"Suis-je un promoteur, un complice de la haine tribale ?" Les évêques camerounais sondent la rivalité ethnique au sein de la diaspora

Les évêques du Cameroun posent avec fidélité à la fin de leur 44e Assemblée plénière à Yaoundé, en mai 2019
Credit: Domaine Public

La rivalité ethnique renouvelée au Cameroun qui oppose, d'une part, les Bamiléké qui contrôlent une grande partie de l'économie du pays et, d'autre part, les Bulu-Beti qui contrôlent l'espace politique depuis des décennies, a attiré l'attention des dirigeants catholiques de la nation d’Afrique centrale à travers un message collectif, dénonçant le tribalisme et demandant « un examen de conscience »  sur les actes de discrimination fondés sur « une tribu ou une région ».

« Chacun est appelé à faire un examen de conscience, à se poser les questions suivantes : Ne suis-je pas, dans mes pensées, dans mes paroles (dans la famille, au travail, à l'église et ailleurs), dans mes publications dans les réseaux sociaux, dans mes interventions dans les médias et dans mon comportement quotidien, un promoteur ou un complice de la haine tribale dans mon pays ? »  Les évêques du Cameroun ont interpellé les citoyens dans une déclaration faite à ACI Afrique le mardi 10 décembre.

Dans cette déclaration de trois pages, les responsables de l'Église ont approfondi la question de l'état des choses dans leur pays : « Est-ce que j'accepte la collaboration et la coexistence avec ceux qui ont des pensées et des idéologies différentes ou qui sont de cultures différentes ? Est-ce que je prie et participe au bonheur et à l'épanouissement des autres, quelle que soit leur affiliation tribale? »

 

Depuis l'élection présidentielle du 7 octobre 2018, ce pays aux ethnies diverses connaît des tensions fondées sur les différences ethniques qui ont opposé les candidats avec le soutien des deux groupes politiques ethniquement alignés : l'axe francophone Bulu-Beti, qui occupe les régions centre et sud du pays, et l'anglophone Bamiléké, qui est concentré à l'ouest.

Aligné sur l'axe Bulu-Beti, le président sortant Paul Biya a remporté les élections contre son plus proche rival Maurice Kamto, qui avait le soutien des Bamiléké et qui a depuis été incarcéré.

S'exprimant collectivement sous l'égide de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun (CENC), les évêques catholiques ont critiqué les politiciens et les leaders d'opinion qui « sèment le désordre et la confusion dans l'esprit des citoyens, stigmatisent et demandent le rejet ou même l'extermination des autres, dont le seul crime est leur appartenance à une tribu ou région donnée. »

Qualifiant ces actes de discrimination de « fruit de l'égoïsme, de la cupidité et de la soif de pouvoir pour conquérir ou thésauriser l'autorité, comme ce fut le cas avec le roi Hérode », les prélats ont réprimandé des dirigeants qui ont utilisé l'étiquette tribale pour tromper les citoyens.

« Il est clair que la racine principale du tribalisme dans notre pays est enlisée dans les intérêts politiques de certains citoyens sans scrupules qui instrumentalisent et aggravent les sentiments tribaux des faibles afin de contrôler le pouvoir », ont déclaré les évêques dans leur message collectif.

Ils ont expliqué : « Il ne s'agit donc pas de l'amour de la tribu ou de la protection du groupe auquel ils appartiennent, mais du désir d'utiliser la ruse pour créer une diversion et se mettre ensuite dans des positions clés pendant que les pauvres et les vulnérables se battent entre eux ».

Faisant référence à leur lettre pastorale de 1996 sur le tribalisme dans laquelle ils identifiaient le « fléau » comme une cause de « désintégration du tissu social », les évêques ont rappelé aux citoyens du pays les conséquences du tribalisme.

Selon eux, le tribalisme crée un climat de méfiance, de suspicion et de peur, en particulier parmi les personnes vulnérables de la société ; il menace la paix et engendre l'insécurité, perturbant les normes individuelles ; il affaiblit le climat des affaires et coûte inévitablement à l'économie nationale.

Affirmant que « le respect de la dignité de la personne humaine est, et demeure une condition préalable non négociable », les prélats ont exhorté les diverses parties prenantes à s'employer à éliminer l'animosité tribale qui, selon eux, pourrait dégénérer en une guerre civile.

« Compte tenu de ce qui précède, vos pasteurs vous ont présenté ces paroles d'exhortation aux agents pastoraux : prêtres, religieux, religieux, catéchistes et laïcs engagés, sans oublier nous-mêmes, évêques ; nous réitérons notre appel de Pentecôte 1990...n'hésitez pas à souligner la beauté et la grandeur de l'Église comme famille », ont lancé les évêques dans la déclaration signée en leur nom par le président du CENC, Mgr Abraham Kome.

S'adressant aux autorités publiques et aux dirigeants de la société civile et politique, les évêques qui représentent les 26 diocèses du pays ont exhorté : « Que les leaders d'opinion évitent les discours de haine, les commentaires discriminatoires à l'égard des autres individus et groupes ! Qu'ils adoptent un langage de respect de la vie, de réconciliation et de construction de l'unité. »

Et vous tous, fils et filles du Cameroun, dont la beauté est si souvent exaltée et mise à l'épreuve par notre égoïsme, le temps de l'éveil et du réveil, de l'engagement et de la reconstruction est venu! Avant tout, c'est à nous de retourner à l'école de l'ouverture aux différences, de l'hospitalité et de l'acceptation mutuelle. »

Faisant référence à la destruction des ambassades camerounaises à Berlin et à Paris à la suite de la déclaration du président Paul Biya, 85 ans, comme vainqueur de l'élection, les évêques ont exhorté les Camerounais de la diaspora à renoncer aux actes de violence.

« Que cessent les actes d'agression et de violence contre les personnes et leurs biens (Exode 20:13), ainsi que contre le patrimoine appartenant aux institutions de la République du Cameroun », ont déclaré les évêques en désignant les Camerounais de la diaspora.

Constatant que les médias et les réseaux sociaux sont utilisés avec « une rapidité et une efficacité sans précédent » par les différents acteurs de la crise, les Prélats ont appelé les acteurs de l'industrie des médias à « faire preuve de plus de charité et de sens des responsabilités » et à « œuvrer à la préservation et à l'épanouissement du bien-être sociopolitique, économique et institutionnel en vue d'une évolution pacifique vers un véritable essor et une intégration nationale ».

Les responsables de l'Église se sont également adressés aux parents en tant que premiers éducateurs de leurs enfants et comme ayant la responsabilité d'inculquer des valeurs fondamentales aux enfants en disant aux parents : « Faites tout pour semer dans leur cœur les vertus du partage, de la tolérance et de l'honnêteté. Plantez en eux le sens de la fraternité humaine sans discrimination. Avec eux, luttez contre toute forme de stigmatisation qui exclut et objective le prochain, qui n'est pas de la même langue, de la même tribu ou de la même religion. »

Ils ont exhorté les jeunes à «lutter contre la paresse, le mensonge, la convoitise, la recherche de gains bon marché, la culture de la distraction qui fait que les jeunes passent un temps précieux à faire des choses qui ne sont pas utiles».

« Cultivez la culture du dur labeur, réfléchissez à ce que vous voulez faire de votre vie et engagez vous à travailler et à prier pour y parvenir ». C’est ainsi que se sont adressés les évêques aux jeunes du Cameroun.

"Devant Dieu et dans notre conscience, chacun de nous (et en particulier le chrétien) doit s'interroger profondément, reconnaître et se détourner de ses péchés, se réconcilier avec Dieu et son prochain », ont dit les évêques et ajouté : « Pour les chrétiens catholiques, ce processus doit se terminer dans le sacrement de la Réconciliation avec la grâce de la conversion profonde. »


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]