Advertisement

Au Cameroun, l'archidiocèse de Bamenda demande des "prières de réparation sérieuses" après des profanations

La paroisse Christ Roi Fuli Kom dans l'archidiocèse de Bamenda au Cameroun. Crédit : Paroisse Christ Roi Fuli-Kom/Facebook La paroisse Christ Roi Fuli Kom dans l'archidiocèse de Bamenda au Cameroun. Crédit : Paroisse Christ Roi Fuli-Kom/Facebook

Les membres du clergé, les religieux et les laïcs de l'archidiocèse de Bamenda au Cameroun ont été invités à prendre part à des "prières de réparation sérieuses" suite à la profanation de deux églises paroissiales dans l'archidiocèse. 

Le Saint-Sacrement a été volé dans la chapelle d'adoration perpétuelle de la paroisse de Njinikom et le tabernacle a été "complètement arraché du mur de l'église et emporté" à la paroisse du Christ Roi de Fuli Kom, respectivement le 14 mai et le 8 juillet. 

Dans une déclaration du mercredi 14 juillet, le chancelier de l'archidiocèse de Bamenda, le père Derek Che Choli, appelle "tous les chrétiens des paroisses de Njinikom et de Fuli Kom à offrir de sérieuses prières de réparation pour expier de tels blasphèmes et sacrilèges, avec leurs pasteurs fournissant un programme pour cela".

"Nous appelons également tous les chrétiens de l'archidiocèse à se joindre aux prières afin que nous puissions mettre le doigt sur la question et connaître la vérité derrière ces mésaventures", déclare le père Choli dans la déclaration adressée aux membres du clergé de l'archidiocèse camerounais. 

Selon le chancelier de l'archidiocèse, l'appel à la prière est motivé par la nécessité d'agir et de ne pas laisser "les hommes des enfers jouer avec ce qui nous tient tant à cœur."

Advertisement

Le prêtre camerounais poursuit en décrivant la double profanation des églises paroissiales du doyenné de Njinikom de l'archidiocèse comme "des insultes directes à la personne de Notre Saint Rédempteur, à son corps, son sang, son âme et sa divinité".

Dans la déclaration du 14 juillet obtenue par ACI Afrique, le Père Choli exprime son appréciation pour le "sentiment de solidarité et de préoccupation" des membres du clergé qui ont fait "l'effort conscient" de montrer leur solidarité avec leurs frères prêtres servant dans les églises touchées.

"Aucun retour n'a été obtenu" suite aux actes de profanation du 14 mai et du 8 juillet, a-t-il déclaré.

Avec les récents événements, le chancelier de l'archidiocèse de Bamenda déclare qu'il est nécessaire que les prêtres du siège ecclésiastique "soient plus vigilants dans les locaux de nos paroisses, en particulier dans toutes les églises où le Saint-Sacrement est réservé".

"Que la Sainte Vierge Marie, l'Arche d'Alliance et le Premier Tabernacle et Saint Joseph, Gardien du Rédempteur, Patron de notre Archidiocèse et Principal Patron de l'Église Universelle intercèdent pour nous à cet égard", implore le Chancelier de l'Archidiocèse dans sa déclaration du 14 juillet. 

More in Afrique