Advertisement

Chercher à comprendre les facteurs qui expliquent la faible adoption du vaccin COVID-19 en Afrique : Agence catholique

Dans les établissements de santé en RD Congo, Malteser International a soutenu les structures locales pour vacciner 10 000 doses contre le coronavirus aux personnes qui en ont le plus besoin. Crédit : Nyokabi Kahura/Malteser International Dans les établissements de santé en RD Congo, Malteser International a soutenu les structures locales pour vacciner 10 000 doses contre le coronavirus aux personnes qui en ont le plus besoin. Crédit : Nyokabi Kahura/Malteser International

Il est nécessaire de comprendre les facteurs et les circonstances qui expliquent la faible utilisation du vaccin COVID-19 en Afrique, a déclaré la direction de l'Ordre souverain catholique laïc de Malte, Malteser International (MI), basé à Rome. 

Dans un rapport publié le mercredi 27 octobre, le chef du département Afrique de l'OMS, Roland Hansen, déclare qu'en Afrique, "le manque de confiance des gens dans le vaccin", l'absence de vaccins et la mauvaise logistique sont parmi les facteurs qui expliquent la faible absorption signalée. 

Selon M. Hansen, pour répondre à ces préoccupations, il faut écouter la population.

"Nous devons parler aux gens. Nous devons comprendre les raisons qui les empêchent de se faire vacciner, les rumeurs qui circulent et les écarter. Nous ne pouvons y parvenir que si nous les écoutons également", déclare le responsable du MI. 

Il ajoute : "Nous l'avons vu lors de la dernière épidémie d'Ebola en RD Congo, et c'est tout aussi important dans la lutte contre Corona que pour toutes les épidémies à venir."

Advertisement

Hansen affirme qu'il est important de répondre aux préoccupations soulevées par le peuple de Dieu sur le deuxième plus grand continent du monde, car "si nous n'améliorons pas le quota de vaccination dans le monde entier aussi rapidement que possible, de nouvelles mutations se formeront et finiront par réduire l'efficacité des vaccins précédents. Nous devrons alors, en Europe, tout recommencer et la fin de la pandémie sera bien loin."

Le responsable du MI note en outre que si les dirigeants mondiaux se sont concentrés sur la distribution équitable des vaccins lors du Sommet mondial de la santé qui s'est tenu à Berlin du 24 au 26 octobre, il reste encore beaucoup à faire pour atteindre le quota de vaccination mondial.

"Au Sommet mondial de la santé, on a beaucoup parlé ces derniers jours d'une distribution équitable des vaccins. C'est bien sûr la condition de base pour combattre la pandémie. Mais cela ne peut pas être tout. Nous devons améliorer les infrastructures dans les pays et gagner la confiance des gens dans les vaccins", déclare le chef du département Afrique de MI.

Selon les rapports, seuls 15 des 54 pays africains ont atteint l'objectif mondial de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) consistant à vacciner complètement 10 % de leur population d'ici le 30 septembre.

Selon le coordinateur du programme de vaccination et de développement des vaccins pour le Bureau régional de l'OMS pour l'Afrique, le Dr Richard Mihigo, "les plans de livraison opaques sont toujours la principale nuisance qui freine l'Afrique."

More in Afrique

Le Dr Mihigo a également souligné que l'hésitation à se faire vacciner était un sujet de préoccupation "ici et là".

Le responsable de l'OMS a déclaré que l'organisation s'efforce d'identifier les goulets d'étranglement dans les pays où les capacités techniques limitées pour administrer les vaccins ont entravé les campagnes d'inoculation.

En juin, les évêques catholiques d'Afriquedu Sud ont déclaré que certaines des préoccupations concernant les vaccins COVID-19 étaient la durée de leur production, l'association de la piqûre avec la marque de la bête, et le fait que les inoculations ont divers effets secondaires. 

Les membres de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC) ont posé la question suivante dans leur déclaration du 4 juin : "Il a fallu moins d'un an pour produire le COVID-19, et la question est de savoir s'il est vraiment authentique et efficace". 

Les membres de la SACBC ont déclaré que les Sud-Africains ne devaient pas s'inquiéter de la durée de la production, car différents scientifiques "de confiance" du pays ont assuré à la population que la recherche sur le COVID-19 avait été menée plus rapidement avec un grand nombre de personnes afin de garantir que les mesures de sécurité et d'efficacité n'étaient pas compromises.

Advertisement

Les évêques catholiques de la conférence trinationale ont également noté que l'association des coups de poing avec "la 'marque de la bête' est basée sur une interprétation erronée et fondamentaliste du livre de l'Apocalypse et ignore le contexte historique et biblique."

"Cette théorie est sans fondement. En fait, les vaccins ne sont pas nouveaux. Les vaccins sont une réalité pour nous tous depuis la naissance, y compris les vaccins contre la polio, la rougeole et bien d'autres", ont déclaré les évêques catholiques du Botswana, de l'Eswatini et de l'Afrique du Sud dans la déclaration du 4 juin. 

Ils ont également déclaré que les inquiétudes concernant les effets secondaires des vaccins étaient courantes pour tous les médicaments et qu'elles finiraient par disparaître, et ont exhorté le peuple de Dieu à se faire vacciner.