Advertisement

Le Congrès panafricain de théologie propose de nouvelles façons de faire de la théologie en Afrique

Participants au Congrès catholique panafricain sur la théologie, la société et la vie pastorale, Enugu Nigeria, du 5 au 8 décembre 2019 P. Benjamin Achi Participants au Congrès catholique panafricain sur la théologie, la société et la vie pastorale, Enugu Nigeria, du 5 au 8 décembre 2019
P. Benjamin Achi

Les participants au Congrès panafricain de théologie de quatre jours qui a cherché à réfléchir sur la foi du peuple de Dieu en Afrique, à évaluer la variété des approches pastorales et théologiques et à développer, à travers un forum commun, les meilleures pratiques pour l'évangélisation ont proposé de nouvelles façons de faire la théologie sur le continent africain, une région du monde qui continue à enregistrer le taux de croissance le plus élevé du catholicisme mondial. 

« Nous proposons une approche dialogique pour faire de la théologie en Afrique. Cette façon de faire de la théologie exige que nous ne prenions conscience de nous-mêmes en tant qu'Église que par notre immersion dans « l'odeur des brebis », lit-on dans une déclaration publiée à la fin du congrès de quatre jours reçu par ACI Afrique.

« L'approche dialogique comprend la théologie à travers les expériences des femmes et d'autres groupes marginalisés, l'inculturation et le dialogue avec les autres religions présentes en Afrique, les sciences sociales et d'autres disciplines », ont déclaré les participants dans leur document de consensus final.

« L'approche dialogique exige la lecture, la compréhension, l'interprétation et la réponse aux signes des temps », ont déclaré les 80 délégués d'Afrique et d'autres continents qui se sont engagés « à être avec le peuple de Dieu dans leurs lieux de crainte et de douleur, de joie et d'espérance ».

Tout en reconnaissant que souvent les théologies africaines « ont été très éloignées de nos contextes et n'ont donc pas pu contribuer à l'approfondissement de la foi et à la transformation de la société, les participants ont collectivement proposé une « nouvelle manière de pratiquer la pastorale en Afrique », qui « implique une vision de leadership partagé, de ministères participatifs, de solidarité pastorale et de partage mutuel des talents et dons mutuels au-delà des structures et systèmes religieux, hiérarchiques et patriarcaux présents ».

Advertisement

« Nous proposons une praxis dialogique entre l'Église et la société », ont proposé les participants dans le document de trois pages et ont expliqué la manière de mettre en œuvre cette proposition en disant : « Nous devons notamment développer une plus grande conscience historique et approfondir notre compréhension des réalités culturelles, religieuses, sociopolitiques et économiques actuelles de notre peuple, ainsi qu'approfondir notre compréhension des traditions de notre Église ».

« C'est dans ces traditions que nous voyons les traces de pas divins. Nous sommes attachés à une pratique théologique transformatrice de rencontre, d'humilité et d'espoir qui brise les frontières de classe, de race, de sexe, de nationalité, de croyances et de toutes les catégories d'exclusion », ont exprimé les délégués réunis au Bigard Memorial Seminary à Enugu, Nigéria, dans leur déclaration collective.

Ils ont averti que bien que l'Afrique enregistre le taux de croissance le plus élevé du catholicisme mondial, s'il n'y a pas de sensibilité aux besoins du peuple de Dieu qui souffre alors que « les choses continuent à s'effondrer dans la qualité de vie en Afrique », alors il n'y aura aucune raison de célébrer la place de l'Afrique dans le Catholicisme mondial.

« En effet, à moins que nos théologies, nos structures institutionnelles et nos pratiques pastorales ne se traduisent en outils de libération et d'épanouissement de la vie des Africains, la croissance de l'Église ne se fera qu'en nombre », ont dit et expliqué les délégués au Congrès du 5-8 décembre, « Le Royaume de Dieu ne se développe pas simplement en nombre. Au contraire, elle grandit dans l'amour, la foi et l'espérance. Cette croissance transforme les communautés, les cultures et les traditions. »

Tout en reconnaissant que la théologie africaine a souvent été détachée du contexte du continent, les délégués ont souligné la nécessité d'inclure toutes les voix dans la formulation, la présentation et l'application de la théologie africaine.

More in Afrique

« Embrassant le principe de subsidiarité, la pratique de la théologie exige une autorité partagée avec ceux qui ont l'expérience des questions discutées », ont-ils dit et illustré,  « il ne peut y avoir de discussion sur le rôle des femmes dans l'Église sans leur présence à la table ni parler pour les pauvres qui ont eux-mêmes vécu la pauvreté et la violence. »

« La subsidiarité s'applique également à la diversité des expériences humaines d'aujourd'hui, en particulier celles des oubliés et des marginaux dont la vie a été encadrée par des récits d'exclusion - minorités sexuelles, personnes handicapées, divorcés et remariés, migrants et réfugiés », ont expliqué les délégués.

S'unissant au Symposium des Conférences épiscopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM) à l'occasion de leur jubilé d'or, les délégués se sont engagés à travailler avec les responsables des Églises du continent à « la recherche de propositions concrètes et transformatrices pour le renouvellement et la réforme des Églises et de leurs institutions, selon l'enseignement de Vatican

II ».

Conformément au Deuxième Congrès des écrivains et artistes noirs tenu à Rome en 1959 et au message du SCEAM dans sa réponse synodale de 1974, les délégués au Congrès ont reconnu que « l'Église a besoin d'une diversité de théologies et d'approches pastorales pour répondre aux contextes changeants et difficiles de foi et de vie en Afrique et ailleurs dans le monde ».

Advertisement

« Nous affirmons donc, lors de ce Congrès, le désir inébranlable d'accompagner l'Église-Famille de Dieu en Afrique en cherchant ensemble les voies et moyens par lesquels la théologie africaine, les plans et projets pastoraux de nos diocèses, paroisses, communautés religieuses, agences sociales catholiques et tous les canaux d'évangélisation du continent, » ont déclaré les délégués en référence au thème qui guida le Jubilé du SECAM qui a duré un an, s’est achevé en juillet 2019.

« Nous croyons que la poursuite de ce désir pourrait conduire nos peuples et notre société en Afrique vers un nouveau niveau d'espoir », ont ajouté les délégués.  

Convoqués sous le thème « Que devons-nous faire pour accomplir les œuvres de Dieu », les délégués ont également décidé de former un réseau panafricain de théologie et de pastorale catholique qui se réunira tous les deux ans.