Advertisement

Une organisation catholique salue la volonté du Conseil des droits de l'homme l’ONU d'enquêter sur les abus en Éthiopie

La direction de Christian Solidarity Worldwide (CSW), une organisation de défense des droits de l'homme basée au Royaume-Uni, a félicité le Conseil des droits de l'homme des Nations unies (CDH) pour l'adoption d'une résolution qui ouvre la voie à des enquêtes sur les abus présumés dans le conflit actuel dans la région du Tigré en Éthiopie.

Adopté le 17 décembre, le CDH prévoit la création d'une commission internationale d'experts des droits de l'homme chargée d'enquêter sur les violations présumées du droit international par toutes les parties au conflit qui en est à sa deuxième année. 

La résolution a été adoptée lors d'une session spéciale convoquée en réponse à la détérioration de la situation des droits de l'homme en Éthiopie, à la suite d'une demande de la mission permanente de la Slovénie au nom de l'Union européenne.

Dans un rapport du 17 décembre, le responsable du plaidoyer de CSW a déclaré que les enquêtes sur la crise éthiopienne étaient attendues depuis longtemps en raison de la "détérioration de la situation" du pays.

"La décision de tenir une session spéciale du Conseil des droits de l'homme sur la situation en Éthiopie était une réponse nécessaire, bien que tardive, à une situation qui ne cessait de se détériorer", a déclaré le Dr Khataza Gondwe.

Advertisement

Le Dr Gondwe a ajouté : "Nous nous félicitons de la création de la commission internationale, qui constitue une étape essentielle pour garantir la justice et la responsabilité des victimes de ce conflit brutal."

La résolution donne mandat à une commission internationale de trois experts des droits de l'homme d'enquêter de manière approfondie et impartiale sur les violations présumées du droit international des droits de l'homme, du droit humanitaire et du droit des réfugiés commises depuis le 4 novembre 2020 par toutes les parties au conflit.

Le Conseil a été informé que neuf personnes sur dix dans la région du Tigré en Éthiopie ont maintenant besoin d'une aide humanitaire.

Selon UN News, la délégation du gouvernement éthiopien a rejeté la procédure du Conseil comme une ingérence à motivation politique, avant d'insister sur son "engagement sans réserve" en faveur des droits de l'homme.

CSW rapporte que la résolution a été adoptée par vote, avec 21 pour, 15 contre et 11 abstentions.

More in Afrique

La résolution demande que le mandat de la commission soit immédiatement opérationnel, pour une période d'un an, renouvelable si nécessaire, et que ses experts soient nommés par le président du Conseil des droits de l'homme.

L'entité chrétienne de défense des droits de l'homme indique que la nouvelle commission s'appuiera sur une enquête récente menée par le Haut-Commissariat aux droits de l'homme (HCDH) et la Commission éthiopienne des droits de l'homme (EHRC).

"Elle (la commission) collectera et préservera les preuves pour soutenir les efforts de responsabilisation, tout en fournissant une assistance technique, des conseils sur la justice transitionnelle et une perspective de genre et une approche centrée sur les survivants dans son travail", rapporte CSW.

La fondation chrétienne note que depuis le début de la guerre dans la région éthiopienne du Tigré, le 4 novembre 2020, plus de 52 000 personnes sont mortes, environ 1,7 million ont été déplacées à l'intérieur du pays et plus de 60 000 ont fui le pays.

La fondation compare la situation au Tigré à un génocide et prévient que la situation des droits de l'homme pourrait se détériorer prochainement.

Advertisement

"Il existe des indications inquiétantes selon lesquelles des crimes d'atrocité - crimes de guerre, crimes contre l'humanité et peut-être génocide - pourraient avoir eu lieu et être encore en cours. Ces crimes comprennent des actes de violence sexuelle et sexiste, des bombardements aveugles, l'utilisation possible d'armes chimiques, des exécutions extrajudiciaires, la destruction d'infrastructures civiles et le pillage de maisons, d'entreprises et de sites historiques et religieux", indique CSW dans son rapport du 17 décembre.

Selon le Dr Gondwe, l'intégration d'une perspective de genre et d'une approche centrée sur les survivants dans le travail de la commission est particulièrement bienvenue, "étant donné la nature et la gravité des violations en cours."

"Nous exhortons le gouvernement éthiopien à coopérer avec la commission et demandons à toutes les parties au conflit de lui permettre de mener ses travaux sans entrave", déclare le responsable de CSW.

Il ajoute : "Pour faciliter la conclusion rapide d'un cessez-le-feu, nous demandons en outre à la communauté internationale d'instaurer un embargo complet sur les armes et de coordonner d'autres sanctions ciblées à l'encontre des personnes et entités militaires et politiques identifiées comme complices de violations graves."