Advertisement

Une organisation caritative catholique soulève des questions sur l'implication de la France dans la crise mozambicaine

Un navire qui a été utilisé par TotalEnergies, une entreprise française, pour évacuer ses employés lors d'une attaque en mars à Palma, au nord du Mozambique. Crédit : Institut pour la paix Denis Hurley Un navire qui a été utilisé par TotalEnergies, une entreprise française, pour évacuer ses employés lors d'une attaque en mars à Palma, au nord du Mozambique. Crédit : Institut pour la paix Denis Hurley

La France utilise-t-elle l'"aide au développement" pour financer l'intervention des troupes rwandaises au Mozambique ? Cette question figure en tête de liste des questions que la fondation catholique de paix et de bienfaisance, Denis Hurley Peace Institute (DHPI), explore pour tenter de donner un visage aux acteurs clés de la crise mozambicaine.

L'entité de paix qui étudie l'insurrection de cinq ans dans la province de Cabo Delgado au Mozambique trouve déroutant que la France ait augmenté son aide financière au Rwanda, l'un des principaux pays fournisseurs de troupes dans la province la plus septentrionale de ce pays d'Afrique australe.

Le directeur du DHPH, Johan Viljoen, trouve encore plus déroutant que le Rwanda investisse des "millions de dollars" dans l'intervention militaire à Cabo Delgado "sans perspective de coût-bénéfice".

  1. Viljoen affirme que depuis que le Rwanda a déployé des forces à Cabo Delgado en juillet de cette année, on n'a jamais su clairement qui finance les opérations militaires du pays dans la province mozambicaine en conflit.

Le mardi 23 novembre, ACI Afrique a demandé à M. Viljoen pourquoi le manque de clarté dans la source de financement de l'intervention des troupes rwandaises à Cabo Delgado devrait être un sujet de préoccupation.

Advertisement

"C'est un sujet de préoccupation car cela indique qu'une grande puissance, en l'occurrence la France, finance indirectement le déploiement de troupes rwandaises à Cabo Delgado", a déclaré M. Viljoen, avant d'ajouter : "Cela soulève la question suivante : à quoi profitent-elles ?"

"On a beaucoup parlé de la "nouvelle ruée vers l'Afrique". Il semblerait que la France utilise le Rwanda comme une armée mandataire pour étendre son influence dans des endroits où elle n'en a jamais eu, et pour atteindre ses objectifs néocolonialistes", a déclaré le directeur du DHPI à ACI Afrique le 23 novembre.

  1. Viljoen a fait référence à un rapport publié par le Centre pour la démocratie et le développement (CDD) le 21 novembre 2021, qui indique qu'en mai dernier, le président français, Emmanuel Macron, lors d'une visite à Kigali, a déclaré que la France avait décidé de porter son aide au développement au Rwanda à un "niveau sans précédent", en donnant 370 millions d'euros pour financer divers projets de développement au Rwanda.

Le montant, aurait déclaré le président Macron, sera géré par l'Agence française de développement.

En outre, le budget du Rwanda pour 2021/22 est fixé à 3,7 milliards de dollars, soit une augmentation de 330 millions de dollars par rapport à l'exercice 2020/21, a indiqué M. Viljoen, qui a ajouté que l'Agence française de développement fait partie des trois principales sources de financement externe du budget du Rwanda.  

More in Afrique

Le responsable du DHPI a également partagé un rapport indiquant qu'en 2022, l'Organisation des Nations unies (ONU) devrait verser au Rwanda 171 millions de dollars US en remboursement des coûts des opérations de maintien de la paix dans divers pays.

"L'intervention des troupes rwandaises à Cabo Delgado n'étant pas sous les auspices des Nations unies, la question est de savoir qui finance les opérations du Rwanda au Mozambique. Les Nations unies ont exclu la possibilité de financer une intervention militaire au Mozambique", a déclaré M. Viljoen.

Et d'ajouter : "Hanna Tetteh, représentant spécial du secrétaire général des Nations unies António Guterres auprès de l'UA (Union africaine), a déclaré qu'"il est important de reconnaître qu'à certains endroits, la situation n'est pas encore assez mûre pour des opérations de paix" et qu'"une réponse purement militaire n'est peut-être pas la plus efficace"."

L'entité de paix de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC) a maintenu que le Rwanda est l'un des principaux pays fournisseurs de troupes aux missions de maintien de la paix de l'ONU.

Le responsable de la DHPI a déclaré qu'avant le déploiement de 1 000 soldats au Mozambique, environ 6 550 soldats rwandais servaient au sein des Nations unies, principalement dans des points chauds tels que le Sud-Soudan, la région soudanaise du Darfour et la République centrafricaine (RCA).

Advertisement

La police nationale rwandaise a participé à des missions de rétablissement de la paix et de la sécurité en Côte d'Ivoire, au Mali, au Liberia, au Sud-Soudan et en Haïti, et a été affectée au siège de l'ONU à New York, a raconté M. Viljoen. 

Il a également affirmé que la source de financement de l'intervention des troupes rwandaises à Cabo Delgado n'est pas encore connue.

Le directeur du DHPI a rappelé que lors des célébrations de la Journée des forces armées le 25 septembre à Pemba, le président rwandais Paul Kagame et Filipe Nyusi du Mozambique "ont réitéré que la présence des troupes rwandaises s'inscrit dans le cadre des bonnes relations bilatérales entre les deux États."

Les deux présidents, a raconté M. Viljoen, ont affirmé que l'intervention militaire était financée par le gouvernement rwandais et "n'entraîne pas de coûts futurs pour le Mozambique".

"La vérité est que le Rwanda n'investit pas des millions de dollars dans l'intervention militaire à Cabo Delgado sans une perspective de coût-bénéfice, même si c'est à moyen ou long terme", a déclaré M. Viljoen.

Il a rappelé qu'en octobre, le président Kagame a déclaré que le nombre de troupes rwandaises combattant à Cabo Delgado était passé à deux mille hommes, soit pratiquement le double du premier contingent annoncé en juillet.

"Maintenant, la question qui se pose est de savoir comment un pays à faible revenu pourrait financer une opération militaire de grande envergure avec ses propres fonds", a noté M. Viljoen, et a posé la question suivante : "Le Rwanda ne recevrait-il pas un financement indirect pour soutenir les coûts de son intervention à Cabo Delgado ?"

Il a fait allusion à la possibilité que le Rwanda reçoive un soutien financier d'une société française de premier plan qui a des intérêts miniers à Cabo Delgado.

"Une hypothèse largement avancée est que le Rwanda recevrait un soutien de la compagnie pétrolière française TotalEnergies ou même du gouvernement français pour financer les opérations de ses troupes à Cabo Delgado", a déclaré M. Viljoen.

Il a ajouté : "TotalEnergies a déjà déclaré qu'il ne fournissait pas de soutien aux forces étrangères, mais a admis que le projet Mozambique LNG, dont il est l'opérateur, fournit un soutien logistique aux FDS responsables de la sécurité à Afungi, la zone de mise en œuvre du projet."

"La France pourrait financer indirectement l'intervention du Rwanda à Cabo Delgado, à travers des décaissements effectués par l'Agence française de développement censés être destinés à divers projets de développement", a affirmé le responsable de la DHPI, ajoutant que le président français avait souligné le "réengagement de l'Agence française de développement", initié à sa demande en 2019, comme "un autre signe tangible" de la relance de la relation bilatérale entre la France et le Rwanda.

Officiellement, le Rwanda a appliqué une partie des 130 millions d'euros financés par la France pour lutter contre la pandémie de COVID-19 et pour combattre les vulnérabilités, le réchauffement climatique et les inégalités entre les sexes.

Le 30 juin dernier, Uzziel Ndagijimana, ministre des Finances et de la Planification économique de la République du Rwanda, Rémy Rioux, directeur général de l'Agence française de développement (AFD), et Jérémie Blin, chargé d'affaires de la République française au Rwanda, auraient signé une série de conventions de financement, pour un montant global de 49,5 millions d'euros.

L'objectif de ce financement est de "soutenir la réponse du gouvernement rwandais à la pandémie de COVID-19 et d'aider à structurer le système de formation professionnelle du pays".

Lors de la visite du président Macron au Rwanda le 27 mai, il aurait annoncé que la France avait décidé de porter son aide au développement au Rwanda à des niveaux sans précédent.

"500 millions d'euros seront engagés sur la période 2019-2023 autour des grandes priorités de notre dialogue avec le Rwanda, notamment la santé, le numérique, la francophonie", a indiqué le président français dans un rapport.

La direction du DHPI met en avant une série d'autres accords financiers entre la France et le Rwanda, en déclarant : "À la lumière de ces accords du 27 mai 2021, les entreprises technologiques rwandaises pourront désormais entrer en contact avec des investisseurs et des entreprises françaises et européennes par le biais de la plateforme EuroQuity, un service de la banque d'investissement française qui vise à soutenir les entreprises innovantes dans leur recherche de financements et de partenariats commerciaux."

  1. Viljoen a déclaré que le gouvernement de Paris n'avait "ni confirmé ni démenti" les allégations de soutien financier au Rwanda, se contentant d'indiquer qu'il suivait avec beaucoup d'inquiétude la situation à Cabo Delgado et qu'il était aux côtés du Mozambique dans la lutte contre l'extrémisme violent.  

L'entité de paix du SACBC a soutenu que l'augmentation de l'activité militaire à Cabo Delgado a conduit à une "escalade dramatique de la crise dans le pays".

Le mois dernier, l'entité catholique pour la paix s'est jointe au Réseau panafricain des défenseurs des droits de l'homme (AfricanDefenders), au Centro Para Democracia e Desenvolvimento (CDD) et à d'autres organisations de premier plan de la société civile pour contester le récit jihadiste qui est promu dans la crise mozambicaine.

Les habitants qui ont parlé aux OSC dans un rapport ont raconté que le gouvernement mozambicain utilise des moyens violents pour chasser les gens de leurs terres, qui seront ensuite données aux investisseurs du secteur minier.

Les OSC ont noté avec inquiétude que malgré les interventions militaires, le nombre de personnes déplacées à Cabo Delgado continue d'augmenter.