Advertisement

Aujourd'hui, 30 septembre, nous célébrons saint Jérôme

L'Église célèbre aujourd'hui, 30 septembre, la mémoire de saint Jérôme, prêtre, moine et docteur de l'Église, connu pour son extraordinaire profondeur d'érudition et ses traductions de la Bible en latin dans la Vulgate.

Outre ses contributions en tant que Père de l'Église et son parrainage de l'érudition catholique ultérieure, Jérôme est également considéré comme un protecteur des personnes à la personnalité difficile, en raison de l'approche parfois extrême qu'il adoptait pour exprimer ses opinions érudites et l'enseignement de l'Église. Il est également remarquable pour sa dévotion à la vie ascétique et pour son insistance sur l'importance de l'étude de l'hébreu pour les chrétiens.

Né vers 340 sous le nom d'Eusebius Hieronymous Sophronius dans l'actuelle Croatie, Jérôme reçut l'instruction chrétienne de son père, qui l'envoya à Rome pour y apprendre la rhétorique et la littérature classique. Sa jeunesse a donc été dominée par une lutte entre les occupations mondaines - qui l'ont exposé à de nombreux types de tentations - et l'inclination à une vie de foi, un sentiment évoqué par des voyages réguliers dans les catacombes romaines avec ses amis de la ville.

Baptisé en 360 par le pape Libère, Jérôme voyagea beaucoup dans les centres monastiques et intellectuels du nouvel empire chrétien. De retour dans sa ville natale, après la fin d'une crise locale provoquée par l'hérésie arienne, il étudia la théologie dans les célèbres écoles de Trèves et travailla en étroite collaboration avec deux autres futurs saints, Chromatius et Heliodorus, qui étaient d'excellents professeurs de théologie orthodoxe.

Cherchant une vie plus proche de la première génération de "pères du désert", Jérôme quitta l'Adriatique et voyagea vers l'est jusqu'en Syrie, visitant plusieurs villes grecques d'importance civile et ecclésiastique sur le chemin de sa véritable destination : "un désert sauvage et pierreux... auquel, par peur ou par enfer, je m'étais volontairement condamné, sans autre compagnie que des scorpions et des bêtes sauvages".

Advertisement

Les lettres de Jérôme relatent de manière vivante les tentations et les épreuves qu'il a endurées pendant plusieurs années d'ermitage dans le désert. Néanmoins, après son ordination par l'évêque d'Antioche, suivie de périodes d'étude à Constantinople et de service à Rome auprès du pape Damas Ier, Jérôme opta définitivement pour une vie solitaire et ascétique dans la ville de Bethléem à partir du milieu des années 380.

Jérôme est resté engagé à la fois comme arbitre et contestataire des controverses dans l'Église, et a servi de père spirituel à un groupe de moniales qui étaient devenues ses disciples à Rome. Des moines et des pèlerins issus d'un large éventail de nations et de cultures se rendaient également à son monastère, où il faisait remarquer qu'"il y a autant de chœurs différents qui chantent les psaumes qu'il y a de nations".

Rejetant la littérature païenne comme une distraction, Jérôme entreprit d'apprendre l'hébreu auprès d'un moine chrétien converti du judaïsme. De manière assez inhabituelle pour un prêtre chrétien du IVe siècle, il a également étudié avec des rabbins juifs, s'efforçant de maintenir le lien entre la langue et la culture hébraïques et le monde émergent du christianisme de langue grecque et latine. Il est devenu le secrétaire du pape Damas, qui lui a commandé la Vulgate. Préparé par ces entreprises, Jérôme passa 15 ans à traduire la majeure partie de la Bible hébraïque dans sa version latine qui fait autorité. Son tempérament dur et ses critiques acerbes à l'égard de ses adversaires intellectuels lui valurent de nombreux ennemis dans l'Église et à Rome et il fut contraint de quitter la ville.

Jérôme se rendit à Bethléem, fonda un monastère et vécut le reste de ses années dans l'étude, la prière et l'ascèse.

Saint Jérôme a dit un jour : "J'interprète comme je dois le faire, en suivant le commandement du Christ : "Cherchez dans les Écritures" et "Cherchez et vous trouverez". Car si, comme le dit Paul, le Christ est la puissance de Dieu et la sagesse de Dieu, et si l'homme qui ne connaît pas les Écritures ne connaît pas la puissance et la sagesse de Dieu, alors l'ignorance des Écritures est l'ignorance du Christ. "

More in Afrique

Après avoir vécu à la fois les invasions barbares de l'empire romain et une recrudescence d'émeutes suscitées par des conflits doctrinaux dans l'Église, Jérôme meurt dans son monastère de Bethléem en 420.