Advertisement

Zambie: Les évêques catholiques demandent au décideurs politiques d’adopter des politiques correctes sur l’environnement

Les évêques catholiques de Zambie ont déclaré que les gouvernements et les décideurs politiques du monde entier devraient adopter des politiques qui sont non seulement légales, mais aussi correctes sur le plan environnemental. 

Dans une déclaration publiée à la fin du mois de la Saison de la Création, lundi 4 octobre, les membres de la Conférence des évêques catholiques de Zambie (ZCCB) affirment que les gouvernements auront l'occasion d'adopter des politiques écologiquement correctes lors de la prochaine Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP26) et de la Convention des Nations Unies sur la biodiversité (COP15).

"Nous appelons les gouvernements du monde entier à faire des choses qui ne sont pas seulement légalement correctes, mais aussi écologiquement correctes ", déclarent les évêques catholiques dans la déclaration signée par le secrétaire général de la ZCCB, le père Francis Mukosa. 

Selon eux, parmi les mesures écologiquement correctes, il faut donner la priorité aux programmes qui traitent des impacts ressentis par l'ensemble de l'humanité, en particulier les personnes vulnérables et marginalisées dont le cri sur la terre ne peut être ignoré.  

Les membres de la ZCCB appellent également les décideurs politiques à formuler des politiques qui ne détruisent pas la terre au nom du développement. 

Advertisement

"Il faut rappeler aux décideurs politiques que l'environnement ne doit pas être détruit pour le développement et la survie, mais que la biodiversité doit être préservée en raison de sa faune et de ses attributs naturels, ce qui attirerait les gens sur place et protégerait notre maison commune", déclarent les responsables de l'Église catholique en Zambie.

Les chefs de gouvernement en Zambie "ont la responsabilité de montrer la volonté politique de prendre des mesures drastiques pour atteindre aussi rapidement que possible des émissions nettes nulles de gaz à effet de serre" lors de la COP 26 du 1er au 12 novembre, affirment les membres de la ZCCB dans leur déclaration intitulée "Une maison pour tous ! Renouveler l'Oikos de Dieu".

Les gouvernements ont également le devoir de "limiter l'augmentation moyenne de la température mondiale à 1,5 degré Celsius par rapport aux niveaux préindustriels, conformément aux objectifs de l'Accord de Paris", indiquent les évêques catholiques de Zambie. 

Ils ajoutent que la COP15 du 11 au 15 octobre "offrira également à la communauté mondiale de nouvelles occasions de galvaniser les efforts à tous les niveaux pour construire un avenir meilleur en harmonie avec la nature." 

"Saisissons ces opportunités pour répondre au cri des pauvres et à celui de la terre !" disent-ils en référence à la COP 15 et à la COP 26. 

More in Afrique

Dans la déclaration du 4 octobre, les évêques catholiques de Zambie appellent également les chrétiens à "se sentir mis au défi d'assumer, dans la prière et l'engagement, notre responsabilité pour le soin de la création."

"Mes frères chrétiens, le temps est compté pour se repentir et réparer les immenses dégâts causés par la compromission de l'Évangile et par l'absence de dénonciation du 'péché écologique'", disentils. 

Les membres de la ZCCB ajoutent qu'"il est essentiel" que les chrétiens continuent à trouver des moyens de "considérer le renforcement et la protection de la biodiversité, non seulement comme une valeur que nous possédons, mais aussi comme une responsabilité vitale pour notre mode de vie."

"Nous demandons un bouton de redémarrage pour aller vers l'avenir", disent les évêques catholiques, ajoutant que les chrétiens "peuvent agir comme un fil mince mais unique et indispensable pour tisser un réseau de vie qui englobe tout le monde."

Ils expriment également l'espoir que les réflexions et les prières observées pendant la Saison annuelle de la Création porteront leurs fruits. 

Advertisement

"Alors que nous terminons la saison de la création, célébrons avec joie et avec l'espoir que nos réflexions porteront bientôt des fruits. Un signe de ce fruit sera lorsque nous inclurons dans notre examen de conscience notre obligation de prendre soin de notre maison commune", déclarent les membres de la ZCCB dans la déclaration du 4 octobre. 

Ils concluent en se référant au Livre de la Sagesse : "Que Dieu, 'l'amant de la vie', nous donne le courage de faire le bien sans attendre que quelqu'un d'autre commence, ou qu'il soit trop tard."