Le Pape nomme un nouvel archevêque au Cameroun et un nouvel évêque au Nigeria

Mgr Andrew Nkea Fuanya
Credit: Domaine public

Le pape François a promu un évêque camerounais connu pour l'importance qu'il accorde à la famille, à la communauté et aux valeurs traditionnelles à la tête d'un archidiocèse dans ce pays d'Afrique centrale.

Dans l'annonce du lundi 30 décembre, le Bureau de presse du Saint-Siège a confirmé que le Saint-Père a nommé Mgr Andrew Nkea Fuanya, du diocèse de Mamfe au Cameroun, comme nouvel archevêque de Bamenda.

Mgr Nkea, 54 ans, qui est évêque du diocèse de Mamfe depuis 2014, a attiré l'attention internationale lors de la réunion du Synode des évêques de 2018 sur les jeunes, la foi et le discernement des vocations, a rapporté l'Agence catholique de presse (CNA).

Contrairement à la situation dans de nombreux pays européens, a noté la CNA, Mgr Nkea a déclaré que l'Église au Cameroun et dans de nombreuses régions d'Afrique est en croissance - y compris parmi les jeunes.

" Mes églises sont toutes en train d'éclater et je n'ai pas de place pour garder les jeunes ", a déclaré Mgr Nkea lors d'une conférence de presse du Vatican en octobre dernier.

Il a ajouté : " Ma plus courte messe serait d'environ deux heures et demie ".

Une étude réalisée en 2018 par Pew Research a révélé que la fréquentation des églises et la fréquence des prières étaient les plus élevées en Afrique subsaharienne et les plus faibles en Europe occidentale.

Quatre chrétiens sur cinq au Cameroun ont déclaré qu'ils priaient tous les jours.

L'archevêque élu a été ordonné prêtre pour le diocèse de Buéa, au Cameroun, en 1992, à l'âge de 26 ans. En 2013, il a été nommé évêque coadjuteur du diocèse de Mamfe et est devenu l'évêque diocésain l'année suivante.

Suite à la crise anglophone qui a touché son pays, le prélat camerounais a dû prendre la douloureuse décision de suspendre l'apostolat sacerdotal dans certaines de ses paroisses, de retirer des prêtres en raison des multiples cas d'enlèvement et de harcèlement.

" J'ai retiré tous les prêtres des paroisses de Kembong, Ossing et Eyumojock et ils seront hors des paroisses jusqu'à nouvel ordre ", a déclaré l'archevêque élu dans une lettre pastorale de novembre vue par ACI Afrique.

"J'ai suspendu tous les projets de développement dans ces paroisses parce que les personnes auxquelles ils sont destinés ont rendu les zones dangereuses pour le développement, et même ceux qui travaillent sur ces projets ne sont pas en sécurité ", a expliqué le prélat,

Sa décision, a noté le prélat, "sera valable pour toute autre paroisse où le peuple décide de harceler ses prêtres."

Le nouveau siège de l'archevêque élu, Bamenda, a été érigé en diocèse en 1970 et élevé au rang d'archidiocèse métropolitain par saint Jean-Paul II en 1982.

L'archidiocèse a, ces dernières années, montré des signes clairs de croissance et d'évangélisation. Alors que sa population est restée stable à 1,4 million de personnes entre 2015 et 2018, le pourcentage de catholiques est passé de 29 % à 42 % durant la même période.

Au cours du Synode sur les jeunes, l'Archevêque élu a attribué la croissance de l'Eglise au Cameroun à l'alignement de l'enseignement de l'Eglise sur les valeurs de la société en général, et à la force de la famille en tant qu'institution culturelle.

Les gens me demandent : "Pourquoi vos églises sont-elles pleines ?" Nkea a dit en 2018, ce à quoi il a répondu : " Venant d'Afrique, la famille est une institution très, très forte ".

"Nous venons d'une culture dans laquelle la tradition se transmet normalement d'une génération à l'autre ", a expliqué M. Nkea.

L'archevêque élu a également parlé de la nécessité pour l'Église d'enseigner sans ambiguïté sur les questions de morale et de sexualité, remarquant qu'au cours du synode de 2018, il n'accepterait aucun usage de la terminologie dite LGBT dans les documents de l'Église parce que " 99,9 % " des jeunes de son diocèse " se tiendraient à ma porte et diraient : 'Qu'est-ce que c'est ?

"Nos valeurs traditionnelles sont toujours équivalentes aux valeurs de l'Eglise, et nous transmettons donc la tradition à nos jeunes sans la diluer ni la contaminer", a-t-il poursuivi, notant qu'un fort sentiment de communauté dans l'Eglise est quelque chose de "très important que l'Europe peut apprendre de l'Afrique".

En Afrique, le nouvel archevêque a dit : " Il y a encore beaucoup de choses que nous faisons en tant que communauté. C'est la différence."

"Ce que nous essayons de faire dans ces petites communautés chrétiennes, c'est de lutter contre l'individualisme qui s'installe ", a dit le prélat camerounais.

Entre-temps, le samedi 28 décembre, le Saint-Père a nommé le Père Augustine Ndubueze Echema du clergé d'Owerri comme évêque du diocèse d'Aba au Nigeria.

Nommé le jour de son anniversaire, l'évêque élu, âgé de 61 ans, a été professeur de liturgie à l'Institut catholique d'Afrique de l'Ouest (CIWA) à Port Harcourt.

Il a été ordonné prêtre en août 1986 et détient un doctorat en théologie obtenu à la "Philosophisch-Theologische Hochschule Sankt Georgen" de Francfort-sur-le-Main, en Allemagne.

Il a également été formateur, aumônier et curé de paroisse.

Depuis 1996, il est président de la Commission liturgique de l'archidiocèse d'Owerri.

 


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]