Advertisement

Les jésuites dotent les agents pénitentiaires kenyans de "compétences de vie" pour aider les jeunes délinquants

Plus de 20 agents pénitentiaires qui supervisent la garde de centaines de jeunes dans les établissements correctionnels pour mineurs au Kenya ont suivi avec succès une formation destinée à les aider à inculquer aux jeunes délinquants d'importantes compétences pratiques.

Dans un rapport partagé avec ACI Afrique le lundi 6 décembre, le Père Matambura Ismael, membre de la Conférence des Jésuites d'Afrique et de Madagascar (JCAM) et Directeur du Réseau Jésuite Africain contre le SIDA (AJAN) a déclaré que l'objectif de cette formation de trois jours était de doter les agents pénitentiaires de compétences pour guider les jeunes à mener une vie moralement droite et réussie une fois qu'ils ont quitté la prison.

"Alors que le travail des agents pénitentiaires consiste principalement à s'assurer que les jeunes restent en sécurité en détention, AJAN avait l'intention d'atteindre les agents pour leur donner des compétences de vie qui les prépareront davantage à leur rôle, en particulier pour leur inculquer l'intention réfléchie d'avoir un véritable impact positif sur la vie des jeunes ", explique le père Matambura à propos de l'initiative qui a eu lieu le mois dernier. 

Les deux institutions qui ont participé au programme AJAN de prévention du VIH et du sida pour les jeunes (Génération AHAPPY) sont l'institution Kamae Girls Borstal, qui s'occupe des jeunes délinquantes, et le Youth Corrective and Training Centre (YCTC) de la prison maximale de Kamiti, à Nairobi.

Selon le Père Matambura, l'agenda d'AJAN cette année a été de travailler vers un processus où les jeunes peuvent être capables de "voir toutes choses nouvelles dans le Christ".

Advertisement

L'agenda est mis en place de différentes manières, dit le prêtre jésuite dans le rapport qu'il a partagé avec ACI Afrique, et il explique : "Cela peut être celui d'un formateur, ou celui d'un apprenant. Cheminer avec les jeunes implique de préparer les personnes qui sont en relation directe avec eux. Il s'agit des enseignants, des catéchistes et autres. Cette fois, c'était les agents pénitentiaires".

En juin, les responsables d'AJAN ont organisé une formation similaire qui visait à donner aux catéchistes des prisons les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour accompagner les jeunes dans les établissements pénitentiaires.

La formation de trois jours, répartie sur trois semaines, a rassemblé 23 catéchistes, pour la plupart des officiers de police en uniforme travaillant dans diverses prisons du comté de Nairobi.

Les représentants de la formation de juin qui ciblait la région de Nairobi provenaient de la prison pour femmes de Lang'ata, de la prison de Nairobi West, de la prison de détention provisoire et de répartition de la zone industrielle, de la prison maximale de Kamiti, de la prison de Kiambu, de la prison de Ruiru et du Prison Staff Training College. 

Les établissements correctionnels pour mineurs étaient représentés par les catéchistes du centre de correction et de formation des jeunes de la prison de Kamae et de Kamiti.

More in Afrique

Développée en 2012 pour répondre au défi du VIH/sida chez les jeunes à travers le programme Génération AHAPPY, la formation a depuis évolué pour inclure l'inculcation de valeurs chez les jeunes et les guider dans leurs relations interpersonnelles.

Dans leur rapport daté du 24 novembre qui a été partagé avec ACI Afrique le 6 décembre, les responsables d'AJAN notent que la formation de trois jours qui s'est terminée le 24 novembre était organisée autour des modules du manuel de la Génération AHAPPY.

Le manuel, qui a été développé en un livre de 232 pages, comporte trois thèmes qui guident les utilisateurs vers la conscience de soi et la découverte du but de Dieu dans leur vie. Dans la deuxième partie, les utilisateurs apprennent à apprécier leur environnement et à établir des relations avec les autres. Enfin, dans la troisième partie, ils acquièrent les valeurs et les compétences nécessaires pour faire face à leur environnement difficile.

"Le but du manuel est d'aider les jeunes à mener une vie heureuse, quel que soit l'environnement dans lequel ils se trouvent", explique le père Matambura, qui ajoute : "Il s'agit d'apprendre à vivre heureux dans une société brisée, en prenant soin des autres et en ne les exploitant pas."

Ce manuel a été conçu pour aider le personnel pénitentiaire à comprendre les cinq dimensions de l'être humain qui sont "centrales pour le développement intégral des jeunes, tel que guidé par le principe jésuite de la cura personalis".

Advertisement

"Le principe ignatien de cura personalis, qui implique un amour authentique et une attention personnelle pour les jeunes, est à l'origine de Génération AHAPPY", a déclaré le père Matambura dans une interview précédente avec ACI Afrique, et a expliqué : "Il aborde la formation intégrale de la jeune personne à travers le paradigme ignatien qui donne la prééminence à l'interaction constante entre l'expérience, la réflexion et l'action."

Le prêtre jésuite originaire de la République démocratique du Congo (RDC) a déclaré lors de l'interview de juin que le résultat de la formation est "un jeune complet qui vit et grandit au mieux de ses capacités, et qui travaille pour le bien des autres et l'amélioration de son continent".

"Dans le contexte des jeunes qui sont en conflit avec la loi, la société et eux-mêmes, l'effort de voir toutes choses à nouveau dans le Christ nous pousse à voir le jeune derrière les barreaux, non pas comme défini par son état actuel, mais comme une personne humaine, créature bien-aimée de Dieu, avec des rêves, des talents, des espoirs et la capacité de les réaliser", a déclaré le prêtre jésuite, faisant référence au mantra de Saint Ignace de Loyola, "voir toutes choses à nouveau dans le Christ".

Dans le rapport partagé avec ACI Afrique le 6 décembre, Evans Odhiambo, un agent chargé du bien-être des jeunes au YCTC, note que la formation du mois dernier a été utile dans son travail avec les jeunes délinquants.

  1. Odhiambo déclare : "Cette formation m'a aidé à changer d'avis sur la manière de traiter les garçons. Je me préoccupe davantage de l'aspect émotionnel des garçons. Je comprends maintenant qu'il est bon de prendre le temps d'écouter les garçons et de les comprendre en profondeur avant même de faire des efforts pour les aider à enregistrer des changements positifs."

Alice Gakuo, un autre agent basé à la prison maximale de Kamiti, dit qu'elle a pris conscience que les jeunes dont elle s'occupait auraient pu mener des vies moralement correctes avant de céder à la pression des pairs.

"Je me rends compte que les jeunes qui se trouvent dans les établissements pénitentiaires peuvent avoir subi les vents contraires de la pression des pairs. Mon travail consiste à leur donner de l'espoir et à leur inculquer des compétences afin qu'ils puissent devenir des personnes encore meilleures qu'avant leur arrivée ici", explique Mme Gakuo.

À la fin de la formation, l'officier adjoint en charge du YCTC, Nelius Muchoya, a encouragé les officiers à mettre en pratique les compétences qui leur ont été transmises lors de la formation AJAN et à aider à transformer l'esprit des jeunes qui, selon lui, ont connu un "passé difficile".

Dans le rapport, le P. Matambura exprime sa gratitude envers les différentes directions des prisons de Nairobi, la capitale du Kenya, en affirmant que d'autres opportunités de collaboration sont à venir entre les établissements correctionnels et les institutions de l'Église.