adam" pour raconter l'histoire de l'Afrique, faite d'espoir et de beauté.

Fridah Ijai, une artiste réaliste kenyane, décrit une peinture dans laquelle elle met en évidence la différence entre l'Eve de l'Ancien Testament et Marie, la Mère de Jésus, qu'elle décrit comme la "Nouvelle Eve". Le président de la Conférence des jésuites d'Afrique et de Madagascar, le père Agbonkhianmeghe Orobator, observe la scène. Crédit : ACI Afrique Fridah Ijai, une artiste réaliste kenyane, décrit une peinture dans laquelle elle met en évidence la différence entre l'Eve de l'Ancien Testament et Marie, la Mère de Jésus, qu'elle décrit comme la "Nouvelle Eve". Le président de la Conférence des jésuites d'Afrique et de Madagascar, le père Agbonkhianmeghe Orobator, observe la scène. Crédit : ACI Afrique

Dans l'une des peintures de Fridah Ijai, une jeune femme noire est entourée de végétation verte et d'un bouton de fleur succulent d'un bananier. 

L'attention de la femme est fixée sur ses paumes qui tiennent tendrement une coquille d'œuf fêlée. La coquille est traversée par une corde cassante, qui traverse également l'ensemble du tableau. Une colombe est perchée sur la partie supérieure de la corde, qui semble plus brillante que la partie inférieure.

Ijai fait référence à la femme dans le tableau comme étant la "nouvelle Eve" ou la Vierge Marie qui a apporté l'espoir à l'humanité, corrigeant les erreurs de l'Eve de l'Ancien Testament qui a mangé le fruit défendu.

"L'œuf fêlé signifie le nouveau départ à travers la naissance de Jésus-Christ. La corde est également divisée en deux parties : l'ancienne et la nouvelle, et l'endroit où la corde se casse signifie le début de la nouvelle vie que Mère Marie apporte au monde", explique l'étudiant kenyan à ACI Afrique.

Advertisement

Elle ajoute : "La femme est noire et elle est entourée de végétation verte pour signifier la richesse du continent africain. La banane sur la photo est une plante commune en Afrique. J'essayais de faire ressortir Eve dans un environnement qui nous est familier et, en même temps, de représenter le jardin d'Eden, qui, selon moi, est l'Afrique."

Pour cette étudiante kenyane de 25 ans, qui poursuit des études de beaux-arts, la nouvelle veille doit être noire pour aider à raconter l'histoire de l'Afrique.

C'est l'histoire que les dirigeants de la Conférence jésuite d'Afrique et de Madagascar (JCAM) ont cherché à amplifier lorsqu'ils ont fait appel à l'artiste réaliste kenyan pour réaliser la peinture.

S'adressant à ACI Afrique en marge de l'événement de dévoilement des peintures commandées, le vendredi 11 juin, à la Maison Africama des Jésuites à Nairobi, le président de JCAM, le père Agbonkhianmeghe Orobator, a noté que le travail avec le jeune artiste kenyan était la façon dont les Jésuites influencent la vie des jeunes.

More in Afrique

Les Jésuites sont guidés par quatre "Préférences Apostoliques Universelles" qui incluent l'approche des jeunes. Il s'agit de Montrer le chemin vers Dieu, Marcher avec les exclus, Cheminer avec les jeunes, et Prendre soin de notre maison commune.

"En collaborant avec Frida, nous exprimons notre engagement envers les jeunes", a déclaré le père Orobator à ACI Afrique, et il a expliqué qu'il avait découvert l'œuvre de l'artiste dans un quotidien local.

"J'ai d'abord lu l'histoire de Frida dans un journal local et j'ai partagé son histoire avec d'autres jésuites. Nous l'avons contactée en octobre de l'année dernière et nous avons cheminé avec elle jusqu'à présent", a déclaré le président de la JCAM.

Le prêtre a souligné l'importance de l'art dans l'évangélisation et s'est référé à la lettre de saint Paul aux Éphésiens 2:10 qui dit : "Car nous sommes l'ouvrage de Dieu, créés dans le Christ Jésus pour accomplir de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d'avance pour nous."

Advertisement

"Nous sommes l'œuvre d'art de Dieu. Cela signifie que Dieu est l'artiste ultime. En fait, dans de nombreuses sociétés africaines, on parle de Dieu comme de l'artiste en chef", a déclaré le père Orobator, avant d'ajouter : "Dieu crée avec patience et amour et il s'investit dans ce qu'il crée. Nous célébrons aujourd'hui ce à quoi nous sommes appelés : être des co-créateurs avec Dieu. A l'imiter et à présenter un monde coloré par la grâce de Dieu." 

Il a précisé que l'engagement des Jésuites auprès d'Ijai a été long, l'artiste présentant des esquisses et recevant des corrections de la part des prêtres jusqu'à la grande inauguration du 11 juin.

Les deux autres tableaux commandés à la Maison Africama des Jésuites à Nairobi sont le "Nouvel Adam" et l'"Enfant africain". Ces deux œuvres s'inspirent également du récit de la création. 

Ijai fait référence à la peinture du Nouvel Adam en disant "Qui pensez-vous que je suis ? ” 

"Mon idée était de créer un Adam africain dans le jardin d'Eden (Afrique) qui, à son tour, se réincarne en Jésus dans le Nouveau Testament", explique l'artiste, qui ajoute : "Dans ce tableau, j'ai fait intervenir l'aspect de Jésus dans l'eau, puisque Jésus est l'eau de la vie."

Le tableau "Adam" a été interprété différemment, certains assimilant l'homme de la photo présenté aux côtés d'une colombe et d'eau à Jean le Baptiste. D'autres encore y voient une religion ou une culture rastafari, les dreadlocks étant dans ce cas un symbole du lion de Judée.

"Chacun a sa propre opinion et j'aime quand les gens peuvent réfléchir et apprécier mes peintures. C'est pourquoi j'ai appelé mon tableau "Qui pensez-vous que je suis"", dit-elle.

Le Père John Baptist Anyeh, un prêtre jésuite qui était présent à la cérémonie de dévoilement, a considéré le "Nouvel Adam" comme l'espoir de l'humanité qui, selon lui, a été plongée dans un profond désarroi avec la désobéissance des premiers parents.

" Le vieil Adam n'avait pas la capacité de sortir l'humanité de la souffrance, mais le nouvel Adam, Jésus, a le pouvoir de sauver l'humanité ", a déclaré le père Jean-Baptiste.

La représentation finale d'une Afrique dynamique, l'enfant, vise à révéler la beauté de l'Afrique et à corriger les croyances profondément ancrées selon lesquelles l'Afrique est une terre de souffrance, explique Ijai à ACI Afrique.

Le tableau représente deux enfants séparés par un grillage. L'un des enfants, qui arbore un large sourire, est peint dans des couleurs africaines vives et est entouré de végétation verte. L'autre est peint en noir et blanc.

"Je peins l'enfant en blanc et noir pour représenter ce qui devrait être le passé de l'Afrique. On a toujours pensé que l'Afrique souffrait. J'ai vu des images d'enfants africains portant des vêtements sales et pleurant. C'est notre passé. Nous voulons dépeindre l'Afrique comme un beau continent et un continent heureux", déclare Ijai.