Advertisement

Maintenir la vigilance jusqu'à ce que le COVID-19 ne menace plus la vie : Un évêque catholique en Afrique du Sud

Un évêque catholique d'Afrique du Sud a appelé le peuple de Dieu dans le pays à continuer d'observer tous les protocoles sanitaires afin de minimiser la propagation du COVID-19, alors que des rapports font état d'une baisse du nombre de nouveaux cas.

Le 30 décembre, une réunion spéciale du Cabinet sud-africain a approuvé plusieurs modifications de la réglementation relative au COVID-19 après que le National Coronavirus Command Council (NCCC) du pays a signalé au President's Coordinating Council (PCC) une " diminution de 29,7 % du nombre de nouveaux cas détectés au cours de la semaine se terminant le 25 décembre 2021 (89 781), par rapport au nombre de nouveaux cas détectés la semaine précédente (127 753) ", selon un rapport du gouvernement sud-africain.

"Jusqu'à ce que le COVID-19 ne constitue plus une menace pour la vie, nous devons maintenir notre vigilance", déclare l'évêque auxiliaire de l'archidiocèse du Cap dans un communiqué publié mardi 4 janvier. 

Dans cette déclaration, Mgr Sylvester Anthony David exhorte le peuple de Dieu en Afrique du Sud "à porter correctement des masques, à éviter tout contact physique étroit et à poursuivre les pratiques d'hygiène recommandées".

"Il est également nécessaire de s'efforcer de faire preuve de brièveté dans nos célébrations en cette période de restrictions", recommande Mgr David.

Advertisement

Faisant référence aux modifications approuvées des réglementations COVID-19 dans certaines parties de l'Afrique du Sud, le membre des Oblats de Marie Immaculée (OMI) reconnaît le fait que le Département national de la santé a donné aux entités religieuses le feu vert pour alléger les restrictions COVID-19 et que l'Institut national des maladies transmissibles (NICD) est certain que le pays est capable de traiter sa population.

Selon lui, "nous semblons être dans une meilleure position aujourd'hui qu'avant le début de la vague précédente. "

Conformément aux recommandations du ministère national de la santé, Mgr David indique que les dirigeants de l'archidiocèse du Cap ont reconsidéré certaines des restrictions imposées lors des célébrations liturgiques en vue d'une "certaine forme de normalisation à l'avenir".

L'évêque sud-africain souligne certains des changements intervenus dans l'archidiocèse.

Il appelle les prêtres, les administrateurs et les responsables laïcs des paroisses à faire passer les effectifs de 30 % à 50 % maximum de la capacité d'accueil de l'église.

More in Afrique

" Des chœurs de six membres au maximum, convenablement distancés et portant tous des masques, peuvent être engagés ", note l'évêque David dans sa déclaration du 4 janvier, ajoutant : " L'arrangement d'un ou deux chantres pourrait encore convenir pour certaines parties de la liturgie ". "

Les fidèles doivent faire preuve de prudence à tout moment et éviter les attroupements à l'entrée et à la sortie des églises, dit-il, et il conseille : "Il pourrait être utile d'avoir des huissiers présents pour gérer la situation. "

Il est nécessaire que les personnes âgées et celles souffrant de comorbidités "profitent de la dispense de l'obligation d'assister à la messe les dimanches et les jours saints d'obligation accordée par l'archevêque pour cette période de danger", indique l'évêque auxiliaire de l'archidiocèse du Cap. 

"Nous nous appliquons à envisager la levée de la dispense et demandons aux paroisses de prévoir que cela se produise avant Pâques de cette année. À cet égard, nous devrons suivre la situation de très près et nous laisser guider par les recommandations de la CNID", déclare Mgr David dans sa déclaration du 4 janvier.