Un prêtre catholique du diocèse d'Issele-Uku au Nigéria, libéré par des ravisseurs

Légende : P. Samuel Agwameseh, libéré après avoir passé 3 jours en captivité.
Credit: P. Charles Uganwa

Une semaine après que deux prêtres catholiques nigérians du diocèse d'Awka aient été libérés sains et saufs par des ravisseurs, un autre prêtre du diocèse d'Issele-Uku au Nigéria, dans la région du gouvernement local du nord d'Aniocha, dans l'État du Delta, le Père Samuel Agwameseh a également été libéré après trois jours avec ses ravisseurs, a appris ACI Afrique.  

« C'est triste et inquiétant que les prêtres ne sortent plus pour leurs devoirs pastoraux », a déclaré le directeur de la communication du diocèse d'Issele-Uku au Nigéria, le Père Charles Uganwa, dans une interview confirmant la libération du Père Agwameseh qui avait été enlevé samedi 14 décembre.   

Le père Agwameseh, curé de l'église catholique St-Laurent, a été enlevé alors qu'il revenait de la production du bulletin du dimanche pour sa paroisse, a-t-on rapporté.

Selon le Père Uganwa, l'enlèvement, présumé être le « travail manuel du peuple Fulani », a été courant au Nigéria et auparavant « environ quatre prêtres ont été enlevés ces deux dernières années dans le diocèse (Issele-Uku) ».

Interrogé sur l'affirmation selon laquelle une rançon de 20 millions de nairas (54 800 dollars américains) a été réclamée par les ravisseurs pour la libération du religieux, le Père Uganwa a déclaré : « L'argent n'a pas été donné car c'est la politique de l'Église au Nigéria de ne pas payer de rançon sur les prêtres et religieux enlevés ».

« Pendant ce temps, la police les traquait (les ravisseurs) et craignant peut-être d’être retrouvés, il (le Père Agwameseh) a été relâché deux jours plus tard, » dit le Père Uganwa.

 

Expliquant certaines des mesures prises par le diocèse concernant l'enlèvement endémique de prêtres dans le pays, le directeur de la communication a déclaré : « Les prêtres du diocèse tiennent parfois des réunions sur les questions de sécurité et suggèrent des moyens de ne pas en être victimes ».

« Les prêtres ont suggéré de ne pas voyager la nuit, d'éviter les routes solitaires et d'être conscient de la sécurité, » a ajouté le Père Uganwa.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]