Advertisement

Une entité chrétienne pour la paix salue les efforts renouvelés du Nigeria pour sauver Leah Sharibu

Leah Sharibu Leah Sharibu

La fondation pour les droits de l'homme Christian Solidarity Worldwide (CSW), basée au Royaume-Uni, a salué les efforts renouvelés des forces de sécurité du Nigeria pour secourir Leah Sharibu, une jeune Nigériane enlevée en 2018 par des membres du groupe militant Boko Haram.

CSW fait référence aux informations selon lesquelles le chef d'état-major de la défense du Nigeria, le général Lucky Irabor, a assuré que des efforts étaient en cours pour obtenir la libération de la jeune Nigériane et des autres personnes retenues en captivité par des acteurs armés non étatiques.

Le président fondateur de CSW, Mervyn Thomas, a noté que, bien que tardifs, les efforts de sauvetage de Leah Sharibu et des autres personnes en captivité sont les bienvenus.

"CSW se félicite de l'assurance donnée par le général Irabor que des efforts sont en cours pour sauver Leah Sharibu et les autres captifs. L'action est attendue depuis longtemps, aussi nous exhortons le gouvernement nigérian à ne ménager aucun effort pour donner suite à ces engagements", a déclaré M. Mervyn dans un rapport publié mercredi 12 janvier.

Leah Sharibu avait 14 ans lorsque les militants de Boko Haram l'ont enlevée avec ses 110 camarades de classe au Government Girls Science and Technical College de Dapchi, dans l'État de Yobe. Les filles ont été libérées environ un mois plus tard, à l'exception de Leah.

Advertisement

Leah a été acclamée pour avoir refusé de se convertir à l'islam comme l'exigeaient les terroristes.

Le général Irabor aurait assuré aux parents de Leah, lors d'une émission diffusée sur la Nigerian Television Authority (NTA) mardi 11 janvier, que la jeune femme serait secourue.

Au cours de l'interview de Good Morning Nigeria sur NTA, le général Irabor aurait également déclaré qu'il était "au courant des plans et, bien sûr, des processus qui sont en place pour s'assurer que non seulement Leah Sharibu mais aussi toutes les autres personnes retenues en captivité soient libérées".

Il a également révélé qu'une des jeunes filles de Chibok avait été sauvée environ trois semaines plus tôt, déclarant : "Je tiens à rassurer les Nigérians et le monde entier que le gouvernement fédéral, en utilisant l'armée, travaille très dur pour s'assurer que tous ceux qui ont été retenus en captivité retrouvent leur liberté."

Le général Irabor s'est également félicité de la désignation, le 5 janvier, des groupes armés opérant dans le nord-ouest du pays, précédemment qualifiés de "bandits armés", comme terroristes.

More in Afrique

Cette désignation, annoncée le 5 janvier dans une gazette gouvernementale qui qualifiait leurs activités d'"actes de terrorisme et d'illégalité", signifie que "les techniques, tactiques et procédures (TTP) [des forces armées] utilisées pour les traiter devront certainement changer. Le fait de les étiqueter comme terroristes leur donne également une disposition globale, une forme globale qui permettra à d'autres acteurs mondiaux clés de prendre certaines mesures importantes à leur encontre."

La gazette étend également la désignation pour inclure "d'autres groupes similaires dans n'importe quelle partie" du pays, et "en particulier dans... la région du centre-nord".  

CSW rapporte que les groupes nouvellement désignés, composés en grande partie d'hommes d'ethnie fulani, ont soumis les communautés agricoles haoussas majoritairement musulmanes des États du nord de Kaduna, de Katsina, de Kebbi, du Niger, de Sokoto et de Zamfara "à une campagne de violence caractérisée par des pillages, des enlèvements contre rançon, des viols, des extorsions, des morts et des destructions".

L'entité chrétienne affirme que plus de 30 000 de ces terroristes lourdement armés opèrent depuis les forêts des six États nigérians et vivent dans 100 camps, chacun pouvant accueillir au moins 300 hommes.

Selon CSW, au moins 200 personnes ont été tuées et environ 10 000 ont été déplacées entre le 4 et le 6 janvier après que 300 terroristes à moto ont attaqué environ neuf localités dans les villages de Rafin Danya, Barayar Zaki, Rafin Gero et Kurfa dans les zones de gouvernement local (LGA) d'Anka et de Bukkuyum dans l'État de Zamfara.

Advertisement

Réagissant à ces meurtres dans une interview publiée lundi 10 janvier, l'archevêque émérite de l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria a plaidé en faveur d'un changement, expliquant qu'au cours des cinq dernières années, des bandits armés ont terrorisé le nord-ouest du Nigeria, causant de nombreux dégâts. 

Les terroristes "attaquent les champs des agriculteurs, tuent les agriculteurs et personne ne dit rien. Et puis ils ont commencé avec des enlèvements ", aurait déclaré le cardinal John Onaiyekan dans l'interview en italien accordée à Vatican News, ajoutant : " Nous pleurons tous pour ces victimes. "

"Il y a encore beaucoup de victimes d'enlèvements, et leurs parents et proches n'ont aucun moyen de payer ce qui est demandé. Et le gouvernement croit qu'il ne peut rien faire", a ajouté le cardinal nigérian.

Dans leur rapport du 12 janvier, les responsables de la fondation pour les droits de l'homme basée au Royaume-Uni appellent la communauté internationale à soutenir le gouvernement nigérian dans sa lutte contre le terrorisme.

"Nous demandons instamment à la communauté internationale d'aider le gouvernement nigérian, dans la mesure du possible, à lutter contre la menace terroriste dans le nord-ouest du pays et ailleurs, en donnant la priorité à la protection des communautés vulnérables et en demandant des comptes aux auteurs de ces actes", déclare le président de la CSW dans le rapport.