Dans un message de Noël, les évêques du Tchad dénoncent la mauvaise gouvernance et veulent des dirigeants altruistes

Les évêques du Tchad lors de la présentation officielle de leur message de Noël à Ndjamena, le 13 décembre 2019.
Credit: Domaine Public

La manière dont la nation tchadienne d'Afrique du Centre-Nord est gouvernée est une source de préoccupation qui a poussé les évêques catholiques à centrer leur message de Noël collectif sur les défis sociopolitiques et économiques de leur pays, plaidant pour un leadership désintéressé et serviable.

« Nous savons tous ce qui ne va pas dans notre pays dans les domaines économique, social et politique. Même si une telle situation convient à ceux qui en profitent, est-il possible de continuer ainsi », ont écrit les évêques dans leur message de Noël du vendredi 13 décembre.

« Les organisations internationales et les fondations placent déjà le Tchad parmi les derniers pays du monde en termes de gouvernance, de sécurité, de droit et de justice, de respect des droits de l'homme, de fourniture de biens et de services et de développement économique durable », ont rappelé les évêques dans leur déclaration collective en 22 points intitulée Le Tchad que nous voulons.

« Construire le Tchad que nous voulons ne peut être réalisé si nous sacrifions nos valeurs sociales, morales et religieuses, et si nous perdons de vue la nature même de la politique, qui est « l'art de construire la ville » dans la paix et la justice, de respecter et de promouvoir les droits humains fondamentaux et de faire respecter le droit commun », ont déclaré les prélats sous l’égide de la Conférence Épiscopale du Tchad (CET).

Ils ont raconté l'impression qu'a le grand public de leur pays en disant : « Dans notre pays, la politique est souvent identifiée par la population à des mensonges et à un enrichissement illicite, alors qu'elle devrait être un moyen fondamental de promouvoir la citoyenneté et les projets humains ».

Ils ont demandé : « Qu'est-il arrivé aux valeurs républicaines et à l'autorité de l'État dans tout le pays ? Ne sont-elles pas sérieusement menacées par la politisation excessive de l'administration, de la justice, de l'éducation, de la santé et du développement ? »

Selon eux, « si la politique n'est pas vécue comme un service à la population, conformément à la loi, mais plutôt comme un moyen de domination et d'enrichissement par ceux qui l'exercent, elle devient un instrument de division et d'oppression ».

Les dirigeants de l'Église ont expliqué : « Le respect de la loi est fondamental pour construire un pays et assurer son avenir. Une situation d'anarchie, d'illégalité, d'abus de pouvoir, de corruption, de frustration et de désespoir, et enfin de violence : conflits intercommunautaires, conflits entre éleveurs et agriculteurs, banditisme, abus de toutes sortes ».

Bien qu'ils aient mis en évidence de nombreux défis, les prélats tchadiens ont reconnu les efforts consentis pour « la création de ministères spécialisés, l'organisation d'assemblées générales dans de nombreux domaines (armées, justice, éducation, santé, agriculture, etc.), entre autres ».

Ils reconnaissent également la place de la religion dans la société tchadienne en disant : « Les religions apportent une contribution essentielle à la vie des individus et de la société, sinon ce serait croire que nous n'avons pas besoin de Dieu. Seule la foi en Dieu peut nous élever au-dessus de la cupidité, de l'esprit de domination et de la loi de la force au lieu de l'amour, et nous rassembler dans une communauté humaine ouverte et respectueuse. »

« Dieu veut la paix, la loi et la justice, le bien-être pour tous. N'est-ce pas ce que la Bible et le Coran nous enseignent lorsque nous allons à l'église, au temple ou à la mosquée ? », demandèrent les évêques.

Dans l'esprit des fêtes de Noël, les évêques ont appelé les Tchadiens à « être porteurs d'espérance ».

« Notre foi chrétienne et le soutien de notre communauté de croyants nous donnent une force qui nous aide à surmonter les difficultés extérieures, ainsi que notre égoïsme », ont souligné les Prélats.

Ils ajoutent : « Jésus, notre Maître et Sauveur, dont nous célébrons la naissance, n'a pas renoncé à sa mission, même si elle l'a conduit à la croix, car après la croix, il y a la résurrection ».

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]