La réforme de l'Église passe par une conversion personnelle, dit le pape François à la Curie romaine

Le pape François donne son salut annuel de Noël à la Curie romaine le 21 décembre 2019.
Credit: Daniel Ibanez/Vatican Pool.

Pour mener à bien la réforme continue de l'Eglise, il faut une volonté de changement et un engagement de conversion personnelle, a déclaré samedi le pape François, lors de son salut annuel de Noël aux évêques et aux cardinaux de la Curie romaine.

François a cité St. John Henry Newman, qui a dit, "ici sur terre, vivre c'est changer, et la perfection est le résultat de nombreuses transformations."

" Pour Newman, le changement était une conversion, c'est-à-dire une transformation intérieure ", a dit le pape le 21 décembre. "La vie chrétienne est en fait un voyage, un pèlerinage."

L'histoire du peuple de Dieu, l'histoire de l'Église, poursuit-il, " a toujours été marquée par des départs, des déplacements, des changements. Le chemin, bien sûr, n'est pas purement géographique, mais surtout symbolique : c'est une invitation à découvrir le mouvement du cœur qui, paradoxalement, a besoin de partir pour rester, de changer pour être fidèle".

Le Pape François s'est adressé aux cardinaux et aux responsables des départements de la Curie romaine à l'intérieur de la salle Clémentine du Vatican. Dans son salut annuel de Noël, le pape donne son point de vue sur la mise en œuvre de la réforme de la Curie jusqu'à présent et sa vision pour l'année à venir.

Il a déclaré que la réforme en tant que transformation personnelle " a une valeur particulière à notre époque, car ce que nous vivons n'est pas simplement une ère de changements, mais un changement d'époque ".

Il a expliqué que le changement, pour l'Eglise, est basé sur la fidélité au dépôt de la foi et à la Tradition.

La réforme ne se construit pas sur rien, a-t-il poursuivi, mais s'appuie sur le bon travail qui a déjà été fait dans " l'histoire complexe " de la curie.

François a souligné la mission de l'Eglise d'annoncer l'Evangile.

Citant son exhortation apostolique Evangelii gaudium, il a dit que le but de la réforme actuelle de la curie est que "les coutumes, les styles, les horaires, la langue et toute structure ecclésiale deviennent un canal adéquat pour l'évangélisation dans le monde actuel, plutôt que pour l'auto-préservation. La réforme des structures, qui exige une conversion pastorale, ne peut être comprise que dans ce sens : les rendre toutes plus missionnaires".

C'est pourquoi, a-t-il expliqué, il a été décidé de nommer la prochaine constitution apostolique Praedicate evangelium, qui signifie " Prêcher l'Evangile ".

Praedicate evangelium, qui devrait être publié l'année prochaine, remplacera Pastor bonus, la constitution apostolique actuelle sur la Curie romaine promulguée par le pape Jean-Paul II le 28 juin 1988, et modifiée par la suite par les deux papes Benoît et François.

Dans son discours, le pape François a souligné la nécessité de ce que saint Jean-Paul II appelait une "nouvelle évangélisation, ou ré-évangélisation".

Le monde n'est plus chrétien, a-t-il souligné. "Aujourd'hui, nous ne sommes plus les seuls à produire de la culture, ni les premiers ni les plus écoutés."

"Nous avons donc besoin d'un changement de mentalité pastorale", a-t-il dit, ajoutant que cela ne signifie pas "une action pastorale relativiste".

" Nous ne sommes plus dans un régime de christianisme parce que la foi - surtout en Europe, mais aussi dans une grande partie de l'Occident - ne constitue plus un présupposé évident de la vie commune, elle est même souvent niée, tournée en dérision, marginalisée et ridiculisée ", a-t-il déclaré.

Le pape a mis en garde contre une attitude rigide découlant de la peur du changement.

"Il y a toujours la tentation de se replier sur le passé (même en utilisant de nouvelles formulations), car il est plus rassurant, connu et, certainement, moins conflictuel", a-t-il dit. "Cependant, cela fait aussi partie du processus et du risque d'initier des changements importants".

Il a noté ce qu'a dit le cardinal théologien Carlo Maria Martini dans la dernière interview avant sa mort, "des mots qui doivent nous faire douter".

Martini a dit : "L'Eglise est restée en arrière de deux cents ans. Comment se fait-il qu'elle ne tremble pas ? Avons-nous peur ? La peur au lieu du courage ? Mais la foi est le fondement de l'Église. La foi, la confiance, le courage. [...] Seul l'amour vainc la fatigue."

Réfléchissant sur Noël et le mystère de l'Incarnation, François a exhorté les cardinaux et les évêques à "ne pas oublier que l'Enfant couché dans la crèche a le visage de nos frères et sœurs les plus nécessiteux, des pauvres".

"Noël est la fête de l'amour de Dieu pour nous. L'amour divin qui inspire, dirige et corrige le changement et vainc la peur humaine de quitter le "coffre-fort" pour nous relancer dans le "mystère"", a-t-il dit.

Saint John Henry Newman a dit que Noël, a poursuivi le pape, devrait "nous trouver de plus en plus comme Lui qui, en ce temps, est devenu un enfant pour nous ; que chaque nouveau Noël nous trouve plus simples, plus humbles, plus saints, plus charitables, plus résignés, plus heureux, plus pleins de Dieu".

 


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]