Advertisement

Un législateur qui aspirait à la paix au Nigeria est mort malheureux : Selon un évêque catholique

Au cours des années où l'évêque catholique du diocèse de Sokoto l'a connu, Alhaji Ahmed Joda, secrétaire permanent de l'État fédéral du Nigeria, a notamment souhaité que le Nigeria soit un pays pacifique où les personnes de diverses religions vivent en harmonie, en particulier dans le nord du pays.

Mais Mgr Hassan Kukah s'est souvenu d'un "patriote presque parfait" qui est allé dans sa tombe en homme triste, laissant derrière lui un pays qui avait été pris par des bandits, avec les chrétiens en bout de course.

Dans un hommage sincère partagé lundi 4 octobre, Mgr Kukah s'est souvenu de personnes qui, selon lui, sont mortes sans avoir réalisé leurs rêves d'un meilleur Nigeria. Il décrit Joda, décédé le 13 août, comme le dernier sur la liste des dirigeants influents qui ont voulu le bien du pays d'Afrique de l'Ouest.

La mort de Joda intervient dans un contexte d'insurrection accrue de la part des bergers armés Fulani et des militants de Boko Haram au Nigeria. L'évêque catholique décrit l'avenir de la nation ouest-africaine comme sombre.

"La mort d'Ahmed Joda marque la chute des dernières feuilles de l'automne septentrional", déclare Mgr Kukah, et explique : "D'ordinaire, au printemps, les premières gouttes des pluies et de l'humidité insufflent la vie au feuillage et, à son tour, un long processus commence à faire en sorte que des feuilles fraîches reviennent sur les arbres. Cependant, les bandits et les kidnappeurs ayant pris le contrôle de la région, le nord du Nigeria est confronté à une perspective d'auto-immolation qu'il est presque impossible d'envisager."

Advertisement

"Alhaji Joda était un patriote presque parfait", dit l'évêque nigérian en parlant du législateur décédé qui a pris sa retraite en tant que secrétaire permanent des ministères fédéraux du Nigeria : Il a pris sa retraite en 1978 en tant que secrétaire permanent des ministères fédéraux de l'information, de l'éducation et de l'industrie, avant de se lancer dans le secteur privé.

"Il aimait le pays et s'est sacrifié pour lui, mais il était triste de voir sa frustration face à la tournure des événements", déclare encore l'évêque Kukah, et ajoute : "Pour un homme qui a fait tant de sacrifices à la fois pour la région et pour la nation, il a dû aller dans sa tombe en étant très malheureux de l'état du pays."

Selon l'évêque catholique, la famille de Joda "devrait être fière d'avoir eu un patriarche au caractère et à la grâce si irréprochables."

L'hommage de Mgr Kukah est un récit bien ficelé de l'un des "fils les plus illustres, magistraux, généreux, gracieux et patriotiques du Nigeria".

"Rencontrer et apprendre à connaître Ahmed Joda a été une grande bénédiction et un grand honneur pour moi, mais aussi quelque chose que j'ai considéré comme un trophée pour l'étagère", dit Mgr Kukah à propos du leader nigérian qui, selon lui, possédait "un esprit complexe, labyrinthique et affectueux."

More in Afrique

Les deux hommes se sont rencontrés pour la première fois en 1994, lors d'une conférence où Joda a frappé le prêtre catholique de l'époque comme un homme facile à aborder, malgré son statut élevé au sein du gouvernement nigérian.

Décrivant leur première rencontre, Mgr Kukah déclare : "J'ai été enhardi par son physique et j'en suis venu à la conclusion qu'il était au moins de niveau supérieur, nous nous mettrions facilement au niveau supérieur. Alors que je m'avançais vers lui, j'ai été choqué lorsqu'il a souri et tendu la main vers moi. Père Kukah, c'est bon de vous voir, a-t-il dit, alors que je luttais pour retrouver mon calme."

Les deux hommes se sont rencontrés à plusieurs reprises depuis lors, la plupart du temps à l'occasion d'aventures après que le législateur ait invité le père Kukah à sa résidence.

La plupart du temps, Joda prenait le Père Kukah à la résidence du prêtre et l'emmenait dans des lieux de détente et pour de longues promenades. L'évêque de Sokoto raconte que le défunt parlementaire n'a jamais cessé de prendre le siège du conducteur lorsque les deux sortaient, même dans sa vieillesse.

En dehors de la vie sociale, les deux hommes ont assisté à des conférences similaires et à de nombreuses autres conférences, Joda agissant dans les coulisses pour faire briller l'étoile de l'évêque catholique.

Advertisement

"En 2012, j'ai été invité par l'Université américaine de Yola à prononcer son discours de convocation et à recevoir un doctorat honorifique cette année-là. J'étais assez content mais je ne savais pas que c'était le prélude à d'autres choses. J'ai ensuite été invité à rejoindre le conseil d'administration de l'université, présidé par Alhaji Joda. Deux ans à peine après le début de mon mandat, il s'est retiré du conseil. Il n'a pas dit grand-chose sur les raisons de son départ. Je soupçonnais qu'il était peut-être responsable de mon appartenance au conseil", raconte Mgr Kukah.

À un moment donné, le législateur nigérian a essayé de convaincre l'évêque de rejoindre le groupe controversé Miyetti Allah, un groupe de Peuls qui a été accusé d'alimenter les attaques contre les agriculteurs chrétiens dans certaines régions du Nigeria.

Joda espérait que son adhésion au groupe en tant que membre du conseil d'administration créerait une certaine forme de diversité.

Se souvenant de la demande du défunt homme politique, Mgr Kukah déclare dans l'hommage : " Il m'a gentiment dit... Je voudrais que vous rejoigniez le conseil national de notre association, Miyetti Allah. C'est un organisme mal compris et en réalité, il est ouvert à des personnes qui ne sont même pas peuls mais qui ont du bétail."

"Ma mâchoire s'est décrochée. Moi ? Comment est-ce possible ? Je lui ai répondu que je ne parlais pas le fulfulde et que je n'avais jamais possédé de vache. Votre ami le président Obasanjo a des vaches et il pourrait jouer ce genre de rôle, ai-je dit en protestant", l'évêque se souvient de son étonnement lorsqu'on lui a demandé de rejoindre Miyetti Allah, une organisation qui serait actuellement sous le patronage du président du Nigeria, Muhammadu Buhari.

"Eh bien, il a répondu : Je vous ai informé et je vais vous procurer les formulaires à remplir. C'est un groupe inoffensif, mais nous devons le diversifier, a-t-il répété", se souvient encore le prélat nigérian.

Joda aurait insisté pour remettre des formulaires d'adhésion à Mgr Kukah, une offre que l'évêque a refusée. Malheureusement, se souvient l'évêque catholique, "je n'ai pas apprécié cette proposition et, d'une manière ou d'une autre, l'affaire a fini par s'éteindre."

L'évêque s'est souvenu d'un autre incident au cours duquel le défunt législateur lui a fait don d'une maison de trois chambres à coucher lorsqu'il a exprimé son désir de créer un groupe de réflexion. Mgr Kukah se souvient que Joda était sincèrement ravi et s'est dit prêt à le soutenir. 

"Il m'a demandé l'emplacement et je lui ai répondu que je n'avais toujours pas trouvé de bureau. Il m'a immédiatement dit : "J'ai une maison sur Maiduguri Road, près de Constitution Road, et vous pouvez l'avoir. Je ne l'utilise pas mais vous pouvez l'utiliser aussi longtemps que vous le souhaitez", se souvient-il de l'offre de Joda.

L'évêque déclare à propos de la maison : "C'était le genre d'endroit que nous recherchions, un appartement de trois chambres à coucher avec une cour ouverte."

Après son ordination comme évêque de Sokoto, M. Joda aurait rendu visite à l'évêque pour le féliciter.

"Pendant tout ce temps, je ne savais vraiment pas comment m'adresser à Alhaji Joda. Au fil des ans, je l'ai toujours appelé Baba mai ran karfe", raconte Mgr Kukah.

Il ajoute : "Lorsque j'ai été nommé évêque de Sokoto, il m'a appelé pour me féliciter. Je l'ai informé de l'ordination plus par courtoisie que dans l'espoir qu'il se présente. Il n'est pas venu et j'ai plus ou moins laissé les choses en l'état. Cependant, à peine trois jours après mon ordination, je venais de prendre mon petit-déjeuner quand on m'a dit qu'Alhaji Joda était dans nos locaux".

L'évêque de 69 ans raconte que l'enthousiasme de Joda à lutter pour la paix au Nigeria a commencé à s'émousser peu de temps après que le président Buhari, qui était monté à la tête du pays en 2015, ait entamé son second mandat.

Après l'élection de 2015, Joda, qui avait été nommé président du comité de transition du Nigeria, a invité l'évêque à s'adresser aux membres du comité.

Se souvenant de l'invitation, Mgr Kukah déclare : "Lorsque j'ai demandé sur quoi je devais m'exprimer, il m'a dit en plaisantant que vous n'étiez pas étranger aux problèmes qui affligent notre cher pays, alors faites-nous cet honneur. Parlez simplement de tout ce sur quoi vous pensez que le nouveau gouvernement devrait se concentrer."

"J'ai pris note de ses frustrations alors que les roues de l'enthousiasme commençaient à vaciller dès la deuxième année de l'administration. Une ou deux fois, lorsque j'ai essayé de lui demander ce qu'il pensait du gouvernement, il s'est contenté de secouer la tête en signe de douleur. Je ne lui ai plus jamais posé la question", a déclaré Mgr Kukah dans son hommage à l'ancien chef du gouvernement, décédé à l'âge de 91 ans.

L'évêque affirme que l'ancien fonctionnaire du gouvernement a fait de son mieux pour faire du Nigeria un pays meilleur.

"Alhaji Joda a plus que payé son dû", dit-il, et il ajoute : "J'ai été béni qu'il me considère comme digne de sa compagnie. Pendant ce temps, nous regardons le feuillage dans le nord du Nigeria avec inquiétude et nous nous demandons si les arbres porteront à nouveau des feuilles vertes. Qui les arrosera maintenant que le dernier des jardiniers est parti ?"

Dans son hommage à l'homme qu'il décrit comme désintéressé, l'évêque déclare : "Vrai ou faux, avec le départ d'Ahmed Joda, le nord est au mieux un immense cimetière. Ses enfants sont désormais en grande partie orphelins, avec plus de dix millions d'enfants des rues almajiri, les plus hauts niveaux de pauvreté, les plus hauts niveaux de retard de croissance, d'émaciation et d'enfants malades et, aujourd'hui, un terrain de jeu pour les bandits, les kidnappeurs, les voleurs et la mort."